Workers check white grapes of sauvignon to remove the dry leaves at the Grand Cru Classe de Graves of the Château Carbonnieux.

Milos Schmidt

La pire récolte de vin en 62 ans imputée aux conditions météorologiques « extrêmes » et au changement climatique

Un nouveau rapport montre où la production de vin s’est le plus tarie en Europe.

La production mondiale de vin a atteint son plus bas niveau historique en 2023 et le changement climatique pourrait en être la cause, révèle un nouveau rapport.

L’Organisation internationale de la vigne et du vin (OIV) affirme que la boisson a atteint son niveau le plus bas depuis 1962. Cette organisation intergouvernementale compte 50 États membres, représentant 75 pour cent de la superficie viticole mondiale.

Les experts accusent les « conditions environnementales extrêmes », notamment les sécheresses et les incendies, d’être à l’origine de la tendance à la baisse de la production.

Même si le changement climatique n’est pas entièrement responsable, affirme l’OIV, ces conditions constituent le plus grand défi auquel l’industrie est confrontée. Les vignes sont souvent cultivées dans des régions du monde fortement affectées et incroyablement vulnérables aux changements climatiques.

Ces conditions ont entraîné un fort déclin, affectant les principales régions viticoles des hémisphères nord et sud. C’est encore pire que les premières estimations faites en novembre, a indiqué cette semaine l’organisation.

Dans l’UE, la production de vin a diminué de 10 % en 2023, soit le deuxième volume de vin le plus faible enregistré depuis le début du siècle.

Certains pays ont vu un printemps pluvieux provoquer des moisissures, des inondations, des dégâts et des pertes dans les vignobles. D’autres, notamment ceux du sud de l’Europe, ont souffert d’une grave sécheresse persistante.

Un vigneron récolte le raisin du
Un vigneron récolte des raisins de la variété « Prosecco » à Colle Umberto, en Italie.

Où en Europe les producteurs de vin souffrent-ils le plus ?

L’Italie a été l’un des pays producteurs de vin qui a le plus souffert, avec une baisse de productivité de 23 pour cent. De fortes pluies provoquant des moisissures dans les régions du centre et du sud, ainsi que des dégâts causés par les inondations et la grêle, ont conduit au volume de production le plus faible depuis 1950.

La production a également diminué en raison des conditions climatiques dans d’autres pays vitivinicoles européens. L’Allemagne a connu une baisse de 3,8 pour cent, la Hongrie de 2,1 pour cent et l’Autriche de 6,5 pour cent.

L’Espagne a également connu une baisse notable, atteignant sa production la plus faible depuis 1995 – en baisse de plus de 20 pour cent par rapport à 2022 et de 25,7 pour cent de moins que la moyenne quinquennale.

Certaines parties du pays ont connu de graves pénuries d’eau au cours des dernières années, une situation d’urgence en cas de sécheresse ayant été déclarée en Catalogne au début de cette année.

Les experts ont averti que les sécheresses régulières pourraient devenir la « nouvelle norme » dans toute la Méditerranée d’ici le milieu du siècle si nous n’agissons pas immédiatement contre le changement climatique.

La baisse de la production s’accompagne d’une nouvelle selon laquelle la consommation de vin est à son plus bas niveau depuis 1996 en raison de la hausse des prix due à l’inflation et d’une forte baisse de la consommation de vin en Chine en raison du ralentissement économique.

Laisser un commentaire

3 × 5 =