La santé est de plus en plus en ligne.  Mais est-ce que certains sont laissés pour compte ?

Jean Delaunay

La santé est de plus en plus en ligne. Mais est-ce que certains sont laissés pour compte ?

Les personnes âgées et vulnérables pourraient être laissées pour compte alors que les soins de santé et les données se déplacent de plus en plus en ligne.

Les pays de l’Union européenne n’en font pas assez pour aider les patients à en savoir plus sur l’accès et la compréhension numériques des informations de santé, suggère une enquête de l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

Il montre que moins de la moitié des pays de l’UE disposaient de plans d’éducation et d’inclusion numériques pour aider les citoyens à comprendre des informations complexes sur la santé en ligne.

L’enquête de l’OMS met également en lumière l’évolution du paysage des soins de santé, à mesure que les patients accèdent de plus en plus à des données sensibles à l’aide de plateformes et d’applications numériques, une transition qui s’est accentuée pendant la pandémie de COVID-19.

Mais l’OMS a exhorté les pays européens à aider les personnes âgées et vulnérables à accéder aux informations sur la santé afin que certains citoyens ne soient pas laissés pour compte alors que les informations sur la santé se déplacent de plus en plus en ligne.

« C’est une triste ironie de constater que les personnes ayant des compétences numériques limitées ou inexistantes sont souvent celles qui bénéficieront le plus des outils et interventions de santé numériques – comme les personnes âgées ou les communautés rurales », a déclaré le Dr Hans Kluge, directeur régional de l’OMS pour l’Europe.

« Il est nécessaire de remédier à ce déséquilibre pour la transformation numérique du secteur de la santé. »

L’agence internationale a mis en avant de multiples mesures visant à améliorer l’accès à l’inclusion numérique, notamment l’alphabétisation, l’accès au haut débit, l’amélioration de l’accès aux données et l’aide aux personnes âgées.

À Leeds, au Royaume-Uni, les bibliothèques publiques permettent un accès numérique gratuit et aident les individus à apprendre à utiliser l’application du National Health Service (NHS) du Royaume-Uni pour améliorer leurs connaissances en matière d’information sur la santé, indique le rapport.

« Alors que certains États membres, dotés d’une infrastructure numérique mature et de cadres solides de gouvernance de la confidentialité et des données de santé, ont pu s’adapter rapidement aux exigences de la pandémie, d’autres ont eu du mal à exploiter tout le potentiel des technologies numériques », indique le rapport de l’OMS.

Les données de santé sont mises en ligne mais le manque de surveillance demeure

Un nombre croissant de pays permettent désormais aux patients et aux médecins d’accéder aux dossiers de santé en ligne, selon l’enquête, près de 90 pour cent des pays de la région européenne disposant de dossiers de santé électroniques.

Plus des deux tiers des pays de la région, qui comprend plusieurs pays d’Asie centrale, ont déclaré disposer de portails nationaux numériques pour les patients afin de permettre aux citoyens d’accéder en ligne en toute sécurité à leurs informations de santé.

Par exemple, les patients et les médecins généralistes du Danemark peuvent accéder au portail national de la santé dans tous les hôpitaux publics.

Plus de 80 pour cent des pays de la région mettent également les ordonnances à la disposition des pharmacies en ligne. La Pologne, par exemple, a déployé début 2020 une plateforme de prescription électronique qui a depuis délivré plus d’un milliard d’ordonnances aux patients en ligne.

Les pays ont signalé que le financement, les capacités et l’incertitude juridique constituaient des obstacles au développement de systèmes nationaux de dossiers de santé électroniques, mais ces systèmes étaient encore en croissance.

La pandémie a également favorisé la création d’applications mobiles de santé, plus de 90 % des pays de la région en mettant en œuvre une. La plupart de ces applications étaient destinées aux patients pour accéder à des données de santé ou pour prendre des rendez-vous.

Les applications numériques de vaccination et de recherche des contacts sont également devenues largement disponibles pendant la pandémie, mais de nombreux pays manquent encore d’entités responsables de la surveillance de ces applications mobiles.

Seulement 15 pour cent des pays de la région ont procédé à une évaluation des programmes de santé mobile parrainés par le gouvernement.

La télésanté est en hausse après le COVID

Plus des deux tiers des pays de la région européenne de l’OMS utilisent la télésanté ou la surveillance à distance des patients et plus de la moitié ont introduit une nouvelle législation ou une nouvelle politique pour soutenir la télésanté pendant la pandémie de COVID.

Cela fait partie d’une tendance plus large visant à remédier à la pénurie de médecins en Europe en ouvrant la possibilité de demander des conseils médicaux à distance. Cette situation s’est accentuée pendant la pandémie de COVID-19 dans le but de limiter la propagation de la maladie par contact direct.

Selon l’enquête de l’OMS, plus de 80 pour cent des pays de l’UE utilisent les fonds spéciaux alloués pendant la pandémie de COVID-19 pour la télémédecine et le partage de données de santé.

Le pourcentage d’États ayant lancé des initiatives de télésanté a considérablement augmenté par rapport à la même enquête de 2015.

Environ 60 pour cent des pays de la région européenne de l’OMS ont déclaré que leurs services de télémédecine se sont améliorés grâce à la pandémie.

Mais l’OMS a souligné que plus de la moitié des pays de la région ont déclaré qu’il n’y avait pas d’évaluation de leurs services de télésanté, et qu’il y avait « un long chemin à parcourir » pour les améliorer.

Laisser un commentaire

quatre × 3 =