The exterior of a Body Shop store is seen, Monday, March 4, 2024, in Toronto.

Jean Delaunay

La filiale française de The Body Shop se rapproche de la liquidation

Plusieurs autres marques britanniques ont également été placées en redressement judiciaire récemment, notamment Debenhams et Topshop, en raison de taux d’intérêt plus élevés, de la crise du coût de la vie et de l’inflation croissante observée au Royaume-Uni au cours des derniers mois.

La filiale française de The Body Shop pourrait être confrontée à une fermeture, la société étant déjà en redressement judiciaire et ne disposant que d’une seule offre pour la reprendre. Cette offre ne devrait pas non plus être d’une grande aide, car elle ne concerne qu’une reprise partielle. A moins que de nouveaux acquéreurs ne se présentent prochainement, la société sera confrontée à une liquidation judiciaire.

The Body Shop a annoncé avoir été placée sous administration judiciaire le 13 février 2024 et a connu des difficultés depuis, avec plusieurs fermetures de magasins et licenciements de personnel. Cependant, la chaîne continue de fonctionner à l’heure actuelle, bien qu’à une capacité réduite, avec un site en ligne qui tourne mal et plusieurs consommateurs découragés par la rareté des produits populaires.

La filiale française de la chaîne a été placée en redressement judiciaire début avril 2024. D’autres entreprises ou investisseurs intéressés par le rachat de la filiale avaient initialement jusqu’au 3 juin pour se déclarer, mais les administrateurs judiciaires avaient ensuite prolongé le délai d’un mois supplémentaire.

Jusqu’à présent, seuls deux candidats potentiels s’étaient manifestés, un troisième ayant été écarté d’emblée pour s’être déclaré hors délai. Mais l’un de ces deux acquéreurs potentiels, Horizon Pharma, a ensuite retiré son offre, qui portait initialement sur l’acquisition d’une centaine de salariés et d’une trentaine de magasins.

La dernière offre restante pour le moment est celle de la marque de parfums d’ambiance et de bougies Berger International, qui a également modifié son offre pour réduire son nombre. Elle est prête à acquérir 12 succursales et 30 employés pour un montant total de 250 000 euros.

Cependant, six de ces magasins seront finalement vendus afin de lever des capitaux pour transformer les six autres en nouveaux magasins sous la marque « Not Only Candles » de Berger.

A ce stade, la filiale française de The Body Shop n’aura peut-être d’autre choix que d’accepter cette offre, même inférieure à celle anticipée, si elle veut éviter une liquidation judiciaire.

Qu’est-ce qui n’a pas fonctionné avec The Body Shop ?

Fondée en 1976 par la regrettée Anita Roddick à Brighton, The Body Shop a été une pionnière du commerce éthique et s’est toujours prononcée contre les tests sur les animaux. Son siège social est désormais à Londres, avec environ 200 succursales dans tout le Royaume-Uni et davantage à l’étranger.

Cependant, à l’instar de plusieurs autres enseignes britanniques récemment placées en redressement judiciaire, telles que Debenhams et Topshop, The Body Shop a également connu de sérieuses difficultés depuis la pandémie. La situation a été considérablement aggravée par la hausse des taux d’intérêt et l’inflation galopante, qui ont entraîné une augmentation des loyers et des frais généraux.

La marque a également fait face à une baisse des ventes, les consommateurs étant également confrontés à une augmentation des coûts et des prêts hypothécaires, dépensant ainsi moins en articles de luxe et discrétionnaires.

L’émergence de nouveaux concurrents tels que The Bath and Body Works et Lush, ainsi que les avancées croissantes d’anciens rivaux comme L’Occitaine ont également pesé davantage sur The Body Shop.

Sarah Montano, professeur de marketing de détail à l’Université de Birmingham, explique plus en détail ce qui n’a pas fonctionné avec la marque, sur le site Web de l’université : « Tout d’abord, un certain nombre de marques concurrentes ont également adopté les mêmes valeurs environnementales ou naturelles, par exemple des marques telles qu’Evolve, Ren ou Neal’s Yard, ce qui signifie que The Body Shop n’offre plus de produit distinctif.

« Deuxièmement, les campagnes contre des problèmes tels que les tests sur les animaux dans l’industrie de la beauté ne sont plus nécessaires et ne sont plus une préoccupation majeure du public, car en 1998, les tests sur les animaux pour les cosmétiques finis et les ingrédients ont été interdits. Pourtant, les préoccupations environnementales sont toujours aussi importantes.

« Troisièmement, le prix : certains clients ont estimé que les prix de The Body Shop étaient devenus trop élevés et que les produits n’offraient plus un bon rapport qualité-prix. »

Laisser un commentaire

cinq × 3 =