Pope Francis attends a meeting with the participants of the 50th Social Week of Catholics in Italy at the Generali Convention Center in Trieste, northern Italy, Sunday, July 7

Jean Delaunay

« La démocratie n’est pas en bonne santé », déclare le pape François

Le pape François s’est adressé à des milliers de personnes à Trieste et a renouvelé son engagement à prier et à travailler pour la paix en Ukraine, en Palestine, en Israël, au Soudan et au Myanmar.

Le pape François a déclaré que la démocratie mondiale n’était « pas en bonne santé » et a encouragé les catholiques à œuvrer pour la paix en Ukraine, en Palestine et dans d’autres zones de conflit.

Ses commentaires ont été faits lors d’une visite dans la ville de Trieste, dans le nord de l’Italie, dimanche, qui marquait la 50e Semaine sociale des catholiques italiens, abordant cette année le thème de la démocratie en crise.

Dans le cadre de son voyage, il s’est rendu au Centre de congrès Generali où le chef de l’Église catholique a abordé l’état de la démocratie mondiale et son fonctionnement.

« Soyons honnêtes, dans le monde d’aujourd’hui, la démocratie n’est pas en bonne santé », a déclaré François.

« Je suis préoccupé par le petit nombre de personnes qui ont voté », a-t-il poursuivi, soulignant l’importance de créer les conditions qui permettent à chacun de s’exprimer et de participer au processus démocratique.

« L’indifférence est un cancer pour la démocratie, une non-participation. »

Le pape s’est adressé à 8 500 personnes rassemblées sur la Piazza dell’Unità d’Italia, les exhortant à renouveler leur engagement à prier et à travailler pour la paix en Ukraine, en Palestine, au Soudan, au Myanmar et partout où il y a la guerre.

Laisser un commentaire

1 × quatre =