La loi sur la restauration de la nature survit à un vote au couteau au Parlement européen dans un contexte de réaction de droite

Jean Delaunay

La loi sur la restauration de la nature survit à un vote au couteau au Parlement européen dans un contexte de réaction de droite

La loi sur la restauration de la nature a survécu à un vote dramatique au Parlement européen, mais seulement par une marge très mince.

La session très surveillée de mercredi a abouti à 336 votes en faveur de la loi modifiée et 300 contre, avec 13 abstentions, suscitant de vifs applaudissements des députés progressistes.

Une motion visant à rejeter la législation dans son intégralité, qui aurait porté un coup dur au Green Deal, n’avait auparavant pas recueilli suffisamment de soutien pour être adoptée.

« Cette loi est bonne même pour ceux qui ont voté contre », a déclaré César Luena, le législateur socialiste qui fait office de rapporteur et était visiblement ému.

« Je tiens tout particulièrement à remercier les scientifiques et les jeunes parce qu’ils nous ont convaincus que nous avons besoin de cette loi. Et nous allons l’avoir ! »

Le règlement va maintenant être renvoyé à la commission parlementaire de l’environnement, où il avait été précédemment rejeté par une marge de 44-44.

Les députés entameront ensuite des négociations avec les États membres, qui se sont déjà mis d’accord sur une position commune sur le dossier, pour affiner les dispositions et rédiger un texte de compromis qui pourrait ensuite être entériné par les deux colégislateurs.

Les pourparlers à venir, dont le succès n’est en aucun cas garanti, devraient être prolongés et diviser en raison de la controverse qui dure depuis des mois autour de la loi sur la restauration de la nature, une proposition globale qui vise à réhabiliter au moins 20 % des écosystèmes dégradés d’Europe en 2030.

Le règlement établit des objectifs contraignants dans sept domaines d’action, tels que les terres agricoles, les tourbières, les pollinisateurs et les fonds marins, dans le but d’inverser les dommages environnementaux causés par l’activité humaine incontrôlée et le changement climatique.

Présenté pour la première fois par la Commission européenne en juin 2022, il a gagné en importance après l’accord historique sur la biodiversité frappé par la COP15 en décembre.

Mais ces derniers mois, la loi est devenue la cible d’une campagne d’opposition sans merci de la part des partis de droite, notamment du Parti populaire européen (PPE), la plus grande formation parlementaire.

Le PPE a déclaré à plusieurs reprises que la loi, dans sa forme actuelle, menacerait les moyens de subsistance traditionnels des agriculteurs et des pêcheurs européens, perturberait les chaînes d’approvisionnement établies de longue date, diminuerait la production alimentaire, ferait grimper les prix pour les consommateurs et même anéantirait les zones urbaines pour faire place à espaces verts.

Ces affirmations ont été largement contestées par des groupes de gauche, la Commission européenne, des dizaines d’ONG, des milliers de climatologues, l’industrie des énergies renouvelables et de grandes entreprises comme IKEA, H&M, Iberdrola, Unilever, Nestlé et Danone.qui tous insistent sur le fait que la restauration de la nature est parfaitement compatible avec l’activité humaine et essentielle pour assurer la viabilité des sols européens.

La sensibilisation incessante du PPE sur les réseaux sociaux, qui a introduit la semaine dernière une affirmation farfelue sur le père Noëla été qualifiée de « tactique sale » et de « désinformation » par les organisations environnementales.

Le différend a effectivement divisé le Parlement européen en deux factions apparemment irréconciliables. Le débat politique s’est manifesté lors d’un débat tendu mardi et a de nouveau été exposé par la marge serrée de mercredi.

Dans la perspective du vote à enjeux élevés, plusieurs députés européens conservateurs, tels que Frances Fitzgerald d’Irlande, Sirpa Pietikäinen de Finlande et Stanislav Polčák de République tchèque, avaient publiquement rompu les rangs avec la ligne officielle du PPE et déclaré leur intention de donner à la loi sur la restauration de la nature une chance de mener des négociations.

Les archives du parlement montrent que 21 députés du PPE ont ignoré les instructions du parti et ont voté en faveur de l’ensemble du texte.

« Je ne peux pas en toute bonne conscience et de bonne foi voter contre cette loi », a déclaré Fitzgerald dans un vidéo publié sur son compte Twitter. « Nous devons protéger la biodiversité. Nous avons besoin de cette loi pour protéger nos citoyens, nos entreprises et, surtout, les générations futures. »

Renew Europe, le troisième plus grand groupe parlementaire, a également joué un rôle clé dans le résultat final. Les libéraux sont divisés en interne sur la loi et n’ont pas été en mesure de s’entendre sur une ligne d’action collective. Dans le but de parvenir à un consensus, Renew Europe a pris la décision inhabituelle de déposer un amendement qui imitait presque mot pour mot la position adoptée le mois dernier par les États membres au Conseil de l’UE.

« Nous sortirons de toute impasse partisane quand cela sera nécessaire », a déclaré Stéphane Séjourné, président de Renew Europe. « Groupe PPE, pouvons-nous arrêter de jouer maintenant et retravailler ensemble pour l’intérêt général ? »

Pendant ce temps, dans un tweet succinct, le PPE a déclaré qu’il était « déçu » du résultat de mercredi et que la proposition de loi serait « contre-productive et aurait des conséquences sociales et économiques importantes ».

Laisser un commentaire

dix-sept − seize =