North Macedonia

Jean Delaunay

La Russie tente de « détourner » la frustration liée au retard de l’adhésion à l’UE, selon le ministre des Affaires étrangères de la Macédoine du Nord

La frustration suscitée par le retard de l’adhésion de la Macédoine du Nord à l’UE crée une opportunité pour la Russie de semer la discorde dans le pays à travers un « arsenal » de guerre hybride, a averti le ministre des Affaires étrangères du pays.

Bujar Osmani a déclaré mardi soir à L’Observatoire de l’Europe que la Russie recourait à des campagnes de désinformation ciblées – notamment la pêche à la traîne en ligne et les fausses nouvelles – pour « fracturer le tissu social de la société » dans le pays et dans l’ensemble des Balkans occidentaux et bloquer leur adhésion à l’UE.

« De toute évidence, la Russie a conçu la désinformation afin d’empêcher la Macédoine du Nord d’atteindre ses objectifs stratégiques, à savoir l’adhésion à l’OTAN et à l’UE », a déclaré Osmani.

« La frustration qui s’accumule tout au long du chemin (vers l’adhésion à l’UE) est détournée par des forces malveillantes qui tentent de canaliser cette énergie de frustration dans leur moulin à vent », a-t-il ajouté.

La Macédoine du Nord est devenue candidate officielle à l’adhésion à l’Union européenne il y a près de deux décennies, aux côtés de la Croatie et de la Slovénie, désormais membres pleinement intégrés de l’UE.

Son processus d’adhésion a été bloqué en raison de différends avec la Grèce sur le nom du pays et avec la Bulgarie sur les droits des minorités consacrés dans la constitution.

Quatre autres pays de la région – l’Albanie, la Bosnie-Herzégovine, le Monténégro et la Serbie – sont également candidats officiels à l’UE. Des négociations d’adhésion formelles ont été ouvertes avec tous les pays à l’exception de la Bosnie-Herzégovine. Le Kosovo, qui n’est pas reconnu comme un État indépendant par tous les États membres de l’UE, est un « candidat potentiel » à l’adhésion.

Mais leurs offres ont été en proie à des retards et à des difficultés. Osmani a déclaré que la région se trouve désormais à un « carrefour géopolitique » où l’arène politique est de plus en plus polarisée entre pro-européens et anti-européens.

Le mouvement séparatiste dans la Republika Srpska à majorité serbe de Bosnie et les retards dans la normalisation des relations entre la Serbie et le Kosovo sont autant d’exemples de tensions exacerbées par les acteurs soutenus par la Russie, a déclaré Osmani.

« Je crois que derrière tous ces efforts visant à maintenir la région dans l’impasse, à la maintenir dans une confrontation et des conflits perpétuels, se cache la Fédération de Russie, à travers son arsenal de moyens, mais aussi des acteurs étatiques et non étatiques par procuration dans la région », a-t-il déclaré.

« La seule réponse est de poursuivre sans équivoque notre programme d’intégration euro-atlantique. »

Osmani soutient la nouvelle approche de Bruxelles d’intégration « progressive », y compris le plan de croissance de 6 milliards d’euros pour 2024-2027, conçu pour ouvrir le marché commun du bloc aux candidats des Balkans occidentaux et censé stimuler leurs économies jusqu’à 10 %.

« Nous avons réalisé que le concept par défaut de l’adhésion à l’UE est tout ou rien. La route est longue, le voyage est difficile, et les gens et les candidats ne voient aucun avantage dans la route elle-même », a expliqué Osmani.

« Ce que nous souhaitons, c’est une intégration progressive de la région dans le marché unique avant l’adhésion et une intégration dans les formats formels de l’Union européenne avant l’intégration elle-même », a-t-il ajouté.

Cela pourrait impliquer d’accorder aux pays des Balkans occidentaux le statut d’observateur aux réunions ministérielles de l’UE telles que le Conseil des Affaires étrangères, une idée à laquelle ses homologues européens soutiennent, a déclaré Osmani.

« L’une des menaces les plus importantes de notre époque »

Osmani s’est entretenu avec L’Observatoire de l’Europe à la suite du lancement du deuxième rapport annuel sur la désinformation du Service européen pour l’action extérieure (SEAE), qui désigne la Russie comme le principal coupable de la diffusion de désinformations préjudiciables sur les plateformes numériques, et l’Ukraine comme la principale cible.

Le chef des Affaires étrangères de l’UE, Josep Borrell, a décrit la désinformation comme « l’une des menaces les plus importantes de notre époque » et un « cancer qui met en danger la santé de la démocratie ».

Le rapport, qui s’appuie sur une enquête portant sur 750 cas de manipulation et d’interférence de l’information étrangère (FIMI), indique que d’autres États, comme la Chine, ont également recours à l’ingérence pour saper les institutions démocratiques et alimenter la polarisation à l’étranger, comme moyen de « réaliser leurs objectifs ». propres objectifs politiques et économiques.

Les personnes les plus ciblées dans les affaires enquêtées étaient le président ukrainien Volodymyr Zelenskyy, le président français Emmanuel Macron, Josep Borrell lui-même ainsi que des célébrités telles que Nicolas Cage et Margot Robbie, dont les voix et les visages ont été délibérément manipulés pour semer la désinformation.

Telegram et X sont apparus comme les plateformes privilégiées pour les attaques FIMI, avec des attaques également orchestrées sur Facebook, TikTok, Youtube et Reddit ainsi que sur les réseaux sociaux russes VKontakte et Odnoklassniki.

Même si le rapport note qu’il est « prudent » de se préparer à une éventuelle ingérence à l’approche des élections européennes de juin, il met également en garde contre « une augmentation de la menace ».

S’exprimant lors de l’événement, Osmani a déclaré que les Balkans occidentaux étaient le « ventre mou » de l’UE en matière d’ingérence étrangère et la « ligne de feu » dans la guerre de désinformation entre l’Est et l’Ouest.

Laisser un commentaire

quinze + douze =