German chancellor Angela Merkel poses for a selfie with a refugee in a facility for arriving refugees in Berlin. 9 Sept. 2015.

Milos Schmidt

La majorité des réfugiés « portes ouvertes » en Allemagne sont entrés sur le marché du travail

Parmi les réfugiés arrivés en 2015, 64 % ont un emploi. Cependant, il y a beaucoup plus de femmes sans travail.

La plupart des réfugiés arrivés en Allemagne grâce à la politique de la « porte ouverte » d’Angela Merkel ont désormais trouvé du travail, selon une étude récente de l’Institut de recherche sur l’emploi (IAB).

Pour la cohorte arrivée en 2015, le taux d’emploi en 2022 était de 64 %, contre 77 % pour l’ensemble de la population allemande.

Environ 90 % des salariés de ce groupe étaient soumis à des cotisations sociales, affirme l’IAB, et le salaire horaire brut médian pour les arrivées de 2015 était de 13,70 euros.

Ce chiffre est supérieur au seuil de bas salaire de 12,50 euros, malgré le fait que l’âge moyen des réfugiés est bien inférieur à la moyenne nationale.

« En raison d’obstacles institutionnels et individuels, notamment au début du séjour des réfugiés, les taux d’emploi restent faibles, inférieurs à 10% la première année après l’arrivée », a noté l’IAB, en faisant référence à l’ensemble de la population réfugiée.

« Cependant, les taux d’emploi augmentent de manière significative à mesure que la durée du séjour augmente : en moyenne, ils atteignent 57 % six ans après l’immigration, 63 % sept ans après l’immigration et 68 % pour les séjours de huit ans ou plus. »

Transférer des compétences au-delà des frontières

Le rapport de l’IAB identifie encore plusieurs obstacles auxquels les réfugiés sont confrontés lorsqu’ils cherchent du travail en Allemagne, tels que les restrictions à la liberté de mouvement et les interdictions d’emploi.

Pendant le processus de demande d’asile en Allemagne, ceux qui attendent que leur statut de réfugié soit approuvé ne sont généralement pas autorisés à travailler et le processus peut prendre plusieurs mois.

À cela s’ajoute une complication supplémentaire : de nombreux réfugiés ne satisfont pas à certaines exigences linguistiques.

« Le gouvernement allemand finance le programme national d’apprentissage des langues pour les nouveaux arrivants jusqu’au niveau de base B1, ce qui n’est pas suffisant pour des emplois plus complexes et mieux rémunérés », a déclaré Franziska Hirschelmann, directrice générale de jobs4refugees.

« L’Allemagne a également du mal à reconnaître et à transférer les compétences et qualifications pertinentes », a-t-elle ajouté. « Même dans les cas où les relevés de notes n’ont pas été perdus pendant la guerre ou les déplacements, la procédure de reconnaissance… échoue souvent car la plupart des pays ne disposent pas de programmes de formation professionnelle comparables et certaines professions exigent un diplôme allemand. »

À cela s’ajoute la précarité de l’emploi des réfugiés qui a été exacerbée par la crise du Covid-19, les migrants étant surreprésentés dans le secteur des services, durement touché.

Participation des femmes au marché du travail

L’IAB constate que si le taux d’emploi des hommes réfugiés est encourageant après plusieurs années de vie en Allemagne, ce n’est pas le cas pour les femmes.

Parmi les réfugiés arrivés en 2015, environ 31 % des femmes avaient un emploi en 2022, contre 75 % des hommes.

Selon le Dr Thomas Achilles, responsable de l’intégration économique pour l’International Rescue Committee en Allemagne, cela est dû au fait que les femmes restent souvent les principales soignantes de la famille.

« La plupart des femmes ne parviennent pas à trouver de places pour leurs enfants à la garderie et manquent donc des opportunités d’apprendre la langue et prennent encore plus de retard en termes d’emploi », a-t-il déclaré.

« Les femmes sont extrêmement dépendantes de leur mari ou de leur partenaire, parfois même de leurs enfants plus âgés, qui leur fournissent des informations. Cela conduit à une absence totale d’interaction sociale avec la communauté d’accueil. »

L’autonomisation par le travail

La question de savoir si la politique allemande de la « porte ouverte » a eu un effet positif net sur la croissance économique du pays reste encore débattue.

Cela dit, à mesure que les populations européennes vieillissent, le besoin de jeunes travailleurs devient de plus en plus pressant. Les travailleurs étrangers pourraient contribuer à combler ces déficits de compétences.

En ce qui concerne les avantages pour les réfugiés eux-mêmes, le droit à l’emploi n’est pas seulement un droit humain, mais il facilite également l’intégration et améliore le bien-être.

« Obtenir un emploi permet aux réfugiés de devenir autonomes plutôt que de dépendre de l’aide. Cela les aide à retrouver un sentiment de dignité et d’indépendance, améliorant ainsi leur bien-être général », a expliqué Franziska Hirschelmann.

L’Allemagne est actuellement le plus grand pays d’accueil de réfugiés dans l’UE, selon le HCR, et le troisième à l’échelle mondiale.

En 2015, les individus arrivaient pour la plupart de pays comme l’Afghanistan et particulièrement la Syrie, chassés de chez eux par un conflit violent.

En 2022, plus de 244 000 personnes ont demandé l’asile en Allemagne, principalement en provenance de Syrie, d’Afghanistan, de Turquie et d’Irak.

L’Allemagne a également accueilli un certain nombre de réfugiés ukrainiens, même si ces personnes n’ont pas eu besoin de demander l’asile car elles ont immédiatement obtenu un statut de résident temporaire.

Laisser un commentaire

4 + 19 =