Flights had to be diverted in Hanoi on Friday due to thick smog.

Milos Schmidt

La pollution de l’air est telle dans cette capitale asiatique que les vols sont détournés en raison de la faible visibilité

Plus de 100 vols ont été détournés ou retardés ce matin alors que le smog enveloppait la capitale vietnamienne.

Un smog dense dans la capitale vietnamienne a forcé vendredi matin tous les vols à être détournés ou retardés à l’aéroport de Hanoï.

Les avions n’ont pas pu décoller et atterrir à l’aéroport de Noi Bai, ce qui a temporairement interrompu les arrivées à 4h30 du matin. Les autorités ont déclaré qu’il n’était pas sûr pour les avions d’atterrir en raison de la faible visibilité. Certains ont été détournés vers d’autres aéroports comme Cat Bi à Hai Phong, à 125 km à l’est de Hanoï. Au total, près de 100 vols ont été touchés.

Trois autres aéroports – Tho Xuan à Thanh Hoa, Vinh à Nghe An et Phu Bai à Hue – ont également été confrontés à des perturbations dues au smog.

Les particules fines (PM 2,5) à Hanoï étaient plus de 11 fois supérieures aux niveaux de sécurité définis par l’OMS vendredi matin, selon le site de surveillance de la qualité de l’air IQAir.

Dans ces conditions malsaines, il est conseillé aux gens de porter un masque à l’extérieur, d’éviter les exercices en plein air, de garder les fenêtres fermées et de faire fonctionner un purificateur d’air à l’intérieur.

Pourquoi la qualité de l’air dans le nord du Vietnam est-elle si mauvaise ?

La pollution de l’air est un problème fréquent au Vietnam, l’OMS estimant qu’elle était liée à plus de 60 000 décès prématurés par an dans le pays en 2016. Le problème provient de plusieurs sources, notamment la construction, le trafic intense, la production d’acier et de ciment, et les centrales électriques au charbon.

À Hanoï, près de 35 % des PM 2,5 proviennent de l’industrie, notamment des grandes installations électriques et industrielles autour de la ville, selon un rapport de 2020 de la Banque mondiale. Environ 25 pour cent proviennent des transports – il y a près de 8 millions de véhicules immatriculés à Hanoï.

Les émissions d’ammoniac provenant du bétail et de l’utilisation d’engrais représentent 20 pour cent des PM 2,5, 10 pour cent proviennent de sources résidentielles telles que la cuisine au charbon de bois, et environ 7 pour cent proviennent de la combustion de déchets agricoles.

Après les récoltes, un épais smog se forme sur le nord du pays alors que les agriculteurs brûlent les résidus de récolte pour préparer leurs champs pour la prochaine saison de croissance. Bien que cette pratique ait été interdite, elle reste répandue, avec des réglementations mal appliquées et peu d’incitations pour mettre un terme à ces mesures d’économie de temps et d’argent.

Cette situation est aggravée par le brûlage des déchets dans et autour de la ville.

Les faibles précipitations en hiver dégradent encore davantage la qualité de l’air à Hanoï, les inversions de température de janvier à mars emprisonnant la pollution près du sol.

Il a également été constaté que la configuration des vents en décembre et janvier transportait des polluants des mégapoles du sud de la Chine vers Hanoï.

Que fait Hanoï pour lutter contre la pollution de l’air ?

En l’absence de réglementation, la pollution était en passe de s’aggraver à Hanoï. Mais plus récemment, le gouvernement vietnamien a présenté des plans de décarbonisation.

En mai dernier, il a annoncé que le pays ne développerait pas de nouvelles centrales au charbon après 2030 – même si en 2020, il était prévu de construire 10 nouvelles centrales dans la région du nord d’ici la fin de la décennie.

Selon le nouveau plan, le charbon représentera 20 pour cent du mix énergétique du pays d’ici 2030, contre 50 pour cent actuellement. Un financement de 15,5 milliards de dollars (14,25 milliards d’euros) du Partenariat intergouvernemental pour une transition énergétique juste – codirigé par le Royaume-Uni et l’UE – contribuera à la transition verte du Vietnam.

L’hydroélectricité est la deuxième source d’énergie du pays, même si la sécheresse de 2023 a gravement limité sa production.

Hanoï reçoit le soutien de la Banque mondiale pour s’adapter au changement climatique et réduire la pollution atmosphérique. L’institution financière internationale a recommandé des mesures pour réduire les émissions de gaz à effet de serre, telles que l’abandon de l’énergie au charbon, la réduction des embouteillages, la réduction des émissions des transports et l’amélioration des pratiques agricoles et d’élevage.

Le Département des ressources naturelles et de l’environnement de Hanoï a également récemment annoncé qu’il travaillait sur des politiques visant à former les riziculteurs à la réduction et à la réutilisation des déchets plutôt qu’à leur combustion.

Bien que la contribution du Vietnam aux émissions mondiales de gaz à effet de serre soit faible, à 0,8 pour cent, elle accélère à un des rythmes les plus rapides au monde. Les émissions de CO2e par habitant ont quadruplé, passant de 0,79 tonne en 2000 à 3,81 tonnes en 2018, selon la Banque mondiale.

Laisser un commentaire

seize − 6 =