Russian peacekeepers

Jean Delaunay

La Russie commence à retirer ses forces de maintien de la paix du Karabakh

La région est désormais sous le contrôle total de l’Azerbaïdjan après un bref conflit l’année dernière.

Les forces russes se retirent de la région azerbaïdjanaise du Karabakh, où elles sont stationnées en tant que soldats de la paix depuis la fin d’une guerre en 2020, ont confirmé mercredi des responsables des deux pays.

Hikmet Hajiyev, chef de la politique étrangère de l’administration présidentielle azerbaïdjanaise, n’a pas expliqué pourquoi les forces étaient retirées. Mais il a déclaré que leur présence semblait superflue après que l’Azerbaïdjan a repris le contrôle total de la région l’année dernière.

La région du Karabakh était sous le contrôle des Arméniens de souche jusqu’à la guerre de 2020 qui a permis à l’Azerbaïdjan de reprendre le contrôle de certaines parties de la région.

La guerre s’est terminée par un cessez-le-feu négocié par la Russie, qui prévoyait le déploiement d’environ 2 000 soldats de maintien de la paix dans les parties du Karabakh toujours détenues par les Arméniens.

Les tâches des forces consistaient notamment à assurer le libre passage sur la seule route reliant le Karabakh à l’Arménie.

Mais l’Azerbaïdjan a commencé à bloquer la route fin 2022, alléguant que l’Arménie l’utilisait pour le transport d’armes et pour la contrebande de minerais. Les forces russes ne sont pas intervenues.

Après des mois de pénuries alimentaires et médicales de plus en plus graves au Karabakh en raison du blocus, l’Azerbaïdjan a lancé une attaque éclair en septembre 2023 qui a contraint les autorités arméniennes du Karabakh à capituler après une journée de négociations négociées par des intermédiaires russes.

La quasi-totalité des quelque 50 000 résidents arméniens du Karabakh ont fui la région dans les jours qui ont suivi.

Laisser un commentaire

13 + 4 =