La Suède a du mal à gérer les retombées des manifestations répétées brûlant le Coran

Jean Delaunay

La Suède a du mal à gérer les retombées des manifestations répétées brûlant le Coran

Une série de manifestations autorisées par le gouvernement ont mis en jeu des questions de liberté d’expression et d’identité suédoise, tandis que le gouvernement avertit que la sécurité nationale est menacée.

Le spectacle de corans déchirés et brûlés lors de manifestations en Suède a alimenté un débat public intense dans le pays – et selon les normes des affaires intérieures suédoises, les incidents lors de manifestations légales ont déclenché une fureur internationale d’une intensité choquante.

Des manifestations de colère ont été observées dans des pays allant de l’Irak à l’Indonésie avec des manifestants furieux non seulement contre les incendies eux-mêmes, mais aussi contre le fait qu’ils se sont produits lors d’événements pour lesquels les autorités suédoises ont donné leur autorisation. L’Organisation pour la coopération islamique, qui compte 57 membres, a présenté un plan d’action en 35 points sur la question au secrétaire général de l’ONU.

Le gouvernement suédois – une coalition de droite au pouvoir via un accord avec les démocrates suédois d’extrême droite – tente d’apaiser ses relations avec ces gouvernements lésés, en particulier la Turquie, qui avait bloqué l’adhésion de la Suède à l’OTAN.

Et est également sous pression pour prendre des mesures décisives à la maison.

La position du gouvernement est de plus en plus que les incendies du Coran eux-mêmes et l’indignation suscitée par eux sont alimentés par des agents étrangers provocateurs et des efforts de désinformation – y compris de la Russie – qui est furieuse à l’idée que la Suède rejoigne l’OTAN.

Il a également été signalé que certains résidents suédois ont reçu des SMS suspects appelant à la « vengeance » de ceux qui ont brûlé le Coran en public, bien qu’il ne soit pas clair s’ils sont plus sinistres qu’une escroquerie par hameçonnage.

Les ministres ont jusqu’à présent exclu de modifier la loi suédoise sur la liberté d’expression ou d’interdire purement et simplement les brûlages du Coran, Kristersson insistant sur le fait qu’il y a une place pour la responsabilité par opposition à la restriction de l’État. « Tout ce qui est légal n’est pas approprié », a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse la semaine dernière. « Cela peut être horrible mais toujours légal. »

Au lieu de cela, selon les déclarations de Kristersson selon lesquelles la controverse est attisée par des « étrangers » déterminés à saper la sécurité du pays, la police des frontières est renforcée.

AFP
Le Premier ministre suédois Ulf Kristersson (L) et le ministre de la Justice Gunnar Stroemmer lors d’une conférence de presse sur la politique de sécurité du pays, le 1er août 2023

À partir de ce mois-ci, les gardes-frontières reçoivent des pouvoirs renforcés d’interpellation et de fouille et de surveillance électronique, une mesure qui, selon le ministre de la Justice, Gunnar Strömmer, leur permettra « d’identifier les personnes entrant en Suède qui pourraient représenter une menace pour la sécurité ».

Le risque potentiel pour la sécurité nationale posé par la dispute est clairement grave. Mais la question de savoir ce que la saga du Coran brûle signifie pour l’identité civique de la Suède – en particulier, les valeurs fondamentales de liberté d’expression, d’ouverture et d’égalité sociale.

La signification de ces valeurs n’est guère établie en Suède. Comme dans diverses autres démocraties européennes, différentes tendances politiques adoptent une position différente sur l’équilibre entre liberté d’expression et responsabilité sociale.

Plus tôt cette année, l’ex-Premier ministre et chef des sociaux-démocrates Magdalena Andersson a déclaré à la chaîne de télévision nationale SVT que ceux qui brûlent le Coran en signe de protestation sont des « idiots utiles » rendant un service involontaire à ceux qui cherchent à diviser la société suédoise, et qu’ils avaient le devoir de considérer les conséquences de leurs actes.

Mais la question de savoir où les immigrés et les musulmans s’intègrent dans la société suédoise est également en cause, un point qui est devenu plus controversé au cours de la dernière décennie alors que la droite radicale a pris de l’ampleur.

AFP
Des policiers se tiennent à côté de manifestants, dont un manifestant (arrière-plan, C) tenant le drapeau de l’Irak, sur la place Mynttorget à Stockholm, en Suède, le 31 juillet 2023

Rage

Les démocrates suédois ont pris position en tant que parti sceptique en matière d’immigration prétendant défendre la culture suédoise traditionnelle. Le parti est particulièrement dogmatique sur le plan culturel en ce qui concerne l’islam, ce que des personnalités, dont le leader Jimmie Åkesson, ont souvent suggéré comme étant incompatible avec la « suédoisie » et pouvant être considéré comme une menace pour l’intégrité de la société suédoise.

(Dans l’état actuel des choses, on pense qu’environ 8% de la population suédoise est musulmane.)

Avec des idées comme celles-ci au centre de sa plate-forme, le parti est devenu le deuxième plus grand au parlement suédois, et il soutient maintenant le gouvernement de coalition actuel via un accord de confiance et d’approvisionnement, ce qui signifie que sa voix dans le débat public est plus forte. que jamais.

Åkesson n’a pas approuvé l’incendie du Coran comme une forme de protestation. Plus tôt cette année, alors que la question commençait à se développer, il a souligné que la Suède protège le droit de brûler le Coran, tout comme elle protège le droit de brûler la Bible.

Plus agressif, cependant, est son collègue du parti Richard Jomshof, président de la commission de la justice du Riksdag. Après au moins une décennie de commentaires notoirement durs sur les musulmans, il a tweeté la semaine dernière que l’islam est « une religion/idéologie anti-démocratique, violente et misogyne », décrivant le prophète Mahomet comme « un chef de guerre, un meurtrier de masse, un marchand d’esclaves et un voleur ». .

Ce genre de déclarations concorde avec le ton des manifestations plus récentes brûlant le Coran, qui semblent de plus en plus calibrées pour maintenir la dispute en cours aussi passionnée que possible.

Lors d’un incident cette semaine lors d’une autre manifestation autorisée par le gouvernement, deux manifestants notoires ont mis le feu au livre devant le parlement suédois alors que les contre-manifestants scandaient « Allahu Akbar ». Les hommes concernés sont des ressortissants irakiens qui ont organisé des manifestations similaires cette année, affirmant qu’ils voulaient que le Coran soit totalement interdit en Suède.

Laisser un commentaire

trois × 4 =