Director General of the European Space Agency Josef Aschbacher poses for a photo during the World Economic Forum in Davos, Switzerland.

Jean Delaunay

L’accès de l’Europe à l’espace est « garanti » après les leçons « douloureuses » de la crise d’Ariane 6, déclare le chef de l’ESA

S’exprimant à Davos, le chef de l’Agence spatiale européenne (ESA) s’est montré optimiste quant au fait que l’Europe soit sortie d’une crise persistante après des années de retards dans le domaine des fusées.

« L’accès européen à l’espace est à nouveau garanti », a déclaré le directeur général de l’Agence spatiale européenne (ESA) à Davos, à la veille du très attendu lancement inaugural de la fusée Ariane 6, retardé cet été.

S’adressant à L’Observatoire de l’Europe Next lors de la réunion annuelle du Forum économique mondial, Josef Aschbacher s’est montré optimiste quant aux ambitions européennes dans l’espace, en partie grâce à la remise en service du lanceur Vega-C et au premier lancement de la fusée Ariane de nouvelle génération.

« Les perspectives de l’Europe sont plutôt bonnes car nous avons eu une crise des lanceurs l’année dernière et nous n’avons vraiment pas gaspillé cette crise », a déclaré Aschbacher à L’Observatoire de l’Europe Next.

« Nous avons pris des décisions très importantes pour en sortir beaucoup plus forts, c’est-à-dire que, d’un côté, nous avons Ariane 6 qui arrive sur la rampe de lancement. Cela signifie qu’elle fera son vol inaugural et poursuivra donc les décennies très réussies. longs succès d’Ariane 5 », a-t-il ajouté.

« Nous avons également Vega-C qui revient sur la rampe de lancement pour reprendre son vol. Et nous avons pris la décision d’exploiter Ariane 6 au moins jusqu’à la fin de cette décennie, et Vega-C, ce qui signifie que nous avons à nouveau un accès garanti à l’espace. » .

Les leçons « douloureuses » d’Ariane 6 apprises

Initialement prévu pour son premier vol en 2020, le projet de remplacement du lanceur Ariane 5 – le cheval de bataille des opérations de l’ESA depuis plus de deux décennies – a subi des revers et des retards répétés. Il sera désormais lancé en juin ou juillet.

Les perspectives de l’Europe sont en fait plutôt bonnes car nous avons eu une crise dans les lanceurs l’année dernière et nous n’avons vraiment pas gaspillé cette crise.

Joseph Aschbacher

Directeur général, Agence spatiale européenne (ESA)

La fusée Vega-C, dont le lancement est prévu à nouveau en novembre, a également été mise hors service après un échec de lancement en décembre 2022.

La situation a été encore exacerbée par l’invasion de l’Ukraine par la Russie en février 2022, qui a vu les relations internationales avec Roscomos, l’agence spatiale russe, se détériorer et l’utilisation de sa fusée Soyouz mise hors de portée.

Malgré les défis, l’ESA a tiré des leçons « douloureuses » de la crise et en est sortie dans une position plus forte, selon Aschbacher.

« Nous avons beaucoup appris, parfois un peu douloureux, je dois le dire. Mais nous devons sortir plus forts de la crise. Et je pense que l’Europe a vraiment pris les bonnes décisions pour faire exactement cela », a-t-il déclaré.

« Ce que nous avons appris, bien sûr, c’est que d’un côté, nous avons besoin d’un chevauchement entre Ariane 5 et Ariane 6. Et c’est quelque chose qui n’arrivera pas à l’avenir. Nous veillerons donc à ce que le nouveau lanceur qui viendra après Ariane 6 chevauchera Ariane 6 elle-même.

« Nous avons également appris que nous pouvons réellement émuler un système qui fonctionne plutôt bien aux États-Unis, qui ont créé SpaceX et Falcon 9 ».

Le système en question s’ouvre à la concurrence du secteur privé pour innover, ce que l’agence spatiale américaine NASA a déjà encouragé.

L’autonomie spatiale de l’Europe

La crise des lanceurs a soulevé des questions sur l’autonomie de l’Europe en matière de missions spatiales et sur sa dépendance à l’égard d’autres acteurs de l’industrie, notamment SpaceX d’Elon Musk, pour mettre en orbite les équipages et les ressources.

Le télescope Euclid de l’ESA a décollé pour sa mission à bord d’une fusée SpaceX Falcon 9 en juillet, et il est prévu de lancer la mission Hera de l’agence vers l’astéroïde binaire Didymos en octobre.

« L’Europe est très autonome, mais bien sûr, nous voulons être encore plus autonomes, et c’est pourquoi nous renforçons notre indépendance technologique, nos programmes », a déclaré Aschbacher à L’Observatoire de l’Europe Next.

« C’est pourquoi nous renforçons nos forces, car également en matière de coopération internationale, vous n’êtes un bon partenaire pour les partenaires internationaux que si vous avez quelque chose à offrir sur la table.

« Et c’est ce que nous devons faire pour renforcer notre autonomie, renforcer nos capacités et être également un partenaire solide pour la coopération internationale dans le domaine spatial ».

Laisser un commentaire

11 + seize =