People enter and leave a branch of the department store Galeria Karstadt Kaufhof in Berlin, Germany, Tuesday, Jan. 9, 2024.

Milos Schmidt

La dernière grande chaîne de grands magasins d’Allemagne dépose pour la troisième fois une demande de protection contre l’insolvabilité

La Galeria Karstadt Kaufhof est à la recherche d’un nouveau propriétaire, dont le groupe immobilier a déposé plusieurs dossiers d’insolvabilité.

La dernière grande chaîne de grands magasins d’Allemagne a déposé une demande de protection contre l’insolvabilité, sa troisième demande en moins de quatre ans, après que son propriétaire ait rencontré des difficultés.

La Galeria Karstadt Kaufhof, qui gère actuellement 92 magasins et emploie plus de 15 000 personnes, a déclaré avoir déposé une demande d’insolvabilité auprès d’un tribunal d’Essen, a rapporté mardi l’agence de presse allemande dpa. L’entreprise est à la recherche d’un nouveau propriétaire et des discussions avec des investisseurs potentiels sont déjà en cours.

Cette décision fait suite aux dépôts de bilan de plusieurs sociétés du groupe commercial et immobilier de l’homme d’affaires autrichien René Benko, dont Signal Retail Selection, propriétaire de la Galeria Karstadt Kaufhof.

Galeria est le résultat d’une fusion il y a quelques années des rivaux Karstadt et Kaufhof. Il a fermé une quarantaine de magasins et supprimé quelque 4 000 emplois après avoir cherché à se protéger lors du premier confinement dû à la pandémie de coronavirus en avril 2020, et aurait reçu 680 millions d’euros (745 millions de dollars) d’aide d’État.

En octobre 2022, il a de nouveau cherché à se protéger des créanciers, invoquant une forte hausse des prix de l’énergie, une inflation élevée et la faiblesse des dépenses de consommation. En mars 2023, elle a annoncé son intention de procéder à une nouvelle série de fermetures de magasins. Les 18 derniers magasins fermés dans le cadre de ces plans fermeront leurs portes ce mois-ci.

Le PDG de Galeria, Olivier van den Bossche, a déclaré que l’ancienne structure de propriété pesait sur l’entreprise. Il a déclaré que « les insolvabilités du groupe Signa portent un préjudice considérable à Galeria, entravant la poursuite des activités et limitant sérieusement les possibilités de développement futur en raison des loyers élevés et des services coûteux ».

Signa avait promis 200 millions d’euros en plusieurs versements jusqu’à l’année prochaine pour aider à restructurer Galeria.

Laisser un commentaire

16 − neuf =