La Pologne adopte la loi modifiée sur l'influence du Kremlin

Martin Goujon

La Pologne adopte la loi modifiée sur l’influence du Kremlin

L’opposition polonaise affirme que la loi pourrait être utilisée pour cibler son chef Donald Tusk avant les prochaines élections.

Le président polonais Andrzej Duda a approuvé mercredi soir un projet de loi créant un organe spécial pour sonder l’influence russe dans la politique polonaise, ce qui, selon les critiques, est inconstitutionnel et pourrait être utilisé pour intimider les opposants politiques.

Soutenue par le parti de droite Droit et Justice (PiS) au pouvoir, la loi amendée a été approuvée la semaine dernière par le parlement polonais avec une faible majorité de 235 voix contre 214.

La loi autorise la nomination d’une commission de neuf membres par le parlement – ​​où le PiS est majoritaire – qui aura accès à tous les départements et documents gouvernementaux pour enquêter sur l’ingérence russe dans la politique polonaise de 2007 à 2022.

Mais cela a suscité des critiques de la part de l’opposition polonaise, qui soutient que la loi pourrait être utilisée pour cibler son chef Donald Tusk – qui a été Premier ministre de 2007 à 2014 – avant les prochaines élections générales plus tard cette année. Tusk dirigera le parti Civic Coalition lors de cette élection.

Face à la pression internationale croissante, Duda a introduit en juin plusieurs amendements visant à supprimer certaines des dispositions les plus controversées de la loi, notamment la suppression des sanctions à l’encontre des personnes jugées par la commission ad hoc comme ayant agi sous l’influence de la Russie.

Mais la commission pourra toujours présenter un avis négatif sur la capacité d’une personne à occuper un poste public, et les critiques affirment que la législation modifiée pourrait toujours être utilisée pour stigmatiser les politiciens de l’opposition.

Les partisans du gouvernement disent que la commission est nécessaire pour examiner des questions telles que les accords gaziers russes signés par Varsovie à l’époque où Tusk était Premier ministre.

Cependant, cet accord a été signé avant l’annexion illégale de la Crimée par la Russie en 2014, et la Pologne sous l’actuel gouvernement PiS a continué d’acheter du gaz russe jusqu’à cette année.

En juin, la Commission européenne a annoncé qu’elle lançait une procédure d’infraction contre la Pologne au sujet de la loi russe sur l’influence.

Laisser un commentaire

12 − cinq =