Russian President Vladimir Putin and North Korea

Jean Delaunay

La Russie tend la main à la Corée du Nord isolationniste pour exploiter ses ressources de guerre

Quelles sont les principales raisons qui poussent la Russie à achever son virage stratégique vers l’Asie de l’Est et même à signer un pacte de défense mutuelle avec la Corée du Nord ?

Vladimir Poutine a reçu un accueil si impressionnant en Corée du Nord que le tapis rouge sur lequel il a été accueilli par Kim Jong Un a ensuite été visible sur les images satellite de l’orbite terrestre.

Les relations économiques entre la Russie et la Corée du Nord remontent à l’après-Seconde Guerre mondiale, lorsque l’Union soviétique a joué un rôle crucial dans la création de la République populaire démocratique de Corée (RPDC) en 1948.

Pendant la guerre froide, l’Union soviétique était le principal bienfaiteur économique et militaire de la Corée du Nord, fournissant une aide substantielle, une assistance technique et des opportunités commerciales. Cependant, avec la dissolution de l’Union soviétique en 1991, ce soutien a considérablement diminué, ce qui a conduit la Corée du Nord à faire face à d’importants défis économiques.

Dans les années 1990, la Russie, aux prises avec sa propre transition économique et ses troubles internes, tout en abaissant ses ambitions impériales au niveau régional, n’a accordé que peu d’attention à la Corée du Nord. Cependant, les années 2000 ont vu un regain d’intérêt alors que la Russie cherchait à réaffirmer son influence en Asie du Nord-Est. Les liens historiques et les impératifs stratégiques ont depuis poussé Moscou et Pyongyang à relancer et reconfigurer leur partenariat économique.

Le commerce entre la Russie et la Corée du Nord a connu des fluctuations, souvent influencées par les sanctions internationales et les relations diplomatiques. Les relations commerciales se caractérisent principalement par les exportations nord-coréennes de minéraux, de textiles et de produits agricoles, tandis que la Russie exporte des ressources énergétiques, des machines et du matériel de transport.

Le président Poutine est un invité de marque et très honoré pour la Corée du Nord
Le président Poutine est un invité de marque et très honoré pour la Corée du Nord

Le déplacement radical de la Russie vers la Chine, mais aussi vers des pays comme la Corée du Nord ou l’Iran, est une conséquence directe de l’invasion russe de l’Ukraine. Cela pourrait ne pas s’avérer être une grande décision de la part du dirigeant russe Vladimir Poutine, comme l’a récemment écrit Robin Brooks, chercheur principal à l’Institut Brookings, sur X : « L’économie russe est minuscule comparée à la puissance combinée des consommateurs occidentaux. Nous voyons déjà la croissance des exportations chinoises vers la Russie chuter après une brève – et légère – hausse. »

Néanmoins, la Russie de Poutine n’a guère le choix, maintenant qu’elle a effectivement rompu ses liens avec les économies occidentales avancées et qu’elle poursuit actuellement une stratégie d’antagonisme ouvert envers ses précédents partenaires commerciaux.

Maria Shagina, chercheuse à l’Institut international d’études stratégiques, déclare à L’Observatoire de l’Europe : « Après avoir rejoint le club des sanctions, la Russie est désormais obligée de traiter avec la Corée du Nord. Moscou et Pyongyang sont liés par leur ressentiment à l’égard de l’hégémonie américaine et leur volonté de défier la Corée du Nord. Sanctions occidentales ».

La Corée du Nord, en tant qu’île isolée de totalitarisme avancé, constitue certainement un excellent partenaire avec lequel « contrarier » l’Occident. Elina Ribakova, directrice du programme des affaires internationales et vice-présidente de la politique étrangère de la Kyiv School of Economics, explique à L’Observatoire de l’Europe : « Il n’y a absolument aucune justification économique valable pour la coopération croissante entre la Russie et la Corée du Nord. de coopération militaire. Du point de vue économique, la Corée du Nord ne peut pas offrir grand-chose à la Russie. »

Branislav Slantchev, professeur à l’Université de Californie à San Diego, a résumé pour L’Observatoire de l’Europe qu’il pensait également que l’acquisition de munitions d’artillerie était l’un des principaux objectifs de la Russie dans sa collaboration étroite avec la Corée du Nord, mais a ajouté que « des travailleurs invités pour aider à résoudre la pénurie de main-d’œuvre en Russie « , cela pourrait aussi être dans l’intérêt de Moscou.

La Corée du Nord est un État paria, son régime constitue également une menace sérieuse pour la sécurité internationale et sa coopération avec Moscou doit donc être prise au sérieux.

Ivan Kłyszcz, chercheur au Centre international de défense et de sécurité de Tallinn

La migration de main-d’œuvre est l’une des facettes uniques des relations économiques entre la Russie et la Corée du Nord. Des milliers de travailleurs nord-coréens sont employés en Russie, principalement en Extrême-Orient, dans des secteurs tels que la construction, l’exploitation forestière et l’agriculture. Ces travailleurs constituent une source cruciale de devises étrangères pour le régime nord-coréen. Cependant, cet aspect du partenariat a suscité des critiques internationales en raison d’inquiétudes concernant les conditions de travail et la violation potentielle des sanctions.

La coopération énergétique constitue, outre la coopération militaire, un aspect important du partenariat économique entre la Russie et la Corée du Nord. La Russie, avec ses vastes ressources énergétiques, a cherché à remédier aux pénuries énergétiques chroniques de la Corée du Nord. Des projets tels que l’extension potentielle du chemin de fer transsibérien vers la Corée du Sud via la Corée du Nord et la construction de gazoducs et de réseaux électriques soulignent l’importance stratégique de la coopération énergétique. Même si ces projets se heurtent à de nombreux obstacles politiques et logistiques, ils représentent une vision à long terme de l’intégration économique régionale.

Pour la Russie, le partenariat économique avec la Corée du Nord n’est pas uniquement une question de gains économiques ; elle est profondément liée à des considérations géopolitiques. En s’engageant auprès de la Corée du Nord, la Russie vise à renforcer son influence dans la péninsule coréenne et à contrebalancer la présence des États-Unis et de leurs alliés dans la région. Cette stratégie s’aligne sur l’objectif plus large de la Russie de s’affirmer comme un acteur clé de la géopolitique mondiale. Comme l’explique Alexander Clarkson, professeur au King’s College de Londres, à L’Observatoire de l’Europe : « Dans ce contexte, cela signale à la Chine que la Russie peut trouver d’autres sources de soutien, au risque toutefois d’irriter Pékin lorsque le régime de Poutine bouleverse les arrangements sur la péninsule coréenne. « .

Ayant rejoint le club des sanctions, la Russie est désormais contrainte de traiter avec la Corée du Nord. Moscou et Pyongyang sont liés par leur ressentiment à l’égard de l’hégémonie américaine et par leur volonté de défier les sanctions occidentales.

Maria Shagina, chercheuse à l’Institut international d’études stratégiques

L’accord de défense mutuelle signé entre Poutine et Kim constitue un signal d’alarme pour les États-Unis. Ivan Kłyszcz, chercheur au Centre international de défense et de sécurité de Tallinn, soulève un point qui donne à réfléchir pour L’Observatoire de l’Europe : « Même si la Corée du Nord est un État paria, son régime constitue également une menace sérieuse pour la sécurité internationale, d’où sa coopération avec Moscou. doit être pris au sérieux ».

Le président Poutine prend le volant en compagnie du dirigeant nord-coréen Kim Jong Un
Le président Poutine prend le volant en compagnie du dirigeant nord-coréen Kim Jong Un

Pour la Corée du Nord, la Russie constitue un contrepoids essentiel à l’influence écrasante de la Chine. Alors que la Chine reste le principal allié et la bouée de sauvetage économique de la Corée du Nord, Pyongyang cherche à diversifier ses partenariats internationaux pour éviter une dépendance excessive à l’égard de Pékin. Le soutien de la Russie, tant économique que diplomatique, donne à la Corée du Nord un levier supplémentaire dans ses relations avec la Chine et d’autres acteurs internationaux.

Alexander Lanoszka, professeur associé à l’Université de Waterloo, a expliqué à L’Observatoire de l’Europe sa définition du pacte de défense récemment signé entre la Russie et la Corée du Nord : « Il existe un accord écrit qui contient des engagements de défense mutuelle. C’est une alliance. »

Le bureau présidentiel sud-coréen a condamné ledit accord et a déclaré publiquement qu’il reconsidérerait sa politique actuelle consistant à limiter le soutien à l’Ukraine en matière de fournitures non létales. En cela, nous pouvons observer que la stratégie russe de renforcement des liens avec la Corée du Nord a des conséquences régionales de grande envergure, des pays comme la Corée du Sud et le Japon en faisant les frais.

Même si les scènes de propagande venant de Pyongyang cette semaine peuvent être absurdes et parfois obscènes, le potentiel destructeur mutuellement accru de la Russie et de la Corée du Nord n’est pas une question de rire. Non seulement cette coopération prolonge la guerre en Ukraine, mais elle donne également l’image effrayante d’une Corée du Nord dotée de capacités de frappe nucléaire accrues.

Laisser un commentaire

sept − deux =