La fédération mondiale d'échecs interdit aux femmes transgenres de participer à des épreuves féminines

Jean Delaunay

La fédération mondiale d’échecs interdit aux femmes transgenres de participer à des épreuves féminines

L’organisation a déclaré que la transition entre les sexes est « un changement qui a un impact significatif sur le statut d’un joueur ».

La plus grande fédération d’échecs au monde a décidé que les femmes transgenres ne pouvaient pas participer à ses événements officiels pour femmes tant qu’une évaluation du changement de genre n’était pas faite par ses responsables.

La décision de la fédération suisse FIDE, publiée lundi, a suscité les critiques des groupes de défense et des partisans des droits des transgenres.

La FIDE a déclaré qu’elle et ses fédérations membres recevaient de plus en plus de demandes de reconnaissance de joueurs qui s’identifient comme transgenres, et que la participation des femmes transgenres dépendrait d’une analyse de cas individuels qui pourrait prendre jusqu’à deux ans.

« Le changement de sexe est un changement qui a un impact significatif sur le statut d’un joueur et son éligibilité future aux tournois, il ne peut donc être effectué que s’il existe une preuve pertinente du changement fournie », a déclaré la fédération.

« Dans le cas où le sexe a été changé d’un homme à une femme, le joueur n’a pas le droit de participer aux événements officiels de la FIDE pour les femmes jusqu’à ce qu’une nouvelle décision de la FIDE soit prise. »

Les titulaires de titres féminins qui changent de sexe en masculin verraient ces titres « abolis », a indiqué la fédération, mais avec la possibilité d’une réintégration « si la personne change de sexe en femme ».

« Si un joueur a changé le sexe d’un homme à une femme, tous les titres précédents restent éligibles », a précisé la fédération.

Il a reconnu que de telles questions concernant les joueurs transgenres étaient un « problème évolutif pour les échecs » et que « d’autres politiques pourraient devoir être élaborées à l’avenir conformément aux preuves de la recherche ».

Personne n’a immédiatement répondu aux e-mails aux hauts responsables de la fédération et aux appels au siège de la fédération en Suisse pour obtenir de plus amples commentaires.

Le maître et entraîneur d’échecs de la FIDE, Yosha Iglesias, a critiqué cette décision sur X, la plate-forme anciennement connue sous le nom de Twitter, affirmant que l’organisation d’échecs avait publié des « règlements anti-trans ».

La nouvelle de la décision intervient alors que la fédération organise une Coupe du monde en Azerbaïdjan, qui mettra en vedette des joueurs de haut niveau tels que le Grand Maître classé numéro un Magnus Carlsen de Norvège.

La fédération a des compétitions ouvertes qui permettent à tous les joueurs de participer, ainsi que des catégories spécialisées, comme pour les femmes, les jeunes joueurs et même les ordinateurs.

De nombreux sports impliquant une activité physique intense – ce que les échecs ne font pas – ont discuté de la manière de formuler des politiques à l’égard des athlètes transgenres ces dernières années.

L’Union Cycliste Internationale a rejoint les instances dirigeantes de l’athlétisme et de la natation en tant que sports olympiques de haut niveau traitant de la question des athlètes transgenres et de l’équité dans les épreuves féminines.

Le mois dernier, la fédération cycliste a décidé que les athlètes féminines transgenres qui ont fait la transition après la puberté masculine ne pourront plus participer aux courses féminines.

Laisser un commentaire

treize + quatorze =