Newly recruited soldiers of the 3rd assault brigade train in Kyiv, Ukraine, Friday, May 17, 2024

Jean Delaunay

La nouvelle loi controversée sur la mobilisation en Ukraine entre en vigueur

Une loi de mobilisation est entrée en vigueur samedi alors que Kiev peine à recruter des troupes au milieu d’une nouvelle offensive russe menaçant Kharkiv, la deuxième plus grande ville.

Une loi controversée sur la mobilisation en Ukraine est entrée en vigueur samedi alors que Kiev est confrontée au défi d’augmenter ses effectifs dans le contexte d’une nouvelle offensive russe menaçant la deuxième plus grande ville, Kharkiv.

La législation révisée vise à simplifier l’identification des conscrits à l’échelle nationale. Il offre également des incitations aux soldats, telles que des primes en espèces et une aide financière pour un logement ou une voiture, des avantages que certains analystes estiment que l’Ukraine pourrait avoir du mal à financer.

Après des mois de retard, la loi a finalement été adoptée à la mi-avril, peu après que l’Ukraine ait abaissé l’âge de conscription de 27 à 25 ans. Ces mesures mettent en évidence l’immense pression que plus de deux ans de guerre avec la Russie ont exercée sur les forces ukrainiennes, qui sont luttant pour maintenir les lignes de front alors que les rangs diminuent et que les réserves d’armes et de munitions s’épuisent.

Des soldats nouvellement recrutés de la 3e brigade d'assaut s'entraînent à Kiev, en Ukraine, le vendredi 17 mai 2024.
Des soldats nouvellement recrutés de la 3e brigade d’assaut s’entraînent à Kiev, en Ukraine, le vendredi 17 mai 2024.

Le président Volodymyr Zelensky a signé vendredi deux lois supplémentaires : l’une autorisant les prisonniers à rejoindre l’armée et une autre multipliant par cinq les amendes en cas de refus d’enrôlement. Alors que la Russie a commencé à recruter des prisonniers dès le début du conflit, le manque de personnel en Ukraine l’a obligée à adopter ces mesures controversées.

Les versions initiales de la loi sur la mobilisation comprenaient des dispositions prévoyant la démobilisation des troupes après 36 mois et la rotation des soldats de première ligne après six mois. Toutefois, ces clauses ont été supprimées après que les dirigeants militaires ukrainiens ont exprimé leurs inquiétudes quant à la perte de leurs troupes les mieux entraînées et les plus expérimentées. Le ministère ukrainien de la Défense travaille sur une loi distincte sur la démobilisation.

L’Ukraine lutte depuis des mois pour reconstituer ses forces alors que les troupes russes avancent dans une nouvelle offensive dans le nord-est, exerçant une pression supplémentaire sur l’armée de Kiev, déjà surchargée. Après des semaines d’enquête, Moscou a lancé cette offensive, conscient du manque de personnel ukrainien et de ses forces dispersées dans la région de Kharkiv.

Depuis le début de la guerre, les hommes de moins de 60 ans n’ont pas le droit de quitter l’Ukraine, avec des exemptions pour les handicapés et ceux qui ont trois enfants ou plus à leur charge. Les données d’Eurostat ne précisent pas combien d’hommes éligibles à la protection entrent dans ces catégories ni combien ont atteint l’UE depuis les territoires occupés par la Russie à l’est et au sud de l’Ukraine.

Incapables de traverser légalement la frontière, certains hommes ukrainiens ont risqué leur vie en tentant de traverser des rivières à la nage vers la Roumanie et la Hongrie. Vendredi soir, les services frontaliers ukrainiens ont rapporté qu’au moins 30 personnes étaient mortes en tentant de traverser la rivière Tisza depuis le début de l’invasion à grande échelle.

Laisser un commentaire

deux × trois =