Angara-A5 rocket lifts off from Vostochny space launch facility.

Jean Delaunay

La Russie lance une fusée depuis le complexe spatial d’Extrême-Orient

Le lancement réussi de la nouvelle fusée lourde intervient après deux tentatives infructueuses en début de semaine.

La Russie a testé jeudi avec succès une nouvelle fusée lourde depuis son complexe spatial d’Extrême-Orient, un décollage qui intervient après deux tentatives avortées en début de semaine.

La première tentative de lancement de la fusée Angara-A5 depuis le port spatial de Vostochny mardi a été annulée environ deux minutes avant le décollage prévu en raison d’une défaillance du système de pressurisation du réservoir de comburant dans le bloc central de la fusée.

La deuxième tentative de lancement mercredi a également été avortée par le système de sécurité automatique, qui a détecté un défaut dans le mécanisme de commande de démarrage du moteur, a déclaré Yuri Borissov, chef de la société spatiale russe Roscosmos. Il a ajouté que l’échec était très probablement dû à une erreur de programmation.

Le lancement de jeudi est le quatrième de l’Angara-A5, une version lourde de la nouvelle famille de fusées Angara qui a été développée pour remplacer les fusées Proton de conception soviétique.

Les trois lancements précédents ont été effectués depuis la rampe de lancement de Plesetsk, dans le nord-ouest de la Russie.

Après l’éclatement de l’Union soviétique en 1991, la Russie a loué le cosmodrome de Baïkonour au Kazakhstan et a continué à l’utiliser pour la plupart de ses lancements spatiaux. L’accord avec le Kazakhstan permet à la Russie de continuer à louer Baïkonour pour 107 millions d’euros par an jusqu’en 2050.

Alors que Roscosmos continue de s’appuyer sur Baïkonour, les autorités russes ont développé Vostochny comme installation de choix pour les lancements d’Angara. La construction du nouveau port spatial a duré plus longtemps que prévu et n’a jusqu’à présent connu qu’une utilisation limitée.

Le développement de l’Angara-A-5, qui devrait être le principal lanceur du futur programme russe de recherche lunaire, a également connu des retards répétés et a pris des années de retard.

Comme la Proton de conception soviétique qu’elle est sur le point de remplacer, la nouvelle fusée est destinée à lancer des satellites de renseignement et de communication sur des orbites géostationnaires.

Laisser un commentaire

quatre × deux =