The European Union is close to wrapping up the New Pact on Migration and Asylum.

Jean Delaunay

La réforme de la politique migratoire de l’UE ne mènera pas à des projets à la manière du Rwanda, déclare Ylva Johansson

La réforme de la politique migratoire de l’Union européenne n’encouragera pas l’externalisation des demandes d’asile, a déclaré Ylva Johansson.

« Avons-nous besoin de travailler avec des pays tiers pour gérer les migrations ? Ma réponse est définitivement oui. Nous le faisons déjà et il est nécessaire de le faire encore plus. Personne ne peut gérer seul les migrations », a déclaré mardi après-midi le commissaire européen aux Affaires intérieures. . « Nous devons donc travailler avec les pays partenaires et nous devons travailler le long des routes et nous devons lutter ensemble contre les passeurs. »

« Devrions-nous renvoyer les personnes qui se trouvent sur le territoire de l’UE et qui demandent l’asile vers un pays tiers ? Ma réponse est non. (Nous ne sommes) pas ouverts à cela dans le Pacte. »

Johansson faisait référence au Nouveau Pacte sur la migration et l’asile, la réforme globale du bloc qui prévoit des règles communes pour gérer l’arrivée des demandeurs d’asile, accélérer le traitement des demandes de ceux qui ont de faibles chances de succès et assurer une répartition équitable des demandes d’asile international. protection.

Le nouveau pacte a été provisoirement convenu en décembre et devrait recevoir le feu vert final du Parlement européen et des États membres le mois prochain, clôturant près de quatre années d’intenses négociations.

Parallèlement à la réforme, l’UE a intensifié ses efforts pour renforcer ce qu’on appelle la « dimension extérieure » de la migration en concevant des accords sur mesure avec les pays voisins, notamment la Tunisie, la Mauritanie et, bientôt, l’Égypte. En échange de la réception d’un large éventail de fonds européens, les pays devraient améliorer leur gestion des frontières et réduire les départs de navires de migrants.

Mais dans une décision qui a surpris Bruxelles, l’Italie est allée encore plus loin dans la « dimension extérieure » et a signé l’année dernière un protocole avec l’Albanie pour traiter jusqu’à 36 000 demandes d’asile par an dans ce pays des Balkans.

La procédure spéciale s’appliquera aux migrants secourus en mer par les autorités italiennes puis débarqués dans la ville côtière albanaise de Shëngjin, où deux centres seront construits aux frais de Rome et exclusivement sous juridiction italienne. Les personnes bénéficiant d’une protection internationale seront envoyées sur le territoire italien.

L’accord Italie-Albanie a été durement critiqué par les organisations humanitaires, qui y voient un cas illégal d’extraterritorialité pouvant conduire à des violations des droits de l’homme.

La Commission ne s’est pas opposée à l’accord mais a souligné que sa mise en œuvre devait être conforme au droit de l’UE, y compris aux dispositions du nouveau pacte une fois adopté. La présidente Ursula von der Leyen l’a décrit plus tard comme un « exemple de réflexion originale, basée sur un partage équitable des responsabilités avec les pays tiers ».

La question de l’externalisation a refait surface la semaine dernière après que le parti de von der Leyen, le Parti populaire européen (PPE) de centre-droit, a adopté un manifeste pour les élections européennes appelant à des accords garantissant que « toute personne demandant l’asile dans l’UE puisse également être transférée vers un pays tiers sûr et y suivre la procédure d’asile. »

« En cas de résultat positif, le pays tiers sûr accordera une protection au demandeur sur place. Un accord contractuel global sera établi avec le pays tiers sûr », indique le manifeste.

Le projet a immédiatement évoqué des comparaisons avec le plan rwandais, que la Grande-Bretagne a tenté de mettre en œuvre pour envoyer par avion des demandeurs d’asile vers ce pays africain. Le projet a fait l’objet d’une longue bataille juridique et a finalement été jugé illégal par la Cour suprême du pays.

S’exprimant mardi, Johansson a souligné que le Nouveau Pacte n’ouvrirait pas la voie à un accord de type rwandais visant à renvoyer les candidats.

Le commissaire a toutefois souligné que le protocole Italie-Albanie était « totalement différent » car il s’appliquerait aux migrants secourus dans les eaux internationales, et non à ceux qui sont déjà entrés sur le territoire italien (et donc sur le territoire de l’UE).

« S’ils (obtiennent) l’asile, ils seront transférés en Italie », a déclaré Johansson. « Il ne s’agit donc pas d’externaliser la procédure d’asile. »

L’année dernière, l’UE a reçu 1,14 million de demandes de protection internationale, ce qui constitue un record depuis sept ans. Environ un tiers de ces demandes ont été déposées par des migrants arrivés dans le bloc par des moyens irréguliers, a déclaré Johansson.

Laisser un commentaire

7 + 19 =