La police des mœurs iranienne est de retour dans la rue pour imposer un code vestimentaire islamique strict

Jean Delaunay

La police des mœurs iranienne est de retour dans la rue pour imposer un code vestimentaire islamique strict

La police des mœurs s’était largement repliée suite au décès de Mahsa Amini, 22 ans, en septembre dernier.

Les autorités iraniennes ont annoncé dimanche une nouvelle campagne visant à obliger les femmes à porter le foulard islamique, la police des mœurs revenant dans la rue 10 mois après que la mort d’une femme sous leur garde a déclenché des manifestations dans tout le pays.

La police de la moralité s’était largement retirée après la mort de Mahsa Amini, 22 ans, en septembre dernier, alors que les autorités luttaient pour contenir les manifestations de masse appelant au renversement de la théocratie qui dirige l’Iran depuis plus de quatre décennies.

Les manifestations se sont en grande partie calmées plus tôt cette année à la suite d’une forte répression au cours de laquelle plus de 500 manifestants ont été tués et près de 20 000 détenus. Mais de nombreuses femmes ont continué à bafouer le code vestimentaire officiel, en particulier dans la capitale, Téhéran, et dans d’autres villes.

La police des mœurs n’a été que rarement vue patrouillant dans les rues, et en décembre, il y a même eu des rapports – plus tard démentis – selon lesquels elle avait été dissoute.

Les autorités ont insisté tout au long de la crise sur le fait que les règles n’avaient pas changé. Les dirigeants cléricaux iraniens considèrent le hijab comme un pilier clé de la révolution islamique qui les a amenés au pouvoir, et considèrent une tenue plus décontractée comme un signe de décadence occidentale.

Dimanche, le général Saeed Montazerolmahdi, un porte-parole de la police, a déclaré que la police des mœurs recommencerait à notifier puis à détenir les femmes ne portant pas le hijab en public. A Téhéran, on a pu voir des hommes et des femmes de la police des mœurs patrouiller dans les rues dans des fourgons marqués.

Tard samedi, la police a arrêté Mohammed Sadeghi, un jeune acteur relativement inconnu, lors d’une perquisition à son domicile qu’il semble avoir diffusée sur les réseaux sociaux. Plus tôt, il avait posté une vidéo en réponse à une autre vidéo en ligne montrant une femme détenue par la police des mœurs. « Croyez-moi, si je vois une telle scène, je pourrais commettre un meurtre », a-t-il déclaré.

Le site Internet du quotidien semi-officiel Hamshahri, affilié à la municipalité de Téhéran, a indiqué qu’il avait été arrêté pour avoir encouragé des personnes à utiliser des armes contre la police.

La bataille pour le hijab est devenue un puissant cri de ralliement à l’automne dernier, les femmes jouant un rôle de premier plan dans les manifestations. Les manifestations se sont rapidement transformées en appels au renversement des dirigeants cléricaux iraniens, que les manifestants, pour la plupart jeunes, accusent d’être corrompus, répressifs et déconnectés.

Le gouvernement iranien a imputé les manifestations à un complot étranger, sans fournir de preuves.

Plusieurs célébrités iraniennes se sont jointes aux manifestations, dont d’éminents réalisateurs et acteurs de la célèbre industrie cinématographique du pays. Plusieurs actrices iraniennes ont été arrêtées après être apparues en public sans le hijab ou avoir exprimé leur soutien aux manifestations.

Dans une affaire récente, l’actrice Azadeh Samadi s’est vu interdire l’accès aux réseaux sociaux et a été condamnée par un tribunal à suivre un traitement psychologique pour « trouble de la personnalité antisociale » après s’être présentée à des funérailles il y a deux mois avec une casquette sur la tête.

Laisser un commentaire

20 − onze =