La restauration à Venise du chef-d'œuvre en voie de disparition de Banksy suscite la colère des artistes

Jean Delaunay

La restauration à Venise du chef-d’œuvre en voie de disparition de Banksy suscite la colère des artistes

Le ministère italien de la Culture souhaite restaurer une œuvre de Banksy, mais certains artistes estiment qu’il faudrait la laisser disparaître naturellement.

Peinte sur le mur d’un palais vénitien abandonné, la création de Banksy à la Biennale d’art contemporain 2019, « L’enfant migrant », est devenue une attraction touristique dans la Cité des Canaux. Cependant, à cause de l’humidité et du sel, l’œuvre représentant un enfant portant un gilet de sauvetage et tenant une torche disparaît peu à peu.

Servant de commentaire sur la crise mondiale des réfugiés mais soulevant également des questions sur la nature éphémère de l’art, cette œuvre est également au centre d’une bataille de plus en plus âpre pour sa restauration.

Pour le sauver, le propriétaire du bâtiment a demandé à la Sopraintendenza dei Beni Culturali (Surintendance du patrimoine culturel) à intervenir, mais l’organisme chargé de la préservation du patrimoine culturel s’est déclaré incompétent pour s’occuper d’une pièce aussi récente.

Le maire de la ville, Luigi Brugnaro, et le président de la région Vénétie, Luca Zaia, ont demandé de l’aide à Vittorio Sgarbi, sous-secrétaire à la Culture du gouvernement de Giorgia Meloni. Ce dernier a pris sur lui de restaurer l’œuvre connue sous le nom de « L’Enfant migrant » grâce au financement privé d’une banque italienne, ce qui a suscité la colère des communautés architecturales et artistiques locales.

« Surface de sacrifice »

Le quartier de Rio Novo, où se trouve le pochoir, est l’un des plus animés de la ville, reliant la gare au Grand Canal. Le passage des bateaux à moteur provoque ce que les Vénitiens appellent « moto ondoso », des vagues qui contribuent à l’érosion de la lagune.

Ce phénomène est considéré comme une urgence majeure par l’UNESCO en raison de ses effets dévastateurs sur l’environnement et les infrastructures historiques de la ville.

« La partie inférieure des palais vénitiens, en contact avec l’eau, est appelée en architecture la ‘surface du sacrifice' », explique Monica Gambarotto, guide touristique vénitienne. « Il est généralement laissé en brique nue, non peinte, pour empêcher l’eau du canal de monter et d’être absorbée par le revêtement. »

A cause de l'humidité et du sel, « L'Enfant migrant » disparaît peu à peu.
A cause de l’humidité et du sel, « L’Enfant migrant » disparaît peu à peu.

Deux fins opposées du street art

La proposition du sous-secrétaire italien à la Culture a également été rejetée par les artistes locaux. « Banksy n’était pas un imbécile ; il était pleinement conscient que sa création au bord de l’eau n’était pas faite pour durer. La restaurer va à contre-courant », a déclaré Evyrein, un artiste connu pour ses personnages au pochoir rappelant le style de Banksy. Il a ajouté : « J’ai fait l’expérience de restaurer l’une de mes propres œuvres avec les meilleures intentions, et malgré le geste sincère, le résultat final était loin d’être souhaitable. Si jamais on me demandait de modifier le travail d’un autre artiste, je refuserais à moins que J’ai eu leur consentement explicite. »

Rosanna Carrieri, militante de l’association Mi Riconosci collaborant avec des professionnels du secteur culturel, a souligné l’importance d’impliquer les principales parties prenantes dans ces décisions. « Avant de lancer tout effort de restauration, il est impératif de consulter à la fois l’artiste et la communauté locale, sinon cela risque de devenir une entreprise descendante capitalisant sur la renommée de Banksy », a-t-elle souligné.

Apparue lors de la Biennale d'art contemporain 2019, l'œuvre portant la signature de Banksy est devenue une attraction touristique supplémentaire.
Apparue lors de la Biennale d’art contemporain 2019, l’œuvre portant la signature de Banksy est devenue une attraction touristique supplémentaire.

Contacté par L’Observatoire de l’Europe Culture, Sgarbi a suggéré que l’œuvre était désormais la propriété des autorités locales : « Je n’ai pas l’intention de consulter l’artiste : l’œuvre a été créée illégalement, et nous pouvons en faire ce que nous voulons. »

Dans le même temps, il a reconnu la valeur de l’œuvre d’art, déclarant : « De nombreux touristes la photographient, elle a donc une valeur sociologique significative ».

Sgarbi a ajouté que la restauration sera confiée à Federico Borgogni, qui a déjà réalisé une « opération de sauvetage » d’un pochoir de Banksy à Bristol.

Tourisme de street art

Monica Gambarotto, guide touristique locale, a été témoin de l’impact de l’artiste sur la scène artistique vénitienne. Son agence, Guided Tours in Venice, a même organisé une visite dédiée pour mettre en valeur l’influence de Banksy sur cette ville emblématique.

« L’idée est de proposer une promenade tranquille à la découverte du monde du street art à Venise. Certaines œuvres ont déjà disparu, comme celles créées par Blub (street artiste anonyme de Florence). Ces pièces, étant sur papier, sont plus susceptibles d’être déchirure ou vandalisme », explique Monica Gambarotto. « Bien que notre visite dédiée au street art ne soit pas très demandée, il est plus courant que les touristes demandent à inclure Banksy dans une visite personnalisée. »

Elle a souligné la complexité du processus décisionnel en matière de restauration, basé sur des contradictions. « Dans le passé, presque tous les palais vénitiens étaient ornés de fresques qui, avec le temps, ont naturellement disparu. Cela fait partie de l’évolution historique de la ville. (…) D’un autre côté, tout acte de vandalisme passager, comme ce le street art représente souvent, devient un testament historique. À cet égard, l’œuvre de Banksy reste encore aujourd’hui un document important.

Les troubles de Venise

Les critiques de la restauration soulignent que Venise a des problèmes plus urgents nécessitant un financement. Matteo Pandolfo, membre de l’Association des architectes vénitiens, a déclaré : « Ce palais est vide depuis des décennies, même si la ville est confrontée à une pénurie de logements ».

« Nous devrions nous préoccuper de l’équilibre délicat de Venise perturbé par le tourisme, plutôt que de la restauration d’une œuvre créée pour disparaître », a reconnu Rosanna Carrieri.

« Il faut considérer la question de la sauvegarde des œuvres d’art en général : le ministère manque de personnel, notamment d’historiens de l’art, pour assurer la préservation et l’accessibilité des œuvres d’art. Attirer l’attention sur « L’Enfant migrant » vide l’œuvre de son sens social et politique », a-t-elle ajouté.

Laisser un commentaire

deux × 4 =