Lithuanian Army soldiers take part in a Lithuanian-Polish Brave Griffin 24/II military exercise near the Suwalki Gap near the Polish border, in Lithuania, 26 April 2024

Jean Delaunay

La Pologne et la Lituanie demandent l’aide de l’UE et de l’OTAN pour défendre leurs frontières

Les dernières remarques sur la protection des frontières interviennent face à la menace posée par la guerre de la Russie en Ukraine.

Les ministres de la Défense lituanien et polonais ont appelé à « l’internationalisation » de la protection de la frontière orientale de l’UE et de l’OTAN alors qu’ils visitaient lundi un tronçon de la clôture frontalière avec la Biélorussie près de Vilnius.

Lors d’une visite officielle du vice-Premier ministre et ministre de la Défense polonais à Vilnius, le ministre lituanien de la Défense, Laurynas Kasčiūnas, a déclaré aux journalistes que le système national de défense des frontières nécessiterait environ 600 millions d’euros sur une décennie.

Son homologue polonais, Wladislaw Kosiniak-Kamysz, a promis de soulever la question lors du sommet de l’OTAN qui se tiendra la semaine prochaine à Washington.

Selon Kosiniak-Kamysz, la protection des frontières extérieures avec la Russie et ses alliés reste une tâche essentielle.

« L’État polonais, avec ses alliés, fera tout pour mieux protéger la frontière orientale de l’UE et de l’OTAN », a-t-il déclaré.

« C’est notre plus haute vocation et cette vocation peut être accomplie non seulement par les États-nations mais avant tout par l’UE, et ensemble, nous appelons à cela, à internationaliser la question de cette frontière ».

Menace de la Russie

Les dernières déclarations des deux dirigeants sur la protection des frontières interviennent face à la menace posée par la guerre de la Russie en Ukraine.

À l’approche du Conseil européen de la semaine dernière, les dirigeants estonien, letton, lituanien et polonais ont signé une lettre appelant Bruxelles à s’impliquer « à la fois politiquement et financièrement » dans la construction d’un mur estimé à 2,5 milliards d’euros le long de la frontière orientale du bloc avec la Russie et la Biélorussie pour se protéger contre les menaces militaires et hybrides.

Vue générale d'un camp de migrants abandonné près du poste de contrôle "Kuznitsa" à la frontière entre la Biélorussie et la Pologne près de Grodno, en Biélorussie, le 18 novembre 2021.
Vue générale d’un camp de migrants déserté près du poste de contrôle « Kuznitsa » à la frontière entre la Biélorussie et la Pologne près de Grodno, en Biélorussie, le 18 novembre 2021.

En juin, la Pologne, qui a perdu un soldat dans une attaque au couteau de l’autre côté de la barrière frontalière le 28 mai, a approuvé un programme de protection des frontières de 2,3 milliards d’euros appelé « Bouclier oriental ».

« La situation en Lituanie et en Pologne est très similaire. Nous allons échanger nos expériences et soutenir la construction de la ligne de défense lituanienne… comme ligne de défense du flanc oriental de l’OTAN et de l’UE », a expliqué Kosiniak-Kamysz.

Le ministre lituanien des Affaires étrangères Kasciunas a présenté d’autres mesures qui, selon lui, seront bientôt mises en œuvre pour « entraver l’avancée des forces ennemies ».

« À partir de la fin de l’été, nous allons fortifier de manière permanente certaines parties de la frontière », a déclaré Kasciunas.

Il s’agit notamment de mines antichars, de mines à distance et d’un réseau de fossés antichars et de ponts démontables qui peuvent contrecarrer l’approche d’un ennemi.

Les premiers lots d’équipements de contre-mobilité acquis arriveront plus tard ce mois-ci.

Laisser un commentaire

dix-sept − 1 =