A woman dances as she holds a rainbow flag at the annual Gay Pride rally in Athens in 2022

Jean Delaunay

La Grèce fait face à l’opposition de l’Église orthodoxe sur son projet de mariage homosexuel

La Grèce deviendrait le premier pays à majorité orthodoxe à légaliser le mariage homosexuel si la loi était adoptée.

Le gouvernement grec de centre-droit accélère son calendrier visant à légaliser le mariage homosexuel – malgré l’opposition croissante de la puissante Église orthodoxe.

Des responsables gouvernementaux ont déclaré que le projet de loi serait soumis au vote d’ici la mi-février. La Grèce deviendrait le premier pays à majorité orthodoxe à légaliser le mariage homosexuel si la loi était adoptée.

Le Patriarcat œcuménique d’Istanbul, qui dirige les Églises orthodoxes du monde entier, a exprimé son opposition à la proposition de mariage homosexuel.

« Le mariage est l’union d’un homme et d’une femme sous le Christ… et l’Église n’accepte la cohabitation de ses membres sous aucune forme autre que le mariage », a déclaré le Patriarcat œcuménique.

Cela fait écho à une décision prise par les principaux évêques de l’Église en Grèce plus tôt cette semaine.

Le métropolite Panteleimon, porte-parole du Saint-Synode au pouvoir de l’Église grecque, a déclaré que ses objections écrites seraient envoyées à tous les membres du parlement grec et lues lors des offices dominicaux dans tout le pays le 4 février.

« Ce que dit l’Église, c’est que le mariage est l’union d’un homme et d’une femme et que c’est la source de la vie », a-t-il déclaré à la télévision privée Skai. « Les anciens de notre église ont le souci de défendre et de soutenir la famille. »

Panteleimon a également déclaré qu’il était trop tôt pour commenter l’approche que l’Église adopterait à l’égard des enfants de parents de même sexe.

Premier ministre conservateur Kyriakos Mitsotakis, qui a remporté une victoire écrasante à la réélection l’été dernier, devra probablement s’appuyer sur les votes des partis d’opposition pour que la mesure soit approuvée. Il fait face à des dissensions au sein du parti au pouvoir, Nouvelle Démocratie, ainsi que parmi les membres de son propre cabinet.

« Nous parlons de quelque chose qui est déjà en vigueur dans 36 pays et sur cinq continents. Et nulle part cela ne semble avoir porté atteinte à la cohésion sociale », a déclaré Mitsotakis à ses ministres dans une déclaration télévisée mercredi.

« Je veux être clair : nous faisons référence à des choix faits par l’État et non à des convictions religieuses… Notre démocratie exige qu’il ne puisse y avoir deux classes de citoyens et qu’il ne puisse certainement pas y avoir d’enfants d’un dieu inférieur. »

De récents sondages d’opinion suggèrent que les Grecs sont fortement opposés au mariage homosexuel, les électeurs conservateurs étant plus clairement opposés.

Laisser un commentaire

un × 3 =