La raison pour laquelle la Suède autorise le brûlage du Coran malgré la colère internationale

Jean Delaunay

La raison pour laquelle la Suède autorise le brûlage du Coran malgré la colère internationale

Les manifestations ont suscité l’indignation dans des pays comme l’Irak, l’Iran et le Liban, mais le pays n’a pas de loi contre le blasphème et de protection de la liberté d’expression.

Les récentes profanations publiques du Coran par une poignée d’activistes anti-islamiques en Suède ont déclenché une réaction de colère dans les pays musulmans et soulevé des questions sur les raisons pour lesquelles de tels actes sont autorisés.

Lors du dernier incident, un Irakien vivant en Suède jeudi a piétiné et donné des coups de pied au livre saint de l’islam lors d’un rassemblement de deux hommes devant l’ambassade d’Irak à Stockholm. La manifestation a été autorisée par la police suédoise, qui a tenu à distance une poignée de contre-manifestants.

Le même homme irakien a brûlé un Coran devant une mosquée de Stockholm le mois dernier lors d’une manifestation similaire qui a été approuvée par la police.

Des manifestations étaient prévues vendredi en Iran, en Irak et au Liban contre les dernières manifestations en Suède. Le Premier ministre irakien Mohammed Shia al-Sudani a également ordonné l’expulsion de l’ambassadeur de Suède d’Irak et le retrait du chargé d’affaires irakien de Suède.

Voici un aperçu de la manière dont les autorités suédoises ont géré les manifestations dans leur pays.

La profanation du Coran est-elle autorisée en Suède ?

Aucune loi en Suède n’interdit spécifiquement de brûler ou de profaner le Coran ou d’autres textes religieux. Comme de nombreux pays occidentaux, la Suède n’a pas de lois sur le blasphème.

Les autorités suédoises peuvent-elles arrêter de tels actes ?

De nombreux pays musulmans ont appelé le gouvernement suédois à empêcher les manifestants de brûler le Coran. Mais en Suède, c’est à la police, et non au gouvernement, de décider d’autoriser des manifestations ou des rassemblements publics.

La liberté d’expression est protégée par la constitution suédoise. La police doit citer des motifs spécifiques pour refuser un permis pour une manifestation ou un rassemblement public, tels que les risques pour la sécurité publique.

La police de Stockholm a rejeté deux demandes de manifestations brûlant le Coran en février, citant des évaluations du service de sécurité suédois selon lesquelles de tels actes pourraient augmenter le risque d’attaques terroristes contre la Suède. Mais un tribunal a par la suite annulé ces décisions, affirmant que la police devait citer des menaces plus concrètes.

Le brûlage du Coran peut-il être considéré comme un discours de haine ?

La loi suédoise sur les discours de haine interdit l’incitation contre des groupes de personnes fondée sur la race, l’origine ethnique, la religion, l’orientation sexuelle ou l’identité de genre.

Certains disent que brûler le Coran constitue une incitation contre les musulmans et devrait être considéré comme un discours de haine. D’autres disent que de tels actes visent la religion de l’islam plutôt que les pratiquants, et que la critique de la religion doit être couverte par la liberté d’expression.

Cherchant des conseils auprès du système judiciaire, la police suédoise a déposé des accusations préliminaires de crime de haine contre l’homme qui a brûlé le Coran devant une mosquée à Stockholm en juin et a de nouveau profané le livre saint de l’islam jeudi. C’est aux procureurs de décider de l’inculper formellement.

AP Photo
L’homme qui avait dit qu’il brûlerait la Torah et la Bible devant l’ambassade d’Israël à Stockholm a décidé de ne pas le faire.

Les autorités suédoises ciblent-elles les musulmans et le Coran ?

Certains musulmans de Suède qui ont été profondément blessés par les récents incendies du Coran se sont demandé si la police suédoise autoriserait la profanation de livres saints d’autres religions.

Un homme musulman a apparemment décidé de mettre cela à l’épreuve et a demandé l’autorisation d’organiser samedi dernier une manifestation devant l’ambassade d’Israël dans laquelle il a déclaré qu’il avait l’intention de brûler la Torah et la Bible.

Bien que les responsables du gouvernement israélien et les groupes juifs aient condamné l’acte prévu et appelé les autorités suédoises à l’arrêter, la police a approuvé la demande de l’homme. Cependant, une fois sur les lieux, l’homme a renoncé à ses plans.

Comment le blasphème est-il perçu dans d’autres parties du monde ?

Le blasphème est criminalisé dans de nombreux pays. Une analyse du Pew Research Center a révélé que 79 pays et territoires sur 198 étudiés avaient des lois ou des politiques en vigueur en 2019 qui interdisaient le blasphème, défini comme « un discours ou des actions considérés comme méprisant Dieu ou des personnes ou des objets considérés comme sacrés ». Dans au moins sept pays – Afghanistan, Brunei, Iran, Mauritanie, Nigéria, Pakistan et Arabie saoudite -, il était passible d’une condamnation à mort.

Laisser un commentaire

un × 3 =