Theater director Zhenya Berkovich and playwright Svetlana Petriychuk stand in a glass cage in a courtroom prior to a hearing in a court in Moscow, Russia, 6 September, 2023.

Jean Delaunay

La Russie prolonge la détention provisoire du metteur en scène et dramaturge

Dans le cadre de la dernière mesure prise par le Kremlin pour réprimer la dissidence, les femmes russes sont accusées de justifier le terrorisme et seront détenues jusqu’en mars 2024.

Un tribunal de Moscou a prolongé mardi la détention provisoire d’un metteur en scène de théâtre et d’un dramaturge, détenus depuis mai 2023 pour apologie du terrorisme.

Le tribunal a ordonné que la directrice de théâtre et dramaturge russe Svetlana Petriyuchik reste derrière les barreaux jusqu’au 10 mars 2024. Depuis leur arrestation, les femmes ont déposé trois recours pour être maintenues en détention provisoire, mais le tribunal a rejeté ces demandes.

Leur pièce primée, « Finist, the Brave Falcon », raconte l’histoire vraie de femmes russes recrutées en ligne par des islamistes radicaux pour se marier et vivre en Syrie. Une fois sur place, ils se sont retrouvés en pleine guerre et ont subi des abus. Les femmes qui ont réussi à s’échapper et à rentrer chez elles en Russie ont été poursuivies. La pièce a été créée à Moscou en 2021 et a remporté plusieurs prix de théâtre.

Les responsables russes affirment que la pièce justifie le terrorisme, un délit passible d’une peine pouvant aller jusqu’à sept ans de prison.

Le président Vladimir Poutine sévit depuis des années contre ses opposants, notamment contre les militants et les journalistes. La plupart des organes de presse internationaux ont quitté le pays tandis que plusieurs médias étrangers ont été qualifiés d’« indésirables » et fermés en vertu de la loi russe sur les organisations indésirables.

Suite à l’invasion à grande échelle de l’Ukraine en février 2022, la répression s’est intensifiée. Poutine a étendu la loi sur les « fausses nouvelles » pour criminaliser toute personne diffusant de fausses informations sur l’armée russe. Des individus exprimant leur opposition à la guerre ont été arrêtés en vertu de cette législation.

Cas d’Alexeï Navalny

Mercredi, l’opposant emprisonné Alexeï Navalny est apparu à la télévision lors d’une audience devant le tribunal depuis sa nouvelle cellule dans une prison de l’Arctique.

Navalny, fervent critique du gouvernement russe, est condamné à 30 ans de prison pour fraude, création d’une communauté extrémiste et financement d’activités extrémistes dans le pays. Il a été emprisonné dans une prison du centre de la Russie. Pourtant, le mois dernier, il a été transféré dans une colonie pénitentiaire située au-dessus du cercle polaire arctique.

« L’idée selon laquelle Poutine se contente du fait qu’il m’a mis dans une cabane dans l’extrême nord et que je ne suis plus torturé à SHIZO était non seulement lâche mais aussi naïve », a déclaré Navalny. publié sur son compte X mardi.

Laisser un commentaire

16 + 20 =