La plupart des crimes contre les espèces sauvages en Europe restent impunis ou non détectés, révèle un rapport du WWF

Jean Delaunay

La plupart des crimes contre les espèces sauvages en Europe restent impunis ou non détectés, révèle un rapport du WWF

Les lacunes en matière d’application et de protection de la loi signifient que la plupart des crimes contre les espèces sauvages en Europe restent impunis ou non détectés, ce qui expose davantage les espèces européennes menacées.

Ce sont les conclusions d’un nouveau rapport publié mercredi par le projet LIFE SWiPE du WWF, qui fournit l’image la plus complète à ce jour sur l’état de la criminalité liée aux espèces sauvages en Europe.

Les données recueillies dans 11 pays européens révèlent qu’entre 2016 et 2020, les crimes contre les espèces sauvages les plus courants étaient l’abattage illégal d’animaux sauvages (27 %), l’utilisation d’appâts empoisonnés (16 %) ou de méthodes de chasse interdites (14 %) et le commerce illégal d’espèces sauvages ( 13 %).

La lutte contre la criminalité environnementale, y compris le trafic d’espèces sauvages, est l’un des dix priorités du Conseil de l’UE dans sa lutte contre le crime organisé. Une révision de la directive européenne sur la criminalité environnementale est actuellement en cours de négociation.

« Le Parlement européen et le Conseil doivent faire savoir que ces crimes ne sont pas tolérés en Europe, en veillant à ce que la directive révisée sur la criminalité environnementale soit suffisamment forte et ambitieuse », a déclaré Audrey Chambaudet, responsable des politiques, commerce d’espèces sauvages et criminalité liée aux espèces sauvages au bureau de la politique européenne du WWF.

« Toutes les infractions majeures en matière de criminalité environnementale devraient être couvertes par la directive, et les peines d’emprisonnement maximales doivent être suffisamment élevées pour dissuader les crimes contre les espèces sauvages », a-t-elle ajouté.

Le rapport révèle que le chardonneret est l’espèce la plus ciblée, sujette à de multiples activités criminelles, notamment le tourisme de chasse et le commerce illégal. Parmi les autres victimes fréquentes de la criminalité liée aux espèces sauvages figurent les espèces menacées d’oiseaux de proie, ciblées par des appâts empoisonnés, et les grands carnivores tels que les ours, les loups ou les lynx.

Au cœur du problème se trouve le manque de rapports de la criminalité faunique.

« La faune n’est pas signalée comme disparue comme les humains et ne peut pas se déclarer comme victime, de sorte que la plupart de ces actes ne sont pas signalés et, selon toute vraisemblance, beaucoup plus ne sont pas détectés », a déclaré Roselina Stoeva, chef de projet de LIFE SWiPE.

Même lorsqu’ils ont été signalés, de nombreux cas de criminalité liée aux espèces sauvages n’ont pas fait l’objet de poursuites. Selon le rapport, en moyenne 60 % des plaintes pour crimes contre les espèces sauvages reçues par le ministère public n’ont pas abouti à des actes d’accusation ayant conduit à des poursuites judiciaires.

La police spécialisée, l’utilisation de technologies telles que les drones pour la surveillance et la formation de plus de chiens renifleurs pour détecter les empoisonnements et autres crimes sont quelques exemples de meilleures pratiques pour renforcer la poursuite de ces crimes à travers l’Europe.

Le rapport appelle également les co-législateurs du bloc à envisager des peines plus sévères, y compris l’emprisonnement, pour les infractions couvertes par la directive sur la criminalité environnementale.

Laisser un commentaire

six − 1 =