La Pologne et la Hongrie détournent le sommet de l'UE avec des revendications anti-migration

Jean Delaunay

La Pologne et la Hongrie détournent le sommet de l’UE avec des revendications anti-migration

La Pologne et la Hongrie s’opposent à un nouvel accord visant à réorganiser les règles de l’Union européenne sur l’accueil et la relocalisation des demandeurs d’asile.

L’accord, la première percée du genre depuis des années, a été conclu plus tôt ce mois-ci lors d’une réunion des ministres de l’intérieur et doit encore être négocié avec le Parlement européen avant d’entrer en vigueur.

Les règles ont été approuvées à la majorité qualifiée, ce qui signifie que la Pologne et la Hongrie, les deux seuls États membres qui se sont opposés au projet final, n’ont pas pu exercer leur droit de veto, comme ils l’ont fait auparavant en matière de fiscalité et police étrangère.

Cela a déclenché une réponse furieuse du Premier ministre polonais Mateusz Morawiecki et du Premier ministre hongrois Viktor Orbán, qui ont fait part de leurs doléances lors d’un sommet européen de deux jours à Bruxelles.

Après une longue journée de discussions jeudi qui s’est prolongée dans la nuit, Morawiecki et Orbán ont bloqué les conclusions du sommet sur la migration, obligeant les dirigeants à reprendre le sujet vendredi.

« Nous avons rencontré pas mal de difficultés sur la question de la migration », a déclaré Leo Varadkar, le Premier ministre irlandais. « Il est possible que la réunion ne parvienne pas à des conclusions sur la migration, ce qui serait regrettable.

Son homologue letton, Krišjānis Kariņš, a déclaré que s’il y avait un « large » soutien pour aborder la dimension externe de la migration – c’est-à-dire la coopération avec les pays voisins pour endiguer le nombre d’arrivées -, le débat sur « l’aspect interne » était influencé par le « bagage » du passé.

** « Personnellement, j’aimerais (conclusions sur la migration). Mais ce n’est pas si clair si nous les aurons ou non », a déclaré Kariņš.
**

L’Estonienne Kaja Kallas a également parlé de « l’amertume qui vient des discussions précédentes » comme l’une des raisons empêchant un accord, mais a déclaré que la refonte convenue ne serait pas modifiée par les résultats du sommet.

« Si vous dites simplement » non « à tout et que tout le monde essaie de faire des compromis, cela ne fonctionne pas vraiment », a déclaré Kallas aux journalistes.

Afin de sortir de l’impasse, la Première ministre italienne Giorgia Meloni, qui est un partisan clé de la réforme migratoire, a tenu vendredi matin une réunion trilatérale avec Morawiecki et Orbán.

Morawiecki et Orbán veulent inclure une référence explicite au mot « consensus » dans le texte final, estimant que la modification garantirait que les futures décisions liées à la migration seront approuvées à l’unanimité.

Cependant, selon les traités de l’UE, les questions de migration sont adoptées à la majorité qualifiée, la même règle de vote qui s’applique à l’action climatique, à la réglementation numérique et au marché intérieur.

« C’est pourquoi nous ne pouvons pas accepter de telles conclusions et c’est pourquoi nous restons d’avis que la meilleure solution ici est un référendum », a déclaré Morawiecki vendredi matin, avant de se diriger vers la réunion.

Morawiecki et Orbán demandent également une clarification pour garantir que le respect des nouvelles règles de migration serait « volontaire », ce qui va à l’encontre du règlement proposé.

Depuis que l’accord a été conclu au début du mois, les deux dirigeants ont faussement dépeint la réforme comme une admission « forcée » de migrants. En fait, la refonte est basée sur le concept de « solidarité obligatoire », et non de relocalisation obligatoire, et offre à tous les États membres trois options différentes pour relever collectivement le défi :

  • Accepter un certain nombre de demandeurs d’asile relocalisés.
  • Payez 20 000 € pour chaque candidat rejeté.
  • Financer le soutien opérationnel, comme l’infrastructure et le personnel.

S’adressant aux médias polonais à Bruxelles, Morawiecki a décrit le paiement de 20 000 € comme une « amende » et une forme de « coercition ».

« Une Europe aux frontières sûres, ce n’est pas pour l’immigration clandestine, ce n’est pas pour imposer des sanctions financières », a-t-il déclaré. « Ce n’est pas pour abandonner le principe de l’unanimité. »

Laisser un commentaire

4 + dix-neuf =