La Russie dit qu'elle attend toujours l'invitation de la France pour le jour J, malgré le mécontentement de ses alliés

Martin Goujon

La Russie dit qu’elle attend toujours l’invitation de la France pour le jour J, malgré le mécontentement de ses alliés

PARIS — La Russie a déclaré mardi qu’elle n’avait pas encore reçu d’invitation pour le 80e anniversaire du débarquement, bien que la France ait déclaré qu’elle inviterait la Russie aux commémorations.

« Ces informations continuent de paraître périodiquement, citant soit des responsables à Paris, soit des médias locaux français », a déclaré Maria Zakharova, porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, aux médias russes Izvestia. « Littéralement tous les deux jours, je vérifie ces informations auprès de notre ambassadeur de France. Pour l’instant, il n’y a aucun changement », a-t-elle poursuivi.

Zakharova a déclaré que ce n’était pas la première fois que la Seconde Guerre mondiale était utilisée comme « manipulation » et comme « sujet de jeux politiques » pour les pays occidentaux.

L’invitation de la Russie est en train de devenir un casse-tête diplomatique pour la France alors que les dirigeants du monde se préparent à se rassembler sur les plages de Normandie le 6 juin. L’Observatoire de l’Europe a rapporté la semaine dernière que plusieurs pays alliés de la Seconde Guerre mondiale n’étaient pas ravis de la décision de la France d’inviter la Russie.

Le mois dernier, Mission Libération, l’organisateur des commémorations, a confirmé que même si le président russe Vladimir Poutine était persona non grata en raison de la guerre en Ukraine, des représentants russes seraient invités à la cérémonie.

L’Union soviétique a perdu 27 millions de vies pendant la Seconde Guerre mondiale et la Russie a été invitée par le passé aux commémorations de la guerre en France.

Mais alors que les forces russes renouvellent leur offensive dans le nord de l’Ukraine, les responsables américains et britanniques ont partagé leur malaise face à l’inclusion de représentants russes. La semaine dernière, deux responsables de la Maison Blanche ont déclaré à L’Observatoire de l’Europe qu’ils n’étaient pas satisfaits de ce geste.

« Nous nous en remettons au gouvernement français, qui organise la commémoration en Normandie », a déclaré l’un des responsables. « Mais peut-être que cela rappellera aux Russes qu’ils ont en réalité combattu autrefois de vrais nazis, et non des nazis imaginaires en Ukraine. »

Le Palais de l’Elysée a refusé de commenter cette histoire et Mission Libération n’était pas immédiatement disponible pour commenter.

.

Laisser un commentaire

trois × 4 =