A general view shows a Security Council meeting at United Nations headquarters, Friday, March. 22, 2024.

Jean Delaunay

La Russie et la Chine opposent leur veto à l’ONU à la proposition américaine de cessez-le-feu à Gaza

La Russie et la Chine opposent leur veto à la résolution américaine appelant à un cessez-le-feu immédiat à Gaza

La Russie et la Chine ont opposé leur veto à une résolution proposée par les États-Unis au Conseil de sécurité de l’ONU appelant à un cessez-le-feu à Gaza lié à un accord de prise d’otages.

Le vote au Conseil de sécurité, composé de 15 membres, était de 11 membres pour et trois contre, dont l’Algérie, le représentant arabe au conseil. Il y a eu une abstention, celle de la Guyane.

Avant le vote, Vassily Nebenzia, l’ambassadeur de Russie auprès de l’ONU, a déclaré que la Russie était favorable à un arrêt immédiat des hostilités. Cependant, il a critiqué un langage dilué faisant référence à des impératifs moraux, qu’il a qualifié de formulation philosophique qui n’a pas sa place dans une résolution de l’ONU.

Nebenzia a accusé le secrétaire d’État américain Antony Blinken et l’ambassadrice américaine Linda Thomas-Greenfield d’avoir « délibérément induit la communauté internationale en erreur ».

Thomas-Greenfield a exhorté le Conseil à adopter la résolution pour faire pression en faveur d’un cessez-le-feu immédiat et de la libération des otages, ainsi que pour répondre à la crise humanitaire à Gaza et soutenir la diplomatie en cours des États-Unis, de l’Égypte et du Qatar.

Après le vote, Thomas-Greenfield a accusé la Russie et la Chine d’avoir voté pour des « raisons profondément cyniques », affirmant qu’elles ne pouvaient pas se résoudre à condamner les attaques terroristes du Hamas dans le sud d’Israël le 7 octobre, ce que la résolution aurait fait pour la première fois. .

Un point clé du vote a été le langage inhabituel lié au cessez-le-feu. Il a déclaré que le Conseil de sécurité « détermine l’impératif d’un cessez-le-feu immédiat et durable », et non une simple « exigence » ou un « appel ».

La résolution reflète effectivement un changement de cap des États-Unis, qui se trouvent en désaccord avec une grande partie du monde alors que même leurs alliés les plus proches font pression pour une fin inconditionnelle des combats.

Dans leurs résolutions précédentes, les États-Unis ont étroitement lié les appels au cessez-le-feu aux demandes de libération des otages israéliens à Gaza. Cette résolution, à travers une formulation maladroite et sujette à interprétation, continue de lier les deux questions, mais pas aussi fermement.

Même si la résolution aurait été officiellement contraignante au regard du droit international, elle n’aurait pas mis fin aux combats ni conduit à la libération des otages. Mais cela aurait ajouté à la pression sur Israël, car son allié le plus proche se conforme davantage aux demandes mondiales de cessez-le-feu à un moment de tensions croissantes entre les gouvernements américain et israélien.

Laisser un commentaire

deux × 3 =