Climate-driven sea level rise and flooding is increasing arsenic poisoning in Bangladesh, scientists find.

Milos Schmidt

La moitié de l’eau potable au Bangladesh est polluée par l’arsenic – et le changement climatique aggrave la situation

À mesure que l’eau salée et l’eau douce se mélangent, le lessivage de l’arsenic pourrait également causer des problèmes de santé dans plusieurs autres pays, préviennent les chercheurs.

Le Bangladesh est bien connu pour être l’un des pays les plus menacés par la crise climatique.

Le niveau de la mer devrait augmenter d’un demi-mètre d’ici 2050, recouvrant environ 11 % des terres émergées. Les pluies de mousson qui s’intensifient inondent actuellement environ un cinquième du pays chaque année, chassant les familles de leurs maisons.

Mais ces catastrophes hydriques font également peser une menace plus insidieuse sur la population bangladaise : la contamination par l’arsenic.

Environ 49 pour cent de l’eau potable du pays – que presque tout le monde boit – présente des limites dangereuses en matière d’arsenic cancérigène.

Et une nouvelle étude révèle que la crise climatique aggrave la situation, pointant vers une crise de santé publique imminente au Bangladesh.

« Des problèmes tels que l’arsenic et le changement climatique aggravent une situation déjà désastreuse au Bangladesh », a déclaré à L’Observatoire de l’Europe Green Md Tahmidul Islam, responsable technique de WaterAid Bangladesh.

Les cyclones, les inondations et la chaleur accablante s’intensifient, détruisant les maisons, les toilettes, les routes et les terres agricoles. L’eau potable étant toujours la première chose à faire, cette réalité laisse près de 26 millions de personnes exposées à l’eau saline et luttant pour leur survie.

Pourquoi les Bangladais boivent-ils de l’eau empoisonnée à l’arsenic ?

L’arsenic est naturellement présent à des niveaux élevés dans les eaux souterraines d’un certain nombre de pays, notamment le Bangladesh, l’Argentine, le Cambodge, le Chili, la Chine, l’Inde, le Mexique, le Pakistan, les États-Unis et le Vietnam.

Le problème du Bangladesh avec ce contaminant toxique remonte aux années 1970, lorsqu’il y avait un effort concerté pour empêcher la population de boire des eaux de surface polluées dans lesquelles se propageaient des maladies d’origine hydrique.

Le gouvernement, les agences humanitaires des Nations Unies et les ONG ont installé environ 10 millions de puits d’eau potable dans le pays, ce qui a réussi à réduire le taux de mortalité infantile, extrêmement élevé.

Mais dans les années 1990, il est devenu clair que l’eau extraite des roches sédimentaires contenait des niveaux élevés d’arsenic inorganique. Cependant, environ 97 pour cent des 165 millions d’habitants du Bangladesh boivent encore de l’eau de puits.

Une femme revient après avoir puisé de l'eau potable dans un puits tubulaire dans la banlieue de Dhaka, 2016.
Une femme revient après avoir puisé de l’eau potable dans un puits tubulaire dans la banlieue de Dhaka, 2016.

Près de la moitié de la superficie du Bangladesh dispose d’eau potable dont les concentrations d’arsenic dépassent la limite de 10 microgrammes par litre (μg/L) de l’OMS, a découvert une équipe de scientifiques en 2002.

L’intoxication chronique à l’arsenic peut provoquer des lésions cutanées sur les paumes et les pieds. En interne, l’accumulation d’arsenic dans leurs organes provoque le cancer. Il a également été associé aux maladies cardiovasculaires et au diabète, ainsi qu’à des effets néfastes sur le développement cognitif des personnes exposées dès le plus jeune âge.

L’auteur principal de l’étude précédente, le Dr Seth Frisbie de l’Université de Norwich aux États-Unis, a mené une nouvelle enquête – publiée hier dans la revue PLOS ONE – pour déterminer l’impact du changement climatique sur cette source d’eau déjà gravement compromise.

Comment le changement climatique aggrave-t-il l’intoxication à l’arsenic ?

Selon les scientifiques, l’augmentation des quantités d’arsenic est directement liée à l’élévation du niveau de la mer et à des inondations plus graves.

L’équipe de Frisbie a collecté des échantillons d’eau de puits potable dans tout le Bangladesh, testant leur concentration en arsenic ainsi que celle en oxygène dissous et d’autres éléments.

Ils ont constaté que la concentration d’arsenic augmente à mesure que la concentration d’oxygène dissous diminue – un phénomène qui peut être provoqué par l’élévation du niveau de la mer.

Deux processus chimiques appelés « réduction » et « effet sel » signifient qu’une plus grande quantité d’arsenic s’échappe des sédiments à mesure que l’eau salée empiète dans l’aquifère.

« Cette exposition accrue à l’arsenic devrait augmenter les taux de décès et de maladies dus à une intoxication chronique à l’arsenic », écrit Frisbie dans l’étude.

Cette crise en cours ne se limite pas au Bangladesh, a déclaré Frisbie au journal britannique The Independent. « Les mêmes processus chimiques dus à l’élévation du niveau de la mer qui libèrent l’arsenic des sédiments dans l’eau potable des puits du Bangladesh libéreront très probablement également de l’arsenic des sédiments dans l’eau potable des puits du Bengale occidental. »

Les scientifiques ont appelé à un déploiement plus rapide de solutions telles que les technologies et les infrastructures de purification de l’eau pour prévenir la contamination des eaux souterraines, rapporte le journal.

« Les eaux souterraines pourraient constituer la police d’assurance mondiale contre le changement climatique et sauver des millions de vies. Mais des investissements dans le développement responsable des eaux souterraines, tels qu’une meilleure cartographie et une meilleure surveillance du sous-sol terrestre pour déterminer où des eaux souterraines de bonne qualité sont disponibles et extractibles, sont nécessaires de toute urgence afin que tout le monde ait de l’eau propre à proximité », commente Md Tahmidul Islam de WaterAid.

L’association caritative appelle les dirigeants du monde à investir dans l’eau potable, des toilettes décentes et une bonne hygiène afin de travailler avec les communautés pour introduire des technologies spécifiques au contexte. Il s’agit notamment de systèmes de collecte d’eau de pluie, d’usines d’osmose inverse, de blocs sanitaires résilients au climat et d’usines de traitement des boues fécales pour garantir l’approvisionnement en eau et l’assainissement vitaux des communautés vivant en première ligne du climat.

Laisser un commentaire

8 + 5 =