Sarina Horner, a 17-year-old senior at Forsyth Country Day School, holds a fistful of tampons as she sits for a portrait on her bed on Monday, Feb. 14, 2022, in Lewisville NC.

Jean Delaunay

La pauvreté menstruelle reste un problème au sein de l’UE malgré les allégements fiscaux

Dans certains pays, les coûts restent élevés pour les femmes malgré les allégements fiscaux, nombre d’entre elles ne pouvant pas acheter le produit de leur choix.

Environ la moitié des Européens ont leurs règles ou en auront à un moment donné de leur vie. Mais cela ne signifie pas que l’accès aux produits menstruels soit garanti.

Il n’existe pas de données officielles de l’UE sur le nombre de femmes souffrant de pauvreté menstruelle, mais l’ONG belge Bruzelle estime qu’en Belgique, une personne sur quinze ne peut pas acheter le produit de son choix.

« À un moment donné, il faut choisir entre une nécessité fondamentale et acheter des produits menstruels. Donc à un moment donné, il faut choisir entre manger ou acheter un produit menstruel », explique Verónica Martínez de Bruzelle.

« Quand on arrive à ce point, on est vraiment dans une situation de précarité menstruelle. Et ajoutez deux autres facteurs qui aggravent encore la situation, qui sont le manque d’information menstruelle et le manque d’endroits sûrs et adaptés pour se changer. en toute sécurité », ajoute-t-elle.

Depuis 2022, l’UE autorise les États membres à vendre des produits menstruels sans TVA. Pour l’instant, seule l’Irlande en profite.

La plupart des États ont réduit les impôts entre 5 et 10 %. Mais dans d’autres pays, les impôts restent élevés, comme en Hongrie (27 %) ou en Suède et au Danemark, tous deux à 25 %.

L’une des options permettant de réduire le coût des produits menstruels consiste à utiliser des produits réutilisables.

Coupes menstruelles gratuites en Catalogne

La Catalogne a récemment commencé à distribuer une coupe menstruelle, une serviette hygiénique ou une paire de sous-vêtements menstruels pour lutter contre la pauvreté menstruelle.

« La menstruation est encore très taboue et stigmatisée dans la société. C’est pourquoi il s’agit d’une action universelle. Nous devons changer la façon dont la société traite la menstruation comme une question privée, comme quelque chose dont on ne parle pas, car cela signifie que ces les stigmates ont également des implications sur la santé et le bien-être des femmes », explique la ministre de l’Égalité et du Féminisme du Gouvernement de Catalogne, Tània verge.

Selon le gouvernement catalan, 23 % des femmes de la région réutilisent des produits à usage unique et 44 % n’ont pas les moyens d’acheter leur premier choix.

Laisser un commentaire

quatre × 5 =