A full moon is seen behind the Artemis I Space Launch System (SLS) and Orion spacecraft, atop the mobile launcher.

Jean Delaunay

La NASA annonce de nouveaux retards dans le programme d’alunissage d’Artemis

La NASA a annoncé qu’elle retarderait son projet d’envoyer des astronautes sur la Lune.

Les projets de la NASA visant à se rendre sur la Lune et à y faire atterrir des astronautes seront retardés.

L’agence spatiale américaine avait prévu d’envoyer quatre astronautes autour de la Lune à la fin de cette année, mais a repoussé le vol à septembre 2025.

Le premier alunissage humain depuis plus de 50 ans a également été reporté de 2025 à septembre 2026.

La NASA a évoqué des problèmes de sécurité avec son vaisseau spatial, ainsi que des problèmes de développement avec les combinaisons lunaires et les atterrisseurs provenant de l’industrie privée.

« La sécurité est notre priorité absolue », a déclaré l’administrateur de la NASA, Bill Nelson. Les retards « donneront aux équipes Artemis plus de temps pour relever les défis ».

La nouvelle est arrivée à peine une heure après qu’une entreprise privée américaine a abandonné sa tentative d’atterrir son vaisseau spatial sur la Lune en raison d’une fuite de carburant mettant fin à sa mission.

L’atterrisseur d’Astrobotic Technology a commencé à perdre du carburant peu après le lancement de lundi, probablement à cause d’une rupture de réservoir.

Le vaisseau spatial a eu du mal à maintenir son panneau solaire pointé vers le soleil et à produire de l’énergie solaire, alors que les contrôleurs de vol se sont efforcés de récupérer ce qu’ils pouvaient de la mission.

Une entreprise de Houston tentera sa chance avec son propre atterrisseur le mois prochain.

La NASA s’appuie sur des entreprises privées

La NASA s’appuie fortement sur des entreprises privées pour son programme d’alunissage Artemis pour les astronautes, du nom de la sœur jumelle mythologique d’Apollo.

La méga-fusée Starship de SpaceX sera nécessaire pour faire descendre et remonter les premiers marcheurs lunaires Artemis de l’orbite lunaire jusqu’à la surface. Mais la fusée de près de 121 mètres n’a été lancée que deux fois depuis le Texas, explosant à chaque fois au-dessus du golfe du Mexique. Un troisième vol d’essai est prévu en février.

Plus il faudra de temps pour mettre Starship en orbite autour de la Terre, d’abord avec des satellites puis des équipages, plus la NASA devra attendre longtemps pour tenter son premier alunissage avec des astronautes depuis 1972.

Durant l’ère Apollo de la NASA, 12 astronautes ont marché sur la Lune. La concurrence à l’époque était l’Union Soviétique ; maintenant c’est la Chine. Nelson a déclaré aux journalistes qu’il ne craignait pas que la Chine batte l’Amérique sur la Lune avec un équipage, même avec le dernier retard. Malgré cela, « nous ne volons pas tant que ce n’est pas prêt », a-t-il souligné.

Le Government Accountability Office des États-Unis a averti en novembre que la NASA envisageait probablement l’atterrissage de son premier astronaute sur la Lune en 2027, citant le vaisseau spatial d’Elon Musk comme l’un des nombreux défis techniques. Un autre obstacle potentiel est le développement de combinaisons de marche sur la lune par Axiom Space de Houston.

« Nous avons besoin qu’ils soient tous prêts et qu’ils réussissent tous pour que cette mission très compliquée puisse se dérouler », a déclaré Amit Kshatriya, administrateur associé adjoint de la NASA. Il a ajouté que même avec ce retard, un alunissage en 2026 représente « un calendrier très agressif ».

La NASA n’a jusqu’à présent qu’un seul coup de lune Artemis à son actif. Lors d’un vol d’essai de sa nouvelle fusée lunaire en 2022, l’agence spatiale a envoyé une capsule Orion vide en orbite lunaire et l’a renvoyée sur Terre. À la surprise des ingénieurs, des matériaux carbonisés se sont détachés du bouclier thermique de la capsule lors de la rentrée.

Plus tard, les tests d’une autre capsule ont révélé un défaut de conception dans l’électronique de survie, et des problèmes de batterie distincts sont apparus.

C’est le même type de capsule qui transportera les astronautes vers et depuis la Lune, se connectant à Starship en orbite lunaire pour le voyage vers la surface et la remontée.

Le vaisseau spatial devra remplir son réservoir de carburant en orbite autour de la Terre, avant de se diriger vers la Lune ; SpaceX estime qu’environ 10 transferts de carburant seront nécessaires. L’entreprise prévoit un dépôt de carburant en orbite pour gérer ce travail, un autre aspect clé du programme qui reste encore à démontrer.

Les efforts d’alunissage de la NASA ont été retardés à plusieurs reprises au cours de la dernière décennie, ajoutant des milliards de dollars au coût. Les audits gouvernementaux projettent le coût total du programme à 93 milliards de dollars (84,9 milliards d’euros) jusqu’en 2025.

Laisser un commentaire

20 + 9 =