La mascarade démocratique de l'Europe

Martin Goujon

La mascarade démocratique de l’Europe

Cet été, la composition du Parlement européen connaîtra un changement significatif, avec des changements découlant non seulement des décisions des électeurs mais aussi des manœuvres entreprises par les groupes parlementaires eux-mêmes.

Bien que le discours européen traite souvent les groupes partis – tels que le Parti populaire européen (PPE) ou l’Alliance progressiste des Socialistes et Démocrates (S&D) – comme des acteurs homogènes, ils restent dans l’ensemble des alliances de partis nationaux qui peuvent changer à tout moment, modifier facilement la composition du Parlement.

Et cette fois-ci, cette fluidité est plus évidente parmi les partis d’extrême droite de l’UE, qui semblent se préparer à une importante reconfiguration post-électorale.

Normalement, outre quelques changements très médiatisés, le nombre de changements intervenus entre les groupes politiques du Parlement est négligé. Prenez, par exemple, le PPE de centre-droit – le plus grand et, à bien des égards, le mieux organisé de ces groupes. Selon les données d’Europe Elects, au cours de la seule législature en cours, 12 députés européens issus d’autres groupes politiques ont rejoint le PPE, dont sept appartenaient auparavant à l’un des deux groupes d’extrême droite. A l’inverse, 19 députés européens ont quitté le groupe, au premier rang desquels les 11 députés hongrois du Fidesz, qui ont quitté le groupe en mars 2021 pour éviter d’être exclus.

Il semble néanmoins que l’on puisse au moins s’attendre à ce que tous les partis membres actuels du PPE restent dans le groupe d’ici quelques mois.

On ne peut cependant pas en dire autant du groupe libéral Renew, lui-même une alliance de plusieurs partis européens différents. Renew est le troisième plus grand groupe du Parlement actuel et a souvent assumé le rôle de faiseur de rois. Mais il a également été un réservoir, acceptant 10 députés européens issus de presque tous les autres groupes politiques – y compris les Verts, le S&D, le PPE, jusqu’aux Conservateurs et réformistes européens (ECR).

Et actuellement, Renew débat de l’opportunité d’exclure le Parti populaire néerlandais pour la liberté et la démocratie – l’un de ses membres fondateurs – pour avoir conclu une coalition avec le Parti pour la liberté d’extrême droite de Geert Wilders.

Le S&D, en revanche, s’est retrouvé avec une perte nette, n’ayant recruté « que » cinq députés européens issus d’autres groupes depuis 2019, tout en en perdant 13 au passage.

Pourtant, malgré tous ces allers-retours, les changements les plus importants se produisent au sein des groupes de partis d’extrême droite divisés au sein de l’UE.

Au Parlement actuel, ces groupes comprennent le parti national-conservateur ECR – qui abrite les Frères d’Italie du Premier ministre italien Giorgia Meloni et le parti Droit et Justice (PiS) polonais ; le groupe de droite Identité et Démocratie (ID), allant du populiste à l’extrémiste, qui rassemble le Rassemblement national de la chef de l’opposition française Marine Le Pen, la Ligue italienne et le Parti de la liberté d’Autriche ; et enfin, il y a les partis d’extrême droite non alignés, comme le Fidesz et l’Alternative pour l’Allemagne (AfD).

Avec le Premier ministre hongrois Viktor Orbán à la recherche d’un nouveau siège politique pour son parti Fidesz et la récente expulsion de l’AfD, une reconfiguration majeure est à l’ordre du jour. Et cela signifie que nous sommes confrontés à trois possibilités distinctes :

La première est une continuation du statu quo, dans lequel l’ECR et l’ID gagnent des sièges aux élections, mais l’expulsion de l’AfD fait de l’ECR le plus grand des deux. Dans le cadre des efforts menés par Meloni et la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen, l’ECR tenterait alors de travailler avec le PPE en tant que partenaire de négociation « traditionnel », laissant l’ID en marge.

La deuxième possibilité est qu’une ID renouvelée vienne avec le Fidesz – et potentiellement avec le PiS de l’ECR. Même si le groupe resterait encore en marge, dans ce scénario, ID pourrait dépasser le groupe ECR pour devenir le troisième plus grand groupe au Parlement. L’EXR, quant à elle, serait encore plus ouverte à la coopération avec l’EEPP.

Enfin, le troisième scénario serait une fusion de l’ECR, de l’ID et du Fidesz. Un tel supergroupe d’extrême droite entraînerait d’énormes divergences politiques – notamment sur la manière de traiter avec la Russie – et c’est l’ambition déclarée de Le Pen et envisagée comme une option par Meloni. Cela se ferait également au prix d’une retoxification du ECR, qui perdrait alors probablement certains de ses partis les plus centristes au profit du PPE. Un tel groupe deviendrait le deuxième plus grand au Parlement – ​​ce qui serait inacceptable en tant que partenaire du PPE – modifiant considérablement l’équilibre des pouvoirs.

Ces trois possibilités illustrent toutes à quel point le Parlement pourrait être très différent en fonction non seulement des choix des électeurs mais aussi des négociations en coulisses post-électorales. Ils soulignent également la grande décision qui attend Meloni : accepter la main ouverte offerte par le centre droit ou tenter de forger une alliance nationale conservatrice/populiste plus large.

Pour de nombreux électeurs, ces affiliations fluides à des partis européens rendent les élections à venir encore moins compréhensibles. Même les initiés de Bruxelles ne peuvent pas prédire à quel groupe politique européen appartiendront les plus grandes délégations nationales de France, d’Italie, de Hongrie, des Pays-Bas ou d’Autriche, après toutes les négociations en coulisses.

Et cela ajoute au fossé entre les choix des électeurs et la politique européenne.

Laisser un commentaire

dix + vingt =