Elmer van Buuren, Co-Founder of European Sleeper on The Big Question

Milos Schmidt

La grande question : Comment deux passionnés du rail ont-ils financé leur propre entreprise de trains-couchettes d’un montant de 4,5 millions d’euros ?

Elmer van Buuren, PDG d’une entreprise européenne de trains de nuit, explique comment il a concrétisé son rêve d’entreprise grâce au financement communautaire.

Lorsque le financement participatif de la start-up d’Elmer van Buuren a levé 500 000 € en 15 minutes, il a pensé que son site Web était en panne.

À sa grande joie, ce n’était pas le cas – et deux ans et demi plus tard, sa cagnotte s’élève à 4,5 millions d’euros.

Tout cet argent est destiné à la société de trains de nuit d’Elmer, « European Sleeper », qui organise des voyages ferroviaires de nuit à travers le continent.

«J’ai toujours rêvé d’avoir ma propre compagnie ferroviaire», dit Elmer. « Cette idée bouillonnait en moi depuis 25 ans. »

« Et je pense que la grande différence entre nous et les autres compagnies ferroviaires est que nous appartenons à la communauté. »

« Nous avons cru au financement participatif (…) pour récolter des fonds, mais aussi pour impliquer les gens. »

Dans le dernier épisode de The Big Question, Hannah Brown est rejointe par le co-fondateur d’European Sleeper, Elmer van Buuren, pour discuter de la question de savoir si l’entrepreneuriat est vraiment accessible à tous.

Pourquoi était-il temps de créer une nouvelle compagnie de trains de nuit ?

La société européenne Sleeper a lancé son premier service en mai 2023, entre Bruxelles, Amsterdam et Berlin.

Bien que les trains de nuit puissent être associés à des classiques comme « De Russie avec amour » ou « Le meurtre de l’Orient Express », ils sont progressivement passés de mode depuis les années 1990, en partie à cause de la montée en puissance des compagnies aériennes à petit budget.

Elmer affirme néanmoins que la demande du public pour son service est toujours forte, en particulier de la part des voyageurs conscients de leur empreinte carbone.

«Je pense que la principale raison pour laquelle les trains de nuit ont disparu n’est pas qu’il n’y avait pas de demande pour les trains de nuit. C’est parce que les entreprises qui exploitent les trains, généralement les grandes compagnies nationales, se concentraient sur d’autres produits comme les trains à grande vitesse, (…) elles ont simplement choisi de se concentrer sur autre chose.»

Elmer cite le succès de son financement participatif comme preuve de cette demande du public, expliquant comment il souhaite combler le fossé du marché et offrir aux Européens une manière de voyager plus respectueuse de l’environnement.

Comment continuer à développer son entreprise après le financement participatif ?

L’entreprise européenne Sleeper a peut-être un avenir prometteur, mais Elmer explique que développer son activité entraînera des défis.

L’entreprise utilise actuellement des moteurs et des chariots loués, car elle ne disposait pas du capital d’amorçage initial pour investir dans son propre stock.

« Nous avons fait cela exprès parce que nous pensions : nous devons commencer à faire circuler le train parce que nous avons actuellement une dynamique pour le train de nuit. Les gens en parlent.

À environ 2,5 à 3 millions d’euros par voiture, la gestion du service coûte cher.

Pour exploiter un service de train-couchettes, il faut environ 35 voitures et deux locomotives, explique Elmer, ce qui signifie que le coût d’exploitation quotidien pourrait être d’environ 70 à 100 millions d’euros. Ce type de dépenses ne peut pas être financé par le biais du financement participatif, ajoute Elmer.

À l’avenir, il n’y aura pas suffisamment de wagons de nuit en stock pour soutenir l’expansion du service European Sleeper.

«Cela signifie que nous devons mener des projets visant à transformer les voitures existantes en voitures-lits», explique Elmer.

Une partie de cette croissance sera financée par la Commission européenne, qui cherche à investir dans des voyages respectueux du climat pour atteindre ses objectifs verts.

L’UE contribue notamment au déploiement d’un service Amsterdam-Bruxelles-Barcelone, dont le lancement est prévu en 2025.

Elmer affirme que pour que le service fonctionne correctement, son entreprise doit donner la priorité à la coopération entre les réseaux ferroviaires nationaux.

« Notre train ressemble donc à un train reliant Bruxelles à Berlin, mais ce sont en réalité trois trains différents portant le même numéro de train que nous collons ensemble », explique-t-il.

Il souligne également que le soutien des fournisseurs nationaux de billets de train est essentiel pour que les clients puissent facilement trouver et réserver leur place.

Conseils aux futurs entrepreneurs

Interrogé sur les conseils qu’il donnerait aux futurs propriétaires d’entreprise, Elmer met ironiquement en garde contre trop de conseils des autres, en particulier de ses amis et de sa famille.

« Ils essaieront de vous en empêcher parce qu’ils ont peur pour vous. Ce n’est pas parce qu’ils ne veulent pas que vous réussissiez, mais parce qu’ils vous aiment trop.

Il ajoute que la peur de l’échec ne devrait pas empêcher les entrepreneurs de poursuivre leurs ambitions de start-up.

« Si vous vous lancez dans le perfectionnisme, vous n’aboutissez nulle part. »

Près de trois ans après son expérience de financement participatif, l’ambition de la société européenne de trains Sleeper ne va nulle part.

Dans les années à venir, Elmer espère étendre davantage son réseau ferroviaire à travers l’Europe, offrant ainsi à ses clients des options de voyage plus étendues et plus écologiques.

Regardez l’épisode complet ci-dessus pour en savoir plus sur la façon dont Elmer et son équipe ont financé une toute nouvelle compagnie ferroviaire.

Laisser un commentaire

quatre + 13 =