La police kényane tire des gaz lacrymogènes lors d'un rassemblement de protestation de l'opposition

Jean Delaunay

La police kényane tire des gaz lacrymogènes lors d’un rassemblement de protestation de l’opposition

Vendredi, la police kenyane a tiré des gaz lacrymogènes sur le convoi du chef de l’opposition Raila Odinga alors que les gens se joignaient aux manifestations antigouvernementales dans plusieurs villes contre une dure crise du coût de la vie et une série de hausses d’impôts controversées.

Des gaz lacrymogènes ont été tirés sur le cortège d’Odinga après qu’il s’est adressé à un rassemblement de masse dans la capitale Nairobi, ont indiqué des correspondants de l’AFP, et la police a pris des mesures similaires pour disperser les manifestations dans la ville portuaire de Mombasa dans l’océan Indien et Kisumu, un bastion de l’opposition sur le lac Victoria.

La police était en force pour les manifestations, la dernière appelée par Odinga cette année contre la politique du gouvernement du président William Ruto.

Lors du rassemblement, Odinga – qui a perdu les élections serrées d’août 2022 face à Ruto – a annoncé son intention de recueillir 10 millions de signatures dans le but de destituer son grand rival de ses fonctions.

« Les Kenyans ont élu des dirigeants au parlement et ils les ont trahis », a-t-il déclaré sous les acclamations. « Ruto lui-même, qui a pris le pouvoir illégalement, a trahi les Kenyans. »

L’alliance Azimio d’Odinga avait appelé à protester contre l’impact des nouvelles taxes sur les Kenyans souffrant déjà de difficultés économiques et de la flambée des prix des produits de première nécessité.

La semaine dernière, Ruto a promulgué un projet de loi de finances qui devrait générer plus de 2,1 milliards de dollars pour les coffres épuisés du gouvernement et aider à réparer l’économie lourdement endettée.

La loi de finances prévoit de nouvelles taxes ou des augmentations sur une gamme de biens de base tels que le carburant, la nourriture et les transferts d’argent mobile, ainsi qu’un prélèvement controversé sur tous les contribuables kenyans pour financer un projet de logement.

Laisser un commentaire

quatorze + 15 =