La France s'en prend aux chiens, les proches de Macron se désespèrent

Martin Goujon

La France s’en prend aux chiens, les proches de Macron se désespèrent

PARIS — Cela a l’air d’un dernier souper. La photographie en noir et blanc capture l’angoisse et la frustration du cercle restreint du président Emmanuel Macron, vraisemblablement au moment même où il les informe qu’il est sur le point de parier gros sur des élections parlementaires à enjeux élevés.

Macron est assis à une table – avec une petite horloge de carrosse devant lui – dans une salle cossue de l’Élysée, tandis qu’une tension palpable saisit ses plus proches lieutenants en face. C’est peut-être une image inhabituelle que le photographe officiel de l’Élysée publie sur Instagram, mais personne ne doute qu’elle reflète fidèlement la nervosité qui met à rude épreuve l’entourage du président.

Post Instagram tiré de Soazig de la Moissonnière

Humilié par le Rassemblement national d’extrême droite lors des élections européennes, Macron a fait une annonce explosive le 9 juin selon laquelle il tenterait de freiner les avancées de la droite par des élections nationales. Depuis lors, l’équipe dirigeante de Macron se distingue par ses doutes, ses grognements et son moral déprimé.

Le ministre des Finances Bruno Le Maire – un pilier du parti libéral Renaissance de Macron – a remporté le prix du diagnostic le plus apocalyptique lors d’une étape de campagne dans le nord de la France après que Le Figaro l’a cité déplorant que « le pays s’en prenne aux chiens ».

Un tel désespoir bilieux pose problème pour l’avenir de la France. Après tout, l’une des plus grandes questions auxquelles est confrontée la politique française est de savoir qui comblera le vide massif au sein du centre politique à la fin de la présidence de Macron en 2027.

Ceux qui scrutent la table d’honneur à la recherche d’un sauveur libéral seront déçus. La coalition centriste de Macron risque d’être anéantie lors d’un scrutin à deux tours, les 30 juin et 7 juillet, tant par la gauche que par l’extrême droite. Les alliés du président, quant à eux, semblent rechercher une stratégie de sortie plutôt que la gloire d’un fameux baroud d’honneur.

Des commentaires pointus sur le président français, autrefois chuchotés, sont désormais exprimés ouvertement. Le Maire, fidèle à Macron, a déclaré que le leader avait pris seul la décision de dissoudre le Parlement – ​​et que ce choix « a créé, dans notre pays, parmi les Français, partout, de l’anxiété, de l’incompréhension et parfois de la colère », comme il l’a dit à la radio française. .

C’est une note résolument discordante de la part de Le Maire, qui, il y a seulement quelques semaines, était pressenti pour être le candidat de Macron au poste tout-puissant de commissaire européen à l’économie afin de faire avancer le programme industriel du pays à Bruxelles.

Le calendrier des élections législatives a paralysé les alliés de Macron, qui n’avaient même pas commencé à se préparer en vue d’un duel avec l’ennemie d’extrême droite Marine Le Pen lors de la prochaine élection présidentielle de 2027. Macron ne peut pas se présenter aux élections, et plusieurs partenaires de la coalition, dont le Premier ministre Gabriel Attal, l’ancien Premier ministre Édouard Philippe et le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin, lorgnent sur son poste.

Aujourd’hui, alors que le centre politique est ébranlé, certains suivent leur propre voie et mettent en place des plateformes plus indépendantes.

Pendant ce temps, le prix ultime – la présidence – semble de plus en plus éloigné.

« On a bien lancé la course à la succession, mais alors que l’objectif était de régner sur un palais, il s’agit désormais d’hériter d’un hangar », estime Benjamin Morel, politologue à l’université Paris Panthéon-Assas.

Mais Macron n’hésite pas à risquer la fortune politique de ses alliés dans son dernier pari.

«Il se peut que des ambitions personnelles aient été contrecarrées par les changements actuels, est-il dûment noté. Mais ce n’est pas important, nous sommes confrontés à un moment historique pour la nation », a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse la semaine dernière.

En tête de liste de ceux dont les ambitions ont été contrecarrées se trouve Attal. Assis face à Macron sur la photo en noir et blanc, le jeune Premier ministre a clairement reçu un coup au corps. Après avoir évité le public pendant 24 heures, Attal est réapparu mardi dernier pour dénigrer la décision de Macron, la qualifiant de « soudaine » et de « brutale ».

Malgré sa consternation évidente face à la décision de dissoudre le Parlement, il s’est ensuite rallié pour insister : « L’heure n’est pas aux scrupules. »

Mais que va-t-il arriver à Attal ? Avant le pari électoral de Macron, l’étoile montante centriste de 35 ans – qui est plus populaire que le président – ​​était préparée pour la première place.

Après tout, lors des élections européennes, Attal était le visage jeune envoyé pour devancer Jordan Bardella, le tout aussi nouveau leader du Rassemblement national. Ironiquement, Bardella est désormais pressenti pour succéder à Attal à Matignon, la résidence seigneuriale des premiers ministres français.

« (Étant donné qu’Attal) a été très impliqué dans les élections européennes, en tant qu’arme anti-Bardella, la défaite majeure (infligée à la Renaissance de Macron) ne va pas améliorer ses perspectives. Il va aussi souffrir du fait qu’il se présente comme le successeur naturel de Macron », a déclaré Bruno Cautrès, chercheur en sciences politiques à Sciences Po.

Attal a également été humilié d’avoir été exclu des récentes consultations politiques de Macron, malgré le fait que les élections anticipées mettront presque certainement fin à son mandat de Premier ministre.

À côté d’Attal sur la photo se trouve le ministre de l’Intérieur Darmanin, pressant ses mains – comme pour prier – sur son visage. De l’autre, la présidente de l’Assemblée nationale, Yaël Braun-Pivet, qui prend sombrement des notes. Le Paris Playbook de L’Observatoire de l’Europe a appris qu’elle avait dit à Macron qu’elle pensait qu’il prenait une mauvaise décision ; elle a déclaré plus tard qu’elle pensait « qu’il y avait une autre voie », celle de construire une coalition plutôt que de déclencher des élections.

Il y a aussi l’ancien Premier ministre Philippe, qui a ostensiblement gardé ses distances, allant même jusqu’à disparaître pour prendre l’air marin du Havre, port normand dont il est devenu maire en 2020.

Philippe, qui a été Premier ministre de 2017 à 2020, était autrefois considéré comme le prochain président centriste du pays, mais il s’est longtemps irrité de sa promesse de rester « libre mais loyal » envers Macron.

Ces derniers jours, Philippe s’est plus fermement distancé du cercle restreint de Macron, qualifiant la défaite aux élections européennes de « rejet du président » et se demandant si Macron devrait participer à la campagne.

Lors des prochaines élections législatives, le groupe « Horizons » de Philippe se présentera pour la première fois comme parti distinct, ce qui implique une certaine indépendance financière. Il a également commencé à entretenir des relations avec des politiciens conservateurs des Républicains.

« La coalition du président français s’effondre rapidement, et les partenaires de la coalition se séparent », a déclaré l’analyste politique Morel.

Mais bien que Philippe, qui reste populaire pour sa gestion de la pandémie de coronavirus, ait évité la politique nationale au cours des quatre dernières années, il risque d’être mortellement blessé si les électeurs se retournent contre le camp de Macron.

Selon Morel, les élections législatives renforceront probablement la gauche et le Rassemblement national de Le Pen, qui seront considérés comme les alternatives les plus fortes en 2027.

Après Macron, « le centre risque de redevenir un lieu où vont mourir les politiques », a-t-il déclaré. « Avec moins de législateurs et de réseaux, un candidat centriste aura du mal à conquérir la présidence. »

Laisser un commentaire

3 × 3 =