Tobacco auctioneers go through their drills during the opening of the tobacco selling season in Harare, Zimbabwe, Wednesday, March 13, 2024.

Milos Schmidt

« La saison la plus difficile » : El Niño laisse les producteurs de tabac du Zimbabwe avec moins de récoltes et des prix plus bas

Les agriculteurs devraient perdre 20 % de leurs revenus, ce qui obligera beaucoup d’entre eux à dépendre de l’aide alimentaire.

Le Zimbabwe, le plus grand producteur de tabac d’Afrique, a commencé mercredi sa saison annuelle de vente de tabac, les autorités et les agriculteurs prévoyant une forte baisse des récoltes et de la qualité en raison d’une sécheresse imputée au changement climatique et aggravée par El Niño.

D’une récolte record de 296 millions de kilogrammes (326 000 tonnes) l’année dernière, le pays estime que la production tombera à environ 235 millions de kilogrammes (259 000 tonnes) cette saison, a déclaré Patrick Devenish, président du Conseil de commercialisation de l’industrie du tabac (TIMB). lors de l’ouverture officielle dans la capitale, Harare.

« La majeure partie de notre tabac est cultivée par de petits agriculteurs. Ils dépendent des pluies, et une sécheresse n’est pas bonne pour leurs récoltes », a déclaré Devenish. « La qualité d’une partie du tabac peut également être affectée. »

Il affirme que le Zimbabwe vend la majeure partie de son tabac à la Chine, même si l’Europe occidentale et orientale ainsi que certaines parties de l’Afrique restent des marchés importants. En 2023, elle a reçu un montant record de 1,2 milliard de dollars (1,1 milliard d’euros) provenant des exportations de tabac, contre 975 millions de dollars (960 millions d’euros) en 2022, selon le TIMB. Le tabac est l’une des principales sources de devises du pays, avec les minéraux comme l’or.

Des conditions météorologiques imprévisibles ruinent les récoltes de tabac

Le ministre de l’Agriculture, Anxious Masuka, a déclaré que les petits agriculteurs, qui manquent d’équipement et dépendent de la pluie, produisent environ 75 % de la récolte. Cela rend la production du pays vulnérable aux conditions météorologiques.

Comme certains de ses voisins d’Afrique australe, le Zimbabwe est aux prises avec une sécheresse dévastatrice que les agences humanitaires attribuent à El Niño et au changement climatique.

La production de tabac avait rebondi dans ce petit pays africain, après avoir chuté d’environ 240 millions de kilogrammes (265 000 tonnes) en 1998 à moins de 50 millions de kilogrammes (60 000 tonnes) une décennie plus tard, suite à l’expulsion de plusieurs milliers d’agriculteurs blancs qui représentaient la majorité. des producteurs.

Grâce à la récolte record de l’année dernière, le Zimbabwe a retrouvé sa place parmi les 10 premiers exportateurs mondiaux de tabac, aux côtés des mégaproducteurs Chine, Inde, Brésil, États-Unis et Indonésie.

Le pays espérait augmenter sa récolte à 300 millions de kilogrammes (330 000 tonnes) d’ici la fin de 2025 dans le cadre d’un plan gouvernemental de transformation du tabac adopté en 2021.

Mais la sécheresse a sérieusement ébranlé l’optimisme des agriculteurs cette saison.

« La sécheresse risque de coûter aux agriculteurs 20 % ou plus de leurs revenus habituels », a déclaré George Seremwe, président de l’Association des producteurs de tabac du Zimbabwe, qui représente les petits agriculteurs noirs.

« La saison la plus difficile »

Likephone Makii, un producteur de tabac de Madziwa, à environ 140 kilomètres au nord-ouest de Harare, regarde le prix qu’il reçoit aux enchères pour l’une de ses balles, à peine 1,70 $ (1,55 €) le kilo en raison de sa mauvaise qualité, et secoue la tête déprimée.

Makii, qui cultive du tabac depuis neuf ans, affirme qu’il récolte habituellement entre 6 000 et 7 000 kilogrammes (6,6 à 7,7 tonnes) sur sa parcelle de deux hectares (5 acres), qui dépend de l’eau de pluie. Il n’attend que 3 000 kilogrammes (3,3 tonnes) cette saison.

« Cela a été la saison la plus difficile pour moi et pour mes collègues petits agriculteurs », a-t-il déclaré.

Dépendant uniquement du tabac pour survivre, Makii prédit que sa famille aura besoin d’une aide alimentaire pour passer l’année.

Il rejoindra des millions d’autres personnes contraintes de dépendre de l’aide alimentaire alors que la sécheresse fait des ravages sur les familles qui cultivent des cultures de rapport comme le tabac ainsi que des aliments de base comme le maïs, selon les agences humanitaires.

Laisser un commentaire

neuf − trois =