Mass protests have erupted in Georgia over the ruling party

Jean Delaunay

La loi sur « l’influence étrangère » éloigne la Géorgie du rêve d’adhésion à l’UE, prévient Michel

L’Union européenne a redoublé ses critiques à l’égard de la loi sur « l’influence étrangère » proposée par le gouvernement géorgien, qui, selon les critiques, sera exploitée pour faire taire les voix indépendantes.

« Je veux être clair : ce projet de loi voté au Parlement ne rapproche pas la Géorgie de l’UE. Bien au contraire », a déclaré Charles Michel, président du Conseil européen, à L’Observatoire de l’Europe vendredi matin.

« Nous sommes déçus que ce gouvernement ait pris une telle décision », a-t-il ajouté.

La Géorgie a été déclarée en décembre candidat officiel à l’adhésion au bloc, répondant ainsi aux aspirations de longue date de l’ancienne république soviétique. La décision était « fondamentale », estime Michel, qui s’attend désormais à ce que Tbilissi envoie « plus de signaux positifs » à Bruxelles.

Lorsqu’on lui a demandé si le processus d’adhésion naissant pourrait être gelé en raison de la loi controversée, Michel n’est pas allé aussi loin mais a souligné que toute évolution contraire aux normes de l’UE aurait un « impact » sur la façon dont Bruxelles évalue les chances du candidat.

« Le processus d’élargissement est un processus basé sur le mérite et l’idée pour les pays candidats – pour ceux qui veulent rejoindre l’UE – l’idée est qu’ils respectent les principes et valeurs communs fondamentaux », a déclaré Michel dans l’interview.

« S’ils votent des projets de loi qui ne sont pas conformes à ces principes et valeurs, cela a un impact sur le processus. »

Le projet de loi géorgien exigerait que les médias et les organisations à but non lucratif soient publiquement enregistrés comme « poursuivant les intérêts d’une puissance étrangère » s’ils reçoivent plus de 20 % de leurs fonds de l’étranger, une disposition dont beaucoup craignent qu’elle ne soit utilisée pour dénoncer, cibler et finalement museler les voix indépendantes.

La loi obligerait également les organisations à déclarer les revenus perçus et à soumettre un état financier annuel.

Proposée pour la première fois puis retirée l’année dernière par le parti au pouvoir, Georgian Dream, une version presque identique de la loi a récemment été de nouveau présentée, provoquant des protestations massives.

Malgré une contestation croissante, le parlement géorgien a avancé le texte mercredi avec 83 voix pour et zéro contre lors d’une première lecture boycottée par l’opposition. Cela a amené Bruxelles à intensifier ses avertissements.

« Nous appelons les partenaires géorgiens à ne pas adopter cette législation car elle nuit à la Géorgie », a déclaré vendredi un porte-parole de la Commission européenne.

« Nous avons eu une situation similaire l’année dernière, puis la loi a été retirée et maintenant ils sont revenus la présenter au Parlement. Elle a passé la première lecture. C’est très mauvais », a ajouté le responsable, exhortant le parti au pouvoir en Géorgie à tenir compte de la appels.

« Si quelque chose n’est pas conforme aux principes européens et aux ambitions de poursuivre sur la voie de l’UE, alors les conséquences sont très claires. Mais procédons étape par étape. »

L’OTAN, à laquelle la Géorgie espère rejoindre, a également exprimé ses inquiétudes.

Il est « essentiel pour la Géorgie, en tant que pays candidat à l’OTAN, de disposer du cadre adéquat pour garantir la liberté des médias et la participation de la société civile », a déclaré Javier Colominale représentant spécial de l’alliance pour le Caucase et l’Asie centrale.

« Ce projet constitue un pas en arrière et ne favorise pas l’intégration euro-atlantique de la Géorgie. »

La présidente géorgienne Salomé Zourabichvili s’est engagée à opposer son veto à la législation controversée si elle arrive un jour sur son bureau. Mais son opposition pourrait éventuellement être annulée par le recueil de 76 voix. Le mandat de Zourabichvili devrait prendre fin plus tard cette année.

Le texte a été surnommé « loi russe » car il présente des similitudes avec un projet de loi présenté par le Kremlin il y a dix ans pour faire taire les voix critiques. La Géorgie lutte depuis des années pour contenir l’influence pro-russe, une question considérée comme un irritant majeur dans les ambitions européennes du pays.

Même si le parti Rêve géorgien soutient l’adhésion à l’UE et condamne l’invasion de l’Ukraine, il défend également une politique « pragmatique » à l’égard de la Russie.

Le Premier ministre Irakli Kobakhidze, qui est le président du parti, a déclaré que la loi est nécessaire pour garantir un « standard minimum de transparence » entre les ONG et qu’elle est conforme à « tous les principes juridiques fondamentaux ». Kobakhidze a rencontré plus tôt cette semaine les ambassadeurs de l’UE, des États-Unis et du Royaume-Uni pour discuter des préoccupations soulevées par le projet de loi.

Laisser un commentaire

quatre − deux =