La Russie se moque de Macron après sa défaite aux élections européennes

Martin Goujon

La Russie se moque de Macron après sa défaite aux élections européennes

La Russie surveillait définitivement les résultats des élections européennes.

La décision choc du président français Emmanuel Macron de convoquer des élections législatives après la défaite écrasante de son parti dans les élections européennes, ainsi que le succès de l’extrême droite dans les pays du continent, ont fait la une des journaux.

Alors que Macron a récemment lancé une initiative visant à déployer des forces occidentales en Ukraine, il n’est peut-être pas surprenant que le ton soit joyeux.

« Même si, jusqu’à présent, les partis pro-européens conservent leur position de leader, avec le temps, les partis de droite prendront leurs talons », a déclaré le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, à propos du vote européen.

Le chef de la Douma russe Viatcheslav Volodine a écrit sur Telegram que « Macron et Scholz s’accrochent au pouvoir avec leurs dernières forces », profitant de l’occasion pour s’en prendre également au chancelier allemand Olaf Scholz, dont les socialistes sont arrivés en troisième position derrière l’extrême. -Alternative de droite pour l’Allemagne (AfD).

« La bonne chose à faire serait de démissionner et d’arrêter de se moquer de leurs citoyens », a déclaré Volodine, qui préside la chambre basse du Parlement russe depuis 2016 et a été un partisan indéfectible du président russe Vladimir Poutine.

Selon Volodine, les résultats des élections en France et en Allemagne n’ont pas été surprenants, étant donné que « l’économie stagne, il y a une crise migratoire et les pays sont impliqués dans une guerre en Ukraine contre leurs propres intérêts nationaux ».

L’analyste pro-Kremlin Sergueï Markov a également lié le résultat français à l’invasion à grande échelle de l’Ukraine par la Russie, que Moscou impute à l’Occident.

« J’espère que Macron comprend que les Français le rejettent parce qu’il attise la guerre contre la Russie en Ukraine », a plaisanté Markov, ancien conseiller du Kremlin. « Mais peut-être qu’il choisira plutôt l’escalade et lancera une guerre de l’OTAN contre la Russie. »

Dans son propre rapport post-électoral, l’agence de presse officielle russe TASS a conclu que les citoyens européens s’étaient « prononcés contre la décision prise par Bruxelles, mais ils ne seront pas entendus ».

Sous la direction d’Ursula von der Leyen, la Commission européenne continuerait à prendre des « mesures impopulaires », telles que les négociations d’adhésion à l’UE avec l’Ukraine, et chercherait de nouveaux moyens de sanctionner la Russie, ajoute l’article de TASS.

« Les partis opposés aux sanctions contre la Russie se multiplient lors des élections européennes », a écrit lundi la plateforme médiatique de propagande RT, qui a été bloquée sur les ondes en Europe.

Il souligne que l’opposante politique de Macron, Marine Le Pen, s’oppose à l’utilisation par l’Ukraine d’armes occidentales pour mener des frappes sur le sol russe et s’est prononcée contre les sanctions.

Pendant ce temps, l’AfD, poursuit l’article, « s’est opposée à plusieurs reprises aux sanctions occidentales contre la Russie et à l’aide militaire à l’Ukraine », laissant entendre que les bouleversements politiques dans les deux puissances européennes pourraient profiter à Moscou.

Dans la blogosphère russe, on a parlé d’un « affaiblissement du bloc anti-russe » au sein de l’UE.

Sur un ton inquiétant, Rybar, un éminent blogueur militaire comptant plus d’un million de followers sur Telegram, a averti que les partis d’extrême droite en Europe seraient confrontés à « une nouvelle vague de répression et de pression ».

« Certains, dans un contexte de mécontentement croissant à l’égard du soutien à la soi-disant Ukraine, seront accusés de sympathiser avec la Russie, et d’autres seront poursuivis en justice », a écrit Rybar, faisant référence au récent scandale du Russiagate qui a impliqué des politiciens d’extrême droite en Allemagne. soupçonné d’avoir bénéficié de financements russes.

« Ce n’est que le début », a ajouté Rybar.

Dans certains milieux, le ton était légèrement plus modéré. « Il n’y a pas eu de révolution », a écrit sur Telegram le groupe de réflexion Russia in Global Affairs, qui conseille le Kremlin en matière de politique étrangère.

Mais il ajoute : « Macron a placé la question ukrainienne et la promesse d’une ingérence militaire au cœur de sa campagne… Les résultats montrent que cela n’a pas réussi à enthousiasmer les électeurs. »

Mi-lundi, la réaction la plus extrême est peut-être venue de l’homme nommé par Moscou ambassadeur du ministère des Affaires étrangères chargé des « crimes du régime de Kiev », Rodion Miroshnik, qui a déclaré à la chaîne de télévision Rossia-24 que Macron devrait faire l’objet de poursuites pénales. lui.

« Dans le but de montrer son approche napoléonienne, il a pris des mesures sérieuses pour tenter de provoquer une escalade sur le territoire russe et contre la Russie », a déclaré Miroshnik, accusant le dirigeant français d’être complice des crimes de guerre ukrainiens. Il a admis que la Cour internationale de Justice ne coopérerait probablement pas à une telle initiative.

Laisser un commentaire

quatorze − trois =