La langue arabe est vitale pour les systèmes éducatifs du futur

Jean Delaunay

La langue arabe est vitale pour les systèmes éducatifs du futur

L’arabe est l’une des langues les plus parlées au monde, alors pourquoi n’y a-t-il pas plus d’écoles qui l’offrent dans le cadre de leur horaire scolaire régulier à un âge précoce, écrit Latrecia Wilson.

L’accès aux langues indispensables, y compris l’arabe, devient de plus en plus une question de justice sociale.

Sans accès à l’apprentissage des langues, les travailleurs du XXIe siècle – en particulier les marginalisés ou défavorisés – sont confrontés à une perte importante d’opportunités économiques, sociales et culturelles.

Un rapport RAND de 2022 a estimé un retour de 2 £ pour chaque livre sterling dépensée pour l’enseignement de l’arabe, du français, du mandarin ou de l’espagnol au Royaume-Uni.

En outre, le rapport indique qu’une élimination complète des barrières linguistiques avec les pays arabophones, chinois, français et hispanophones pourrait augmenter les exportations britanniques d’environ 19 milliards de livres sterling (21,8 milliards d’euros) par an.

Bien qu’il s’agisse de chiffres pour le seul Royaume-Uni, l’augmentation de l’enseignement des langues dans les économies européennes aurait un effet positif exponentiel dans toutes les sphères.

Les travailleurs bilingues s’en sortent mieux

L’impact socio-économique positif du multilinguisme augmente – c’est pourquoi des études montrent que l’apprentissage des langues étrangères, principalement les langues les moins couramment enseignées et les plus nécessaires, est associé à des salaires plus élevés et à une croissance des salaires.

Aux États-Unis, une étude a estimé que parler une langue seconde augmentait les revenus des diplômés universitaires d’environ 2 % en moyenne par rapport à ceux qui n’avaient pas appris une autre langue.

Ces travailleurs bilingues et analphabètes ont la possibilité de découvrir d’autres cultures et de participer à une scène mondiale d’une manière dont d’autres travailleurs sans ces compétences ne pourraient jamais profiter.

Le système éducatif tel qu’il se présente aujourd’hui est mal équipé pour répondre à ce besoin critique, dès le plus jeune âge.

L’arabe est l’une des langues les plus parlées au monde, alors pourquoi n’y a-t-il pas plus d’écoles qui l’offrent dans le cadre de leur emploi du temps scolaire régulier à un âge précoce ?

AP Photo/Jean-François Badias
Un écolier lève le bras pour répondre à son professeur lors d’un cours à Bischheim, près de Strasbourg, février 2020

Les étudiants sont confrontés à des problèmes d’équité et d’inclusion, et les futurs diplômés continueront de perdre les opportunités qui changent la vie qu’offre l’apprentissage des langues.

Si l’objectif de l’éducation est de doter les élèves des compétences nécessaires pour vivre dans un environnement socioculturel diversifié et complexe, l’enseignement des langues en est la base.

L’UE considère le multilinguisme comme une compétence clé, mais nous avons encore besoin de voir davantage d’écoles intensifier et inciter les jeunes esprits talentueux à développer de précieuses compétences linguistiques.

L’arabe est l’une des langues les plus parlées au monde, alors pourquoi n’y a-t-il pas plus d’écoles qui l’offrent dans le cadre de leur emploi du temps scolaire régulier à un âge précoce ?

Pourquoi l’arabe est-il si peu représenté dans les écoles ?

L’arabe est la langue officielle dans plus de 27 pays. C’est l’une des six langues officielles des Nations Unies.

Dans toute l’UE, l’arabe est régulièrement classé comme l’une des langues les plus parlées, et les gouvernements positionnent de plus en plus l’arabe comme une langue d’importance mondiale et économique.

C’est une offre populaire dans les programmes de langues universitaires, souvent mentionnée comme l’une des langues du futur et incluse dans les politiques célébrant la diversité et l’inclusion.

Pourtant, l’attention et l’investissement dans l’apprentissage de la langue aux niveaux primaire et secondaire (lorsque l’apprentissage de la langue est le plus efficace) sont insuffisants.

Dans de nombreux pays, l’arabe est la deuxième langue la plus parlée à la maison, mais il est rarement proposé comme cours sur le calendrier scolaire.

Michal Dyjuk/Copyright 2022 L'AP.  Tous les droits sont réservés
Des élèves assistent à la rentrée scolaire au Lycée Limanowski de Varsovie, septembre 2022

L’arabe est largement sous-représenté et doit refléter l’évolution des populations. Dans de nombreux pays, l’arabe est la deuxième langue la plus parlée à la maison, mais il est rarement proposé comme cours sur le calendrier scolaire.

Lorsqu’il est proposé, l’arabe est généralement encadré par l’enseignement de la langue à la maison et dans la communauté ou uniquement dispensé dans des écoles complémentaires ou hors de l’environnement scolaire formel, avec peu ou pas d’accent sur l’étude de la langue étrangère moderne (MFL), à moins qu’il ne s’agisse d’une élite ou environnement éducatif privilégié.

Ce cadrage prive la population générale d’opportunités d’accéder à l’une des langues les plus anciennes et les plus riches du monde.

En ne donnant pas accès à l’enseignement de la langue arabe aux masses, ceux qui se tournent vers nos systèmes éducatifs financés par l’État pour la croissance socio-économique sur le marché mondial passent à côté d’une gamme d’opportunités que l’apprentissage des langues, en particulier l’arabe, offre.

Ces opportunités doivent être accessibles à tous.

Nous avons besoin d’un écosystème favorisant la sensibilisation culturelle et la compréhension mutuelle

Les étudiants qui commencent à apprendre l’arabe à un âge précoce atteignent un niveau supérieur de compétences communicatives. Nous avons été témoins à maintes reprises de l’impact qui change la vie de l’apprentissage d’une langue étrangère.

Les étudiants, avec ou sans expérience arabophone, qui ont appris l’arabe grâce à des programmes soutenus par QFI ont ensuite travaillé dans les domaines de la politique, du commerce, du droit, du journalisme et de l’éducation.

Lorsque les directeurs d’école, les enseignants, les élèves et les parents se réunissent autour de l’enseignement des langues, des communautés entières sont transformées.

Un tel écosystème peut favoriser une plus grande sensibilisation culturelle, une compréhension mutuelle et une cohésion sociale. Ceci est essentiel pour toutes les langues, mais surtout pour l’arabe.

Grâce Kassab/AP
Des écoliers libanais organisent des alphabets arabes à Beyrouth, juin 2010

Un programme linguistique d’éducation préscolaire réussi a besoin de ces éléments : des décideurs politiques et/ou des décideurs qui soutiennent le multilinguisme en allouant des ressources adéquates, des administrateurs engagés à faire progresser l’enseignement des langues, des professeurs de langues certifiés, des évaluations appropriées de la progression de la langue, des parents motivés et des élèves curieux.

Ensemble, un tel écosystème peut favoriser une plus grande sensibilisation culturelle, une compréhension mutuelle et une cohésion sociale. Ceci est essentiel pour toutes les langues, mais surtout pour l’arabe.

Laisser un commentaire

cinq × trois =