La Macédoine du Nord pourra-t-elle abandonner le charbon sale ?

Jean Delaunay

La Macédoine du Nord pourra-t-elle abandonner le charbon sale ?

La Macédoine du Nord est baignée de soleil, il devrait donc être facile d’éliminer progressivement le charbon sale. Mais à cause de la crise énergétique, c’est exactement le contraire qui se produit actuellement : d’anciennes centrales électriques au charbon rejettent d’énormes quantités d’émissions toxiques dans l’air et de nouvelles mines de lignite sont même ouvertes !

Un nuage de fumée épaisse s’échappe continuellement de la centrale au charbon de Bitola. La Macédoine du Nord possède deux pôles charbonniers : REK Bitola et REK Oslomej. 47 pour cent de l’électricité du pays est produite par la combustion de lignite sale.

La matière brune est extraite d’immenses mines à ciel ouvert à proximité des centrales à charbon construites il y a une quarantaine d’années. Selon Pece Matevski, directeur de REK Bitola, une autre mine de charbon devrait ouvrir.

Pece Matevski, directeur de REK Bitola
Pece Matevski, directeur de REK Bitola

L’élimination du charbon reportée de 2027 à 2030

La Macédoine du Nord avait l’intention d’abandonner progressivement le charbon d’ici 2027. Mais la crise énergétique a poussé le pays de 2 millions d’habitants à modifier ses plans. Il est désormais prévu d’abandonner le charbon d’ici 2030.

Dans la capitale, Skopje, Nevena Smilevska est militante pour la transformation énergétique au sein de l’ONG CEE Bankwatch. Elle s’inquiète de l’impact de nouveaux retards sur l’éventuelle adhésion du pays à l’Union européenne.

« La date de fermeture doit rester fixée à 2030. Il est très peu probable que nous soyons autorisés à ignorer le Green Deal européen., » elle explique.

Nevena Smilevska, chargée de campagne pour la transformation énergétique chez Bankwatch
Nevena Smilevska, chargée de campagne pour la transformation énergétique chez Bankwatch

« Si l’adhésion à l’UE se réalise, nous devrons fermer les centrales électriques avant d’adhérer, » Elle ajoute.

Les émissions de SO2 les plus élevées dans les Balkans occidentaux

Alors que les réserves de lignite (appelé lignite) s’épuisent, le pays doit importer du charbon des pays voisins. Une forte dépendance aux combustibles fossiles n’améliore pas la qualité de l’air.

En 2022, la centrale au charbon de Bitola avait les émissions de SO2 et de poussières les plus élevées de la région des Balkans occidentaux. 111 000 tonnes de SO2 ont été émises, soit 17 fois plus que ce qui était autorisé.

Pourtant, l’ensoleillement moyen de 280 jours du pays offre des conditions idéales pour la production d’énergie solaire. À 120 km de Skopje, dans la plus ancienne centrale à charbon de Macédoine du Nord, Oslomej, la production d’énergie est en passe de changer. Des centrales solaires sont construites au-dessus de la mine de lignite à ciel ouvert.

Pourtant, le gestionnaire de la centrale photovoltaïque attend depuis un an et demi que son électricité soit injectée dans le réseau.

« Nous attendons toujours quelques licences des autorités», précise Cedomir Arsouski.

Cedomir Arsouski, directeur de la centrale photovoltaïque d'Oslomej
Cedomir Arsouski, directeur de la centrale photovoltaïque d’Oslomej

Cependant, le récent accord conclu lors de la COP28 pourrait accélérer la transition énergétique de la Macédoine du Nord.

Les prêteurs internationaux ont annoncé qu’ils financeraient un plan de 3 milliards d’euros visant à fermer complètement les centrales électriques au charbon du pays d’ici 2030 et à les remplacer par des unités alimentées à l’énergie solaire, hydraulique, éolienne et au gaz.

L’objectif est d’assurer une « transition juste », en déployant 1,7 gigawatts d’énergie renouvelable et en multipliant les capacités de stockage d’énergie tout en améliorant les connexions au réseau.

L’ambition verte de la Macédoine du Nord sera-t-elle réalisée cette fois-ci ?

Laisser un commentaire

trois × 2 =