The flag of Turkey flies in November 2023

Jean Delaunay

La Turquie lance des frappes aériennes contre des militants kurdes en Irak et en Syrie

Ces frappes surviennent après que 9 soldats ont été tués vendredi dans une base militaire en Turquie.

La Turquie a mené des frappes aériennes contre des militants kurdes en Irak et en Syrie voisins, a indiqué le ministère turc de la Défense. Cela survient un jour après qu’une attaque contre une base militaire turque en Irak a tué neuf soldats turcs.

La Turquie lance souvent des frappes contre des cibles en Syrie et en Irak qu’elle croit être affiliées au Parti des travailleurs du Kurdistan, ou PKK, un groupe séparatiste kurde interdit qui mène une insurrection contre la Turquie depuis les années 1980.

Le ministère de la Défense a déclaré que des avions avaient frappé des cibles à Metina, Hakurk, Gara et Qandil, dans le nord de l’Irak, mais n’a pas précisé les zones en Syrie. Il a déclaré que des avions de combat avaient détruit des grottes, des bunkers, des abris et des installations pétrolières « pour éliminer les attaques terroristes contre notre peuple et nos forces de sécurité… et pour assurer la sécurité de nos frontières. » Le communiqué ajoute que « de nombreux » militants ont été « neutralisés » lors des frappes.

Vendredi soir, des assaillants ont tenté d’infiltrer une base militaire dans la région semi-autonome kurde du nord de l’Irak, tuant cinq soldats. Quatre autres sont décédés plus tard des suites de blessures graves. Le ministère turc de la Défense a déclaré que 15 militants avaient également été tués.

Il n’y a eu aucun commentaire immédiat de la part du PKK, du gouvernement de Bagdad ou de l’administration de la région kurde.

La Turquie a lancé l’opération Claw-Lock dans le nord de l’Irak en avril 2022, au cours de laquelle elle a établi plusieurs bases dans le gouvernorat de Duhok. Bagdad a protesté à plusieurs reprises contre la présence des troupes turques et a appelé à leur retrait.

Le ministre turc des Affaires étrangères Hakan Fidan a exprimé ses condoléances pour la mort des soldats turcs sur X, anciennement Twitter.

« Nous lutterons jusqu’au bout contre l’organisation terroriste du PKK à l’intérieur et à l’extérieur de nos frontières », a-t-il écrit.

Le président Recep Tayyip Erdogan devait tenir une réunion de sécurité à Istanbul plus tard samedi, a également écrit sur X Fahrettin Altun, directeur de la communication du président.

Parallèlement, le ministre de l’Intérieur Ali Yerlikaya a annoncé que la police avait arrêté 113 personnes soupçonnées d’avoir des liens avec le PKK à la suite de raids dans 32 provinces turques.

Il a ajouté que quatre personnes ont été arrêtées après que la police a identifié 60 comptes de réseaux sociaux qui « faisaient l’éloge de l’organisation terroriste séparatiste à des fins de provocation » ou qui avaient diffusé des informations trompeuses.

Il y a trois semaines, des militants affiliés au PKK ont tenté de s’introduire dans une base turque dans le nord de l’Irak, selon des responsables turcs, tuant six soldats. Le lendemain, six autres soldats turcs ont été tués dans des affrontements.

La Turquie a riposté en lançant des frappes contre des sites qui, selon les autorités, étaient associés au PKK en Irak et en Syrie. Le ministre de la Défense Yasar Guler avait déclaré à l’époque que des dizaines de militants kurdes avaient été tués dans des frappes aériennes et terrestres.

Il n’était pas clair dans l’immédiat si l’attaque de vendredi soir et celle de trois semaines plus tôt visaient la même base. Le site d’information Rudaw, basé à Erbil, dans le nord de l’Irak, a rapporté que la base attaquée vendredi était située sur le mont Zap, dans le district d’Amedi, à 17 kilomètres de la frontière turque.

Dans le même temps, l’agence de presse officielle turque Anadolu a déclaré qu’un haut militant du PKK avait été « neutralisé » en Irak. Faik Aydin a été visé lors d’une opération menée par l’agence de renseignement turque, ou MIT, à environ 160 kilomètres (100 miles) à l’intérieur de la frontière turco-irakienne, a rapporté Anadolu.

Le PKK, qui possède des bases dans le nord de l’Irak, est considéré comme une organisation terroriste par les alliés occidentaux de la Turquie, dont les États-Unis. Des dizaines de milliers de personnes sont mortes depuis le début du conflit en 1984.

La Turquie et les États-Unis ne sont cependant pas d’accord sur le statut des groupes kurdes syriens, alliés de Washington dans la lutte contre le groupe État islamique en Syrie.

Laisser un commentaire

12 + six =