Firefighters extinguish burning cars after shelling in Belgorod, Russia

Jean Delaunay

La Russie frappe l’Ukraine après l’attaque meurtrière d’une ville frontalière

Moscou a frappé vendredi l’Ukraine avec ce qui a été décrit comme le plus grand bombardement aérien de la guerre.

La Russie a lancé samedi soir une nouvelle attaque de drones contre l’Ukraine, après avoir promis que les frappes sur la ville frontalière russe de Belgorod plus tôt dans la journée « ne resteraient pas impunies ».

L’armée de l’air ukrainienne a annoncé dimanche avoir abattu 21 des 49 drones lancés par les forces russes dans la nuit.

Vingt-huit personnes ont été blessées lors d’une attaque contre la ville orientale de Kharkiv, a déclaré dimanche le gouverneur régional Oleh Syniehubov.

Un hôtel central, des immeubles d’habitation, un jardin d’enfants, des magasins et des bâtiments administratifs ont été endommagés, selon le parquet régional.

Dans la région de Kiev, une attaque de drone russe a provoqué un incendie dans une infrastructure critique, ont indiqué des responsables locaux. Ils n’ont pas identifié davantage l’installation.

Les attaques russes font suite à des bombardements samedi dans le centre de la ville frontalière russe de Belgorod, qui ont tué 24 personnes, dont trois enfants.

Cent huit autres personnes ont été blessées lors de cette frappe, a déclaré dimanche le gouverneur régional Viatcheslav Gladkov.

Il s’agit de l’une des attaques les plus meurtrières perpétrées sur le sol russe depuis le début de l’invasion de l’Ukraine par Moscou il y a 22 mois.

Les autorités russes ont accusé Kiev d’avoir mené cette attaque, qui a eu lieu au lendemain d’un bombardement aérien russe de 18 heures sur l’Ukraine, qui a tué au moins 41 civils.

« Ce crime ne restera pas impuni », a déclaré le ministère dans un communiqué publié sur les réseaux sociaux.

Lors d’une réunion d’urgence du Conseil de sécurité de l’ONU convoquée par Moscou samedi soir, l’envoyé russe à l’ONU, Vasily Nebenzya, a accusé Kiev d’une « attaque terroriste ».

Dans des propos relayés par les médias d’État russes, il a affirmé que l’Ukraine avait lancé « un acte de terrorisme délibéré dirigé contre des civils ».

Laisser un commentaire

quatre × un =