US porn star Whitney Wright causes uproar after visit to Iran

Jean Delaunay

La star du porno américaine Whitney Wright provoque un tollé après sa visite en Iran

L’activiste Masih Alinejad, basé aux États-Unis et qui a fait face à des tentatives d’assassinat de la part de l’Iran, a condamné Wright pour avoir fait le voyage et pour des propos présumés dans lesquels l’actrice aurait déclaré « si vous respectez la loi, vous serez en sécurité en Iran ».

La star du porno américaine Whitney Wright a suscité la controverse en se rendant en Iran et en se filmant dans divers lieux, notamment au palais du Golestan et à l’ancienne ambassade américaine à Téhéran, transformée en musée anti-américain.

Ses actions ont suscité la colère sur les réseaux sociaux iraniens.

L’artiste pro-palestinienne, de son vrai nom Brittni Rayne Whittington, a partagé plusieurs photos d’elle portant un hijab lors de son voyage à Téhéran.

Elle a déclaré qu’elle « DEVAIT visiter » l’ambassade où des étudiants iraniens ont retenu en otage des membres du personnel pendant 444 jours après la révolution islamique de 1979.

Ses photos ont été supprimées à la suite de réactions et de protestations généralisées de la part des Iraniens.

Elle a clôturé les commentaires en écrivant : « Les commentaires sont fermés car publier des photos de mon voyage en Iran ne signifie pas l’approbation du gouvernement. »

Sur l’une de ces photos, Whitney Wright a été vue à côté du drapeau américain dans l’ancienne ambassade américaine à Téhéran, qu’elle a qualifiée de « nid d’espions » dans le contexte de la littérature officielle de la République islamique.

Les photos, qui ont circulé sur X, Facebook et Instagram, ont suscité de nombreuses réactions. Certains commentateurs occidentaux, rappelant les opinions « antisémites » de l’actrice, ont émis l’hypothèse que sa visite en Iran pourrait être une démarche stratégique visant à obtenir un soutien financier pour sa position contre Israël.

Voir cette publication sur Instagram

Un post partagé par Whitney Wright (@whitneywrightxo)

Elle s’est filmée dans toute la capitale iranienne malgré son travail dans la pornographie, ce qui l’expose à des accusations criminelles passibles de la peine de mort.

Publiant sur sa story Instagram lundi 5 février, l’actrice adulte a déclaré qu’elle ne savait pas « la moitié de ce qui se dit ici, mais je ne suis plus en Iran, mais ailleurs ».

Les autorités officielles iraniennes n’ont pas répondu à la visite de Wright, mais les médias d’opposition iraniens ont critiqué le fait d’autoriser l’actrice à entrer en Iran, le qualifiant de « clairement deux poids, deux mesures ».

Selon la loi iranienne, produire de la pornographie est illégal et passible de la peine de mort.

Alors que le gouvernement autorise l’entrée d’une actrice porno étrangère, il continue de réprimer les femmes iraniennes sous prétexte de violer la loi sur le hijab obligatoire. Il a même prononcé des condamnations à mort contre des personnes impliquées dans la création ou la diffusion de contenus pornographiques.

Les citoyens américains ont également besoin d’un visa pour visiter le pays, et on ne sait pas exactement comment l’actrice l’a obtenu.

L’activiste Masih Alinejad, basé aux États-Unis et qui a fait face à des tentatives d’assassinat de la part de l’Iran, a condamné Wright pour avoir fait le voyage et pour des propos présumés dans lesquels l’actrice aurait déclaré « si vous respectez la loi, vous serez en sécurité en Iran ».

Elle a écrit sur X : « La star du porno américaine Whitney Wright est en Iran, mon pays natal, où des femmes sont tuées simplement parce qu’elles montrent leurs cheveux et sont fidèles à elles-mêmes. »

Le message continue : « Whitney a publié plusieurs photos d’elle-même complètement dissimulées sur Instagram. Dans son message, elle m’a traité de belliciste et dit aux femmes : « Si vous respectez la loi, vous serez en sécurité en Iran. » »

« Les femmes iraniennes ne veulent pas obéir à une loi discriminatoire. Rosa Parks s’est élevée contre les lois racistes en Amérique et est devenue un symbole de résistance. Nous, les femmes iraniennes, voulons être comme Rosa Parks et non comme Whitney Wright. »

Elle a conclu : « Et d’ailleurs, les vrais bellicistes sont les agents de la République islamique qui vous exécuteront si vous êtes fidèle à vous-même. »

La visite de Wright fait suite à l’emprisonnement par l’Iran de Narges Mohammadi, lauréate du prix Nobel de la paix et militante des droits des femmes, ainsi qu’à la loi sur le port obligatoire du foulard et aux manifestations nationales suite à la mort en garde à vue de Mahsa Amini il y a deux ans.

Les utilisateurs des réseaux sociaux ont déclaré que Mahsa Amini avait été tuée parce qu’elle ne portait pas le hijab « correctement », tandis que des « prédicateurs islamiques » avaient autorisé l’actrice porno à entrer, arguant que l’approbation avait été donnée parce que Wright était un partisan de la « cause palestinienne ».

Pendant ce temps, dans un geste rare de la part de la radio et de la télévision de la République islamique d’Iran, la chaîne iranienne Horizon TV a invité dans son programme un analyste portugais qui ne portait pas de foulard. Les opposants ont déclaré que lui permettre d’apparaître ainsi était dû au fait qu’elle est une opposante à Israël.

Dans le passé, certaines personnes proches du gouvernement iranien ont publiquement soutenu les positions anti-israéliennes de la star du porno libanaise Mia Khalifa.

Certains pensent qu’au cours de cette période, l’Iran essaie de faire preuve d’une certaine tolérance à l’approche des élections. Ces dernières semaines, on a même évoqué le possible retour de la populaire chanteuse pop iranienne Moeen, qui vit à Los Angeles.

De nombreux chanteurs iraniens ont été contraints de quitter l’Iran immédiatement après la révolution de 1957 parce qu’ils étaient victimes de harcèlement et de divergences idéologiques sous le nouveau régime islamique.

Laisser un commentaire

2 × 5 =