Maximilian Krah is a member of Alternative für Deutschland (AfD).

Jean Delaunay

La police perquisitionne les bureaux d’un député européen d’extrême droite suite à des allégations d’espionnage chinois

Les forces de l’ordre ont perquisitionné mardi matin dans les bureaux bruxellois de Maximilian Krah, député européen d’extrême droite dont l’assistant a été arrêté pour espionnage présumé au profit de la Chine.

« Le Parlement européen a donné son accord pour pénétrer dans les locaux », a déclaré le parquet fédéral allemand dans un bref communiqué annonçant l’opération.

La perquisition est effectuée « sur la base d’ordonnances du juge d’instruction de la Cour fédérale de justice et d’une décision d’enquête européenne », ajoute le communiqué.

Elle est menée par la police belge en présence des autorités allemandes en tant qu’observateurs.

L’opération a concerné les bureaux de Maximilian Krah et de son assistant accrédité, Jian Guo, qui a été arrêté le mois dernier en Allemagne après avoir été accusé d’avoir servi comme « un employé des services secrets chinois » et de « transmettre à plusieurs reprises des informations sur les négociations et les décisions ». au Parlement européen à son client du renseignement. »

Guo est également accusé d’avoir espionné des dissidents chinois vivant en Allemagne.

Ces allégations ont été rapidement surnommées Chinagate et ont suscité l’indignation politique, car elles faisaient suite à une enquête distincte sur l’ingérence indue de la Russie et à la veille des élections législatives de juin.

Maximilian Krah est un membre éminent d’Alternative für Deutschland (AfD) qui siège depuis 2019 au sein du groupe d’extrême droite Identité et Démocratie (ID) dans l’hémicycle.

Après que les accusations portées contre son assistant aient été rendues publiques, Krah a déclaré avoir appris l’arrestation « par la presse » et n’avoir aucune « information supplémentaire » à partager.

Son bureau a confirmé plus tard que Guo avait été démis de ses fonctions.

L’Observatoire de l’Europe a contacté le bureau de Krah pour commenter les derniers développements.

Un porte-parole du Parlement européen a déclaré que l’institution « coopérait pleinement avec les forces de l’ordre et les autorités judiciaires pour faciliter le cours de la justice » et a donc autorisé l’accès au bureau du législateur.

Cette nouvelle coïncide avec une tournée très surveillée du président chinois Xi Jinping dans trois pays européens : la France, la Hongrie et la Serbie.

Une photo prise par un journaliste d'Euronews près des bureaux de Maximilian Krah.
Une photo prise par un journaliste d’L’Observatoire de l’Europe près des bureaux de Maximilian Krah.

Malgré les troubles, Krah a refusé de se retirer en tant que principal candidat de l’AfD pour les élections de juin, où il briguera un nouveau mandat.

« Si vous pensez que c’est la fin de ma position de tête de liste, je dois vous décevoir », a-t-il déclaré aux journalistes fin avril. « Je suis et reste le premier candidat ; il s’agit désormais de recentrer la campagne électorale sur les questions européennes et de s’éloigner de cette question très désagréable. »

Les partis pro-européens ont profité des allégations, liées à la fois à l’influence chinoise et russe, pour attaquer l’extrême droite comme une menace pour la démocratie et les valeurs européennes. Ces dernières semaines, l’AfD a perdu du soutien dans les sondages d’opinion allemands.

L’extrême droite n’est cependant pas la seule force assiégée par des accusations d’intrusion étrangère. Fin 2022, trois membres en exercice des Socialistes et Démocrates (S&D) ont été accusés d’avoir participé à un programme d’argent contre faveurs qui aurait été financé par le Qatar et le Maroc pour influencer la prise de décision au sein du Parlement européen.

Le soi-disant Qatargate a déclenché une frénésie médiatique et contraint l’institution à concevoir un code de conduite actualisé et plus strict pour contenir la crise des relations publiques.

Laisser un commentaire

1 × 2 =