La Russie affirme que des drones ont été abattus au-dessus de la Crimée alors que Poutine affirme que Moscou dispose d'un stock de bombes à fragmentation

Jean Delaunay

La Russie affirme que des drones ont été abattus au-dessus de la Crimée alors que Poutine affirme que Moscou dispose d’un stock de bombes à fragmentation

La Russie affirme avoir repoussé une attaque de drones en Crimée occupée tandis que le président russe Vladimir Poutine affirme que son pays dispose d’un « stock suffisant » de bombes à fragmentation.

Dimanche, les autorités installées par Moscou dans la Crimée occupée par la Russie ont signalé une attaque de drone « massive et prolongée » dans la nuit contre Sébastopol, le plus grand port de la péninsule, qui abrite la flotte russe de la mer Noire.

Selon le gouverneur de Sébastopol, Mikhail Razvozhaev, la défense aérienne a abattu dix drones. Aucune victime ou dégât n’a été signalé.

Dans un communiqué, le ministère russe de la Défense a déclaré avoir abattu deux drones avec sa défense anti-aérienne et en avoir désactivé cinq autres avec des systèmes de brouillage.

Le ministère a également affirmé avoir détruit deux drones navals de l’armée ukrainienne, qui opèrent sans pilote à la surface de l’eau.

Sébastopol est le siège de la flotte russe de la mer Noire. Depuis le début de l’offensive contre l’Ukraine en février 2022, la Crimée, illégalement annexée par la Russie en 2014, est une cible régulière d’attaques de drones aériens et navals.

Poutine affirme que la Russie dispose d’un « stock suffisant » de bombes à fragmentation

Pendant ce temps, le président russe Vladimir Poutine a déclaré dimanche dans une interview à la télévision d’État que son pays disposait d’un « stock suffisant » d’armes à sous-munitions, et il a averti que la Russie « se réserve le droit de prendre des mesures réciproques » si l’Ukraine utilise les armes controversées.

Alors que Poutine a affirmé que Moscou n’avait pas utilisé de bombes à fragmentation dans sa guerre en Ukraine jusqu’à présent, l’utilisation par la Russie et l’Ukraine a été largement documentée.

AP Photo
Une fusée à munitions en grappe se trouve sur un champ de tournesols au coucher du soleil.

Les armes utilisent des bombes qui s’ouvrent dans les airs et libèrent des dizaines de petites bombes. Elles sont considérées par les États-Unis comme un moyen d’obtenir les munitions dont Kiev a un besoin critique pour aider à renforcer son offensive et à franchir les lignes de front russes.

Les bombes à fragmentation ont longtemps été critiquées par des groupes humanitaires et certains alliés des États-Unis. Ceux utilisés dans les conflits précédents ont eu un «taux de ratés» élevé, ce qui signifie qu’ils laissent souvent derrière eux des bombes non explosées qui peuvent blesser des civils longtemps après la fin d’une bataille.

Les partisans affirment que la Russie a déjà utilisé des armes à sous-munitions en Ukraine et que les armes fournies par les États-Unis ont été améliorées pour laisser derrière elles beaucoup moins de cartouches non explosées.

L’Ukraine a promis de les utiliser uniquement loin des zones densément peuplées.

Laisser un commentaire

2 × 4 =