Boats in the harbour of Bodø, northern Norway, following Storm Ingunn, 1 February 2024.

Milos Schmidt

La Norvège frappée par des vents violents : le changement climatique aggrave-t-il les tempêtes extrêmes en Europe ?

La tempête Ingunn fait suite aux tempêtes consécutives qui ont frappé le Royaume-Uni et l’Irlande cet hiver.

La Norvège est sous le choc de sa tempête la plus puissante depuis plus de 30 ans, qui a laissé certains habitants sans électricité ce matin.

Des vents de force ouragan atteignant 180 kilomètres par heure (km/h) ont frappé particulièrement durement le centre du pays hier, entraînant des inondations et des perturbations généralisées dans les déplacements.

Nommée Ingunn par les météorologues norvégiens, la tempête s’est développée à partir d’un courant-jet très puissant traversant l’Atlantique. Cela « a approfondi de manière explosive une zone de dépression » qui a frappé le pays scandinave à partir de mercredi après-midi, a déclaré Aidan McGivern du Met Office britannique. expliqué.

« La Norvège est habituée au temps venteux et aux dépressions profondes, mais c’est autre chose », a-t-il ajouté. Des avertissements rouges ont été mis en vigueur par l’Institut météorologique norvégien – son alerte la plus élevée. Ingunn est la tempête la plus violente depuis l’ouragan du Nouvel An 1992 dans le pays.

Le Royaume-Uni a été épargné par la férocité de la tempête Ingunn, après avoir connu sa 10e tempête de la saison la semaine dernière. La tempête Jocelyn a suivi de près la tempête Isha avec des vents soufflant jusqu’à 156 km/h.

Il n’est pas surprenant que de nombreuses personnes au Royaume-Uni, en Irlande, en Norvège, en Suède et dans d’autres pays européens frappés par les tempêtes cet hiver se demandent si le changement climatique est en partie responsable.

Le changement climatique provoque-t-il davantage de tempêtes ?

Trois chirurgiens font le ménage après qu'un certain nombre d'arbres présentés dans
Trois chirurgiens font le ménage après qu’un certain nombre d’arbres présentés dans « Game Of Thrones » aient été abattus lors de la tempête Isha, à Dark Hedges en Irlande du Nord, le 22 janvier 2024.

« C’est le plus avancé dans la liste que nous ayons jamais atteint à ce stade », a confirmé la semaine dernière un porte-parole du service météorologique du Met Office à L’Observatoire de l’Europe Green. Mais comme les tempêtes n’ont commencé à être nommées qu’en 2015, ce n’est pas la meilleure façon de mesurer les impacts du changement climatique.

« Il s’agit d’un problème assez complexe et pas aussi simple que la fréquence croissante des vagues de chaleur au Royaume-Uni en raison du changement climatique induit par l’homme », ont-ils ajouté.

La moyenne britannique depuis 2015 est de six ou sept tempêtes par an. Le premier hiver après le début de la dénomination s’est terminé à 11 ans avec la tempête Katie. La saison 2023/24 pourrait bien dépasser cela – mais ce n’est pas si significatif dans l’ordre des choses. L’hiver 2013/14 a été le plus humide jamais enregistré et le plus orageux depuis deux décennies.

Dans le climat récent, il n’y a aucune preuve de tendances positives ou négatives en termes de nombre ou d’intensité des tempêtes de vent, selon le Met Office. Les tendances du nombre de tempêtes sont difficiles à détecter en raison de la façon dont elles varient naturellement d’une année à l’autre et d’une décennie à l’autre.

Cela est appelé à changer, selon la plupart des projections climatiques. Les scientifiques prédisent que le nombre de tempêtes de vent hivernales augmentera légèrement au Royaume-Uni et dans d’autres pays européens dans les années à venir.

Les études d’attribution peuvent indiquer dans quelle mesure un événement météorologique particulier est plus probable et plus intense en raison du changement climatique. Mais les tempêtes de vent n’ont pas tendance à être prioritaires pour ce type d’examen.

Pourquoi y a-t-il eu autant de tempêtes cette année ?

Les facteurs qui provoquent la formation et le maintien des tempêtes sont complexes. L’un des principaux moteurs est un puissant courant-jet – un noyau de vents forts à environ 10 km au-dessus de la surface de la Terre, soufflant d’est en ouest à travers l’Atlantique.

Elle est influencée par la différence de température entre le pôle et l’équateur. Au cours des dernières semaines, les vents glacials de l’Arctique ont provoqué un contraste important, entraînant un courant-jet plus fort.

Cela façonne des zones de basse et de haute pression plus près de la surface, ce qui se traduit par un temps orageux.

Le phénomène météorologique El Niño a également un impact, disent les météorologues, comme ce fut le cas de 2014 à 2016, lorsque le Royaume-Uni a connu de nombreuses tempêtes.

Les températures de surface de la mer plus chaudes que la moyenne dans le Pacifique provoquées par El Niño ont des répercussions partout dans le monde. Dans le nord de l’Europe, le temps est généralement plus humide et plus venteux au début de l’hiver, avant que les températures ne baissent vers la fin.

La relation entre cette phase climatique naturelle et la crise climatique fait l’objet de recherches scientifiques en cours. Mais les scientifiques sont clairs sur le fait que les impacts de chaque El Niño deviennent de plus en plus forts à mesure que le climat se réchauffe, ce qui signifie des conditions météorologiques plus extrêmes.

Le changement climatique aggrave-t-il les tempêtes au Royaume-Uni ?

Une branche d'arbre tombée sur une voiture sur Lisburn Road à Belfast, en Irlande du Nord, lors de la tempête Isha le 21 janvier 2024.
Une branche d’arbre tombée sur une voiture sur Lisburn Road à Belfast, en Irlande du Nord, lors de la tempête Isha le 21 janvier 2024.

Comme pour la fréquence, les météorologues se montrent prudents lorsqu’ils déclarent sans équivoque que les tempêtes de vent s’intensifient en raison de la hausse des températures.

Mais il est clair que le changement climatique rend les tempêtes plus impactantes de diverses manières.

D’une part, la crise influence l’augmentation des précipitations observée lors d’événements extrêmes, comme la tempête Ciarán en novembre.

« La raison en est qu’à chaque degré de réchauffement que nous connaissons, l’atmosphère est capable de retenir 7 % de vapeur d’eau en plus et nous constatons donc un risque accru de fortes précipitations associées aux événements pluvieux », Dr Melissa Lazenby, chargée de cours à changement climatique à l’Université du Sussex, a expliqué.

Les impacts des tempêtes dues aux ondes de tempête et aux hautes vagues dans les zones côtières devraient également s’aggraver à mesure que le niveau de la mer augmente.

Et voici ce que disent les experts sur l’intensité. « Lorsque nous voyons une tempête, elle est susceptible d’être plus intense car il y a plus d’énergie dans l’atmosphère », explique Clare Nasir, météorologue senior au Met Office. « Nous savons que la Terre se réchauffe, et c’est de l’énergie thermique. Et cette énergie thermique se traduit dans l’atmosphère de nombreuses manières différentes, y compris par des tempêtes.

« Le changement climatique réchauffe à la fois nos océans et notre atmosphère, fournissant davantage de carburant pour la formation et l’intensification des tempêtes, ce qui entraîne des averses plus fortes », nous a déjà expliqué Ben Clarke, chercheur pour l’attribution de la météo mondiale à l’Imperial College de Londres.

Comment sont nommées les tempêtes d’Europe du Nord ?

Les pays européens se regroupent pour suivre et nommer leurs événements météorologiques extrêmes. Pour le Royaume-Uni, l’Irlande et les Pays-Bas, les noms des tempêtes sont décidés par le Met Office, le Met Éireann et l’Institut royal météorologique des Pays-Bas (KNMI).

Les tempêtes sont nommées par ordre alphabétique en évitant les lettres Q, U, X, Y ou Z pour se conformer aux normes internationales. Les noms proviennent de la liste publiée au début de chaque saison en septembre, qui alterne généralement entre les options masculines et féminines.

Le public peut soumettre des noms, et certains sont également choisis par les agences en l’honneur d’experts météorologiques et de scientifiques estimés.

La Norvège, la Suède et le Danemark désignent les tempêtes comme un groupe distinct du nord.

Pourquoi les tempêtes sont-elles nommées ?

« Nommer les tempêtes aide à faciliter la communication des conditions météorologiques extrêmes et permet de clarifier les cas où les personnes pourraient être affectées par les conditions météorologiques », a expliqué Will Lang, responsable de la connaissance de la situation au Met Office.

Il n’existe pas d’ensemble de critères stricts que le trio d’agences applique pour nommer une tempête. Ils prennent en compte l’impact potentiel d’un système de tempête, en évaluant par exemple s’il pourrait provoquer des inondations.

Et alors que les météorologues envisagent un avenir plus orageux, ils sont clairs qu’une adaptation climatique plus large est également nécessaire.

« Le message est que nous devons commencer à nous préparer pour l’avenir, essentiellement parce que cette situation ne va pas disparaître, que ce soit extrême dans un sens ou dans un autre », déclare Nasir. « Nous sommes dans un paysage différent de celui que nous connaissons. c’était il y a 30 ans. »

Laisser un commentaire

16 − neuf =