La taille n'a pas d'importance : Lionhearted Iceland aide aussi l'Ukraine à défendre l'Europe

Jean Delaunay

La taille n’a pas d’importance : Lionhearted Iceland aide aussi l’Ukraine à défendre l’Europe

Bien qu’étant l’un des plus petits pays d’Europe et loin de l’Ukraine, l’Islande a déployé des efforts considérables pour aider Kiev à lutter contre l’invasion à grande échelle de la Russie, écrit David Kirichenko.

Lorsque le président ukrainien Volodymyr Zelenskyy s’est adressé au Parlement islandais le 6 mai 2022, quelques mois seulement après l’invasion à grande échelle de la Russie, il a commencé son discours en les saluant en islandais en disant : « Bonjour, c’est Volodymyr de Kiev ».

Soulignant les liens anciens entre l’Islande et l’Ukraine, remontant aux colons scandinaves arrivés en Ukraine au VIIIe siècle, il a souligné que « la taille d’un pays n’a aucune importance dans la lutte pour la démocratie ».

Les paroles du président ukrainien n’étaient pas que des phrases creuses destinées à rallier un autre allié.

En fait, ils ne pourraient pas être plus honnêtes et vrais : en tant que l’un des pays les plus petits d’Europe et le plus éloigné de l’Ukraine, l’Islande a déployé des efforts considérables pour aider l’Ukraine à lutter contre l’invasion à grande échelle du pays par la Russie et pour protéger l’Europe.

L’Islande n’est pas étrangère aux conflits, et Reykjavik est douloureusement consciente de la menace qui pèse sur elle en raison de sa situation stratégique et sur les pays nordiques, alors que des superpuissances mondiales comme la Russie commencent progressivement à affecter davantage de ressources à la course au contrôle de l’Arctique.

Se précipitant à l’aide de l’Ukraine depuis l’autre bout du continent, la nation insulaire de seulement 350 000 habitants a fait plus que d’autres nations européennes beaucoup plus grandes et plus puissantes.

Et pourtant, on sait si peu de choses sur l’engagement de Reykjavik.

Reykjavik opte pour des sanctions malgré des conséquences importantes

Le soutien constant de l’Islande à l’Ukraine contre l’agression russe est enraciné dans un engagement de longue date de défendre la démocratie et le droit international.

C’est pourquoi, lorsque la Russie a envahi pour la première fois l’Ukraine et annexé la Crimée en 2014, l’Islande n’a pas hésité à imposer des sanctions économiques à Moscou, malgré les conséquences potentielles sur son économie fortement dépendante de la pêche.

Cette décision a cependant eu un coût pour les pêcheurs islandais, car la Russie a riposté en interdisant les importations de produits alimentaires en provenance de la nation insulaire.

Même face aux conséquences financières potentielles, le ministre islandais des Affaires étrangères de l’époque, Gunnar Bragi Sveinsson, a affirmé avec audace lors de sa visite à Kiev en 2014 que le soutien du pays à l’Ukraine était inébranlable. Et il a résisté à l’épreuve du temps.

Franck Augstein/AP2003
Le monument Sun Sailor au bord de l’eau de Reykjavik, Islande, 2003

Même face aux conséquences financières potentielles, le ministre islandais des Affaires étrangères de l’époque, Gunnar Bragi Sveinsson, a affirmé avec audace lors de sa visite à Kiev en 2014 que le soutien du pays à l’Ukraine était inébranlable. Et il a résisté à l’épreuve du temps.

L’impact de ces sanctions sur l’Islande a été particulièrement difficile, car les exportations de fruits de mer constituent une composante vitale de l’économie nationale, et la Russie représente un marché important pour ces exportations.

Néanmoins, l’Islande est restée résolue dans sa position.

Le seul membre de l’OTAN sans armée

Malgré son absence de force militaire, l’Islande attache une grande importance à son appartenance à l’OTAN, reconnaissant le rôle central qu’elle joue dans la sauvegarde des valeurs partagées et le maintien d’un ordre international fondé sur des règles.

L’Islande est également le pays le moins densément peuplé d’Europe, détenant la distinction unique d’être le seul membre de l’OTAN sans armée permanente.

Même dans l’ère post-mur de Berlin, le rôle de l’Islande en tant que gardien des voies navigables cruciales continue de la positionner comme un allié précieux, malgré son absence de forces militaires.

JOHN MACDOUGALL/AFP ou concédants de licence
Un navire des garde-côtes islandais navigue devant les drapeaux de l’UE et de l’Ukraine flottant devant la salle de concert Harpa à Reykjavik, mai 2023

En fait, il n’a pas eu d’armée depuis sa dissolution en 1869, optant pour une petite garde côtière avec quatre navires et quatre avions au total.

Malgré sa taille, l’Islande a joué un rôle stratégique monumental pendant la guerre froide, car elle a permis aux alliés de l’OTAN de stationner des troupes sur son île et a offert son soutien pour aider l’organisation dans le passé.

Même dans l’ère post-mur de Berlin, le rôle de l’Islande en tant que gardien des voies navigables cruciales continue de la positionner comme un allié précieux, malgré son absence de forces militaires.

Un spectacle de solidarité remarquable, pratique et symbolique

Bien qu’il ne soit pas possible de fournir directement des armes à l’Ukraine, l’Islande a contribué en aidant les pays alliés à transporter des équipements essentiels vers des destinations comme la Pologne.

Alors que l’Islande a une politique de non-vente d’armes, elle a aidé à acquérir 10 camions de transport de pétrole pour l’armée ukrainienne.

Le gouvernement islandais, reconnaissant l’importance primordiale du transport de pétrole pour renforcer les capacités de défense et la maniabilité de l’armée ukrainienne dans le contexte des forces d’invasion russes, a sanctionné cet achat.

En plus de ces véhicules vitaux, l’Islande a étendu son soutien aux forces armées ukrainiennes, qui comprenait la fourniture de 12 000 vêtements d’hiver.

Au-delà de leur généreuse aide financière, Reykjavik a pris des mesures symboliques substantielles pour montrer son soutien à la cause de l’Ukraine.

AP Photo/Felipe Dana
Un militaire ukrainien se tient au milieu de chars russes détruits à Bucha, à la périphérie de Kiev, avril 2022

Le pays a également déjà fait don de trois hôpitaux de campagne à l’Ukraine, et trois autres sont demandés pour aider à soigner les soldats et civils ukrainiens blessés. Chaque hôpital de campagne coûte environ 7,9 millions d’euros.

En plus de cela, l’Islande a fait preuve d’une remarquable solidarité envers l’Ukraine en offrant non seulement un soutien diplomatique et financier, mais aussi en accueillant près de 3 000 réfugiés ukrainiens tout en faisant un don de près de 500 000 € pour soutenir la revitalisation des infrastructures énergétiques de l’Ukraine.

Au-delà de leur généreuse aide financière, Reykjavik a pris des mesures symboliques substantielles pour montrer son soutien à la cause de l’Ukraine.

Les législateurs islandais ont officiellement reconnu l’Holodomor, communément appelé la « mort par la faim », une famine qui s’est produite entre 1932 et 1933 à la suite des politiques du gouvernement soviétique en Ukraine qui ont vu des millions d’Ukrainiens mourir de faim.

Sur le plan diplomatique, l’Islande a choisi de fermer son ambassade à Moscou. Le ministère russe des Affaires étrangères a affirmé que l’Islande avait détruit la coopération bilatérale et a déclaré que toute action prise par Reykjavik perçue comme anti-russe par nature déclencherait sans aucun doute une réaction correspondante.

Sauvegarder le continent malgré les coups de sabre de Moscou

Dans le contexte actuel, un scénario parallèle se déroule au milieu de l’océan Arctique tendu, évoquant les souvenirs de l’ère de la guerre froide.

En conséquence, le comportement agressif du Kremlin continue de souligner le solide soutien de l’Islande à l’Ukraine.

En 2014, la Russie a créé le « OSK Sever », un commandement stratégique unifié, dans le but de renforcer la sécurité le long de ses vastes frontières arctiques et de sauvegarder ses intérêts dans la région.

Ces dernières années, l’armée de l’air russe a montré une activité accrue à travers l’Europe du Nord. Les coups de sabre du Kremlin sont, en fait, croissants.

Alors que la trajectoire de l’Arctique est inclinée vers des conflits potentiels, l’Islande reconnaît de plus en plus l’importance de protéger le continent européen de l’empiétement d’un Moscou expansionniste.

Et malgré les menaces, la nation insulaire continue de démontrer véritablement qu’aucun pays n’est trop petit pour contribuer à la défense européenne collective en Ukraine.

Laisser un commentaire

cinq × 2 =