La loi européenne sur la restauration de la nature vise à renforcer la sécurité alimentaire et non à la compromettre

Jean Delaunay

La loi européenne sur la restauration de la nature vise à renforcer la sécurité alimentaire et non à la compromettre

Comme toutes les entreprises agroalimentaires, Danone et Nestlé dépendent fortement de la nature et de son bien-être pour s’approvisionner en matières premières agricoles. Quand la nature souffre, notre chaîne d’approvisionnement est tendue, écrivent Facundo Etchebehere et Bart Vandewaetere.

La restauration de la nature et la sécurité alimentaire ne sont pas opposées — en fait, elles sont interdépendantes.

À l’échelle mondiale, 26 % du total des dommages et des pertes dus aux catastrophes liées au climat affectent directement le secteur agricole, selon une étude du World Resources Institute.

C’est pourquoi, en tant qu’entreprises dont les résultats dépendent de la nature, nous sommes profondément préoccupés par le rejet de la loi européenne sur la restauration de la nature par la commission ENVI du Parlement européen le mois dernier.

Un pas significatif dans la bonne direction

La loi sur la restauration de la nature proposée par la Commission européenne serait un pas important dans la bonne direction.

Cette loi est une stratégie globale visant à restaurer les écosystèmes dégradés à travers le continent, avec des objectifs spécifiques fixés pour restaurer les habitats particulièrement adaptés à la capture du carbone et à l’amélioration de la résilience aux catastrophes naturelles.

Pour des entreprises comme Nestlé et Danone, et les agriculteurs qui nous approvisionnent, cette législation pourrait signifier une évolution vers des pratiques plus durables qui contribuent à la restauration des écosystèmes et à l’atténuation du changement climatique, garantissant ainsi la durabilité et la résilience des chaînes d’approvisionnement.

Et la loi sur la restauration de la nature nous offre une opportunité cruciale pour l’ensemble du secteur de la production alimentaire d’aller dans cette direction, agriculteurs comme entreprises.

La production laitière, par exemple, ressent déjà les graves effets du changement climatique : les vaches laitières ont des difficultés avec la chaleur extrême, et des températures plus élevées entraînent souvent une baisse des rendements.

Luca Bruno/Copyright 2016 L'AP.  Tous les droits sont réservés.  Ce matériel ne peut être publié, diffusé, réécrit ou redistribué
Du lait frais remplit un seau alors qu’un fermier traite une vache dans une ferme près de Milan, mai 2016

Les agriculteurs et les producteurs d’aliments et de boissons sont en première ligne de la crise climatique et de la biodiversité.

La production laitière, par exemple, ressent déjà les graves effets du changement climatique : les vaches laitières ont des difficultés avec la chaleur extrême, et des températures plus élevées entraînent souvent une baisse des rendements.

Les événements climatiques et la chaleur ont également un impact sur l’herbe et les cultures dont dépendent les vaches : en 2022, en Italie, les pénuries d’eau et la sécheresse ont entraîné une baisse allant jusqu’à 45 % des rendements du maïs et de l’alimentation animale.

Les producteurs laitiers en France ont été confrontés à des défis similaires pour maintenir la production de lait alors que les températures montaient en flèche et que les pâturages étaient brûlés.

L’Europe n’est pas à l’abri des chocs liés à la hausse des prix alimentaires

Comme toutes les entreprises agroalimentaires, nous dépendons fortement de la nature et de son bien-être pour l’approvisionnement de nos matières premières agricoles. Lorsque la nature souffre, notre chaîne d’approvisionnement est tendue.

En juin de l’année dernière, les prix du blé et du maïs avaient respectivement augmenté de 42 % et 47 % par rapport à janvier 2021, en partie à cause des chocs météorologiques liés au changement climatique et d’une vague de chaleur en Inde, qui a provoqué une baisse des rendements du blé, entraînant à une interdiction d’exportation par le deuxième producteur mondial.

Photo AP/Channi Anand
Des agriculteurs indiens arrivent pour récolter du blé tôt le matin à la périphérie de Jammu, avril 2023

Alors que les prix sont revenus à des niveaux normaux depuis, les fortes augmentations ont été un signe clair de l’instabilité actuelle de notre monde.

L’Europe n’est pas à l’abri de chocs similaires : une étude de l’Université d’Edimbourg a montré que l’Europe du Sud pourrait connaître une baisse de plus de 50 % des rendements de production dans des scénarios de réchauffement climatique plus élevé.

Les sécheresses auxquelles l’Espagne est confrontée nous montrent à quoi cela pourrait ressembler.

Si vous vous inquiétez pour les agriculteurs, alors vous savez que l’agriculture régénérative est la réponse

Ce sont des défis collectifs auxquels nous sommes confrontés et l’agriculture régénérative offre une solution pratique.

En incorporant des pratiques telles que la culture intercalaire, la rotation des cultures, les haies et la réduction de l’utilisation des pesticides, nous pouvons restaurer la santé des sols, accroître la biodiversité et réduire les émissions de gaz à effet de serre.

Ces pratiques profitent non seulement à la nature et à nos entreprises, mais également aux agriculteurs, comme le montre une analyse de l’économie des exploitations agricoles allemandes où l’agriculture régénérative a généré des bénéfices plus élevés à moyen et long terme.

La question sur laquelle nous devrions nous concentrer n’est pas de savoir si nous fixons des objectifs pour restaurer la nature et atténuer le changement climatique, mais plutôt comment nous pouvons unir nos forces dans les secteurs public et privé pour les atteindre.

Photo AP/Mark D. Carlson
Les vaches laitières broutent l’herbe dans la région de l’Emmental en Suisse, août 2011

Cela nous ramène à la nécessité urgente pour le Parlement européen d’approuver la loi sur la restauration de la nature et à la nécessité de souligner que cette loi n’est pas seulement pour l’environnement ou les entreprises qui en dépendent, mais surtout pour les agriculteurs dont les moyens de subsistance sont à miser.

La question sur laquelle nous devrions nous concentrer n’est pas de savoir si nous fixons des objectifs pour restaurer la nature et atténuer le changement climatique, mais plutôt comment nous pouvons unir nos forces dans les secteurs public et privé pour les atteindre.

Nous ne pouvons pas continuer à fermer les yeux sur la vérité

Et cela signifie se concentrer sur le financement de la transition, qui devra être développé plus avant dans la prochaine étape des discussions.

Une analyse de la Banque européenne d’investissement a estimé qu’en 2020, le déficit de financement de l’agriculture se situait entre 19,8 et 46,6 milliards d’euros, tandis que le déficit de l’industrie agroalimentaire était de plus de 12,8 milliards d’euros.

Les faits sont clairs : la restauration de la nature ne compromet pas la sécurité alimentaire ; au contraire, il l’améliore.

AP Photo/Luca Bruno
Des agriculteurs irriguent un champ de citrouilles à l’aide d’une pompe de relevage de l’eau près du fleuve Pô à Guastalla, juin 2022

Nous devons travailler main dans la main pour développer des solutions de financement de la transition qui offrent aux agriculteurs le soutien dont ils ont besoin pour mener une agriculture régénérative.

Les faits sont clairs : la restauration de la nature ne compromet pas la sécurité alimentaire ; au contraire, il l’améliore.

Plutôt que de polariser la discussion, nous devons unir nos forces pour construire un avenir qui profite à tous : agriculteurs, entreprises, consommateurs et notre planète.

Nous pouvons commencer maintenant avec la loi de restauration de la nature, ou continuer à prétendre que les risques d’une planète appauvrie ne sont pas déjà apparents.

Laisser un commentaire

dix-neuf − seize =