La demande d'électricité de l'UE devrait chuter à son plus bas niveau en vingt ans - Agence internationale de l'énergie

Jean Delaunay

La demande d’électricité de l’UE devrait chuter à son plus bas niveau en vingt ans – Agence internationale de l’énergie

La demande d’électricité dans l’Union européenne devrait chuter de 3 % en 2023 pour atteindre son plus bas niveau depuis vingt ans, selon de nouvelles estimations de l’Agence internationale de l’énergie (AIE).

La flambée des prix de l’énergie et les ralentissements économiques dans les économies européennes sont principalement responsables de la baisse de la demande.

Une chute record de 6 % de la consommation d’électricité de l’UE sur deux ans a été enregistrée au cours du premier semestre 2023, montrant le coup dur porté aux consommateurs et aux industries européens par la crise énergétique qui a suivi l’invasion de l’Ukraine par la Russie.

Le ralentissement industriel était responsable des deux tiers de la réduction nette de la demande d’électricité de l’UE en 2022.

Cela met la compétitivité industrielle en Europe sous pression, selon le rapport de l’AIE, alors que la production de l’industrie continue d’être à la traîne malgré la baisse des prix par rapport aux sommets records de l’an dernier. Le rapport indique que les subventions à l’étranger telles que la loi américaine sur la réduction de l’inflation (IRA) et la loi japonaise sur la transformation verte « influencent la réduction de la production, les fermetures d’usines et la suspension et le détournement des investissements ».

Pendant ce temps, la demande mondiale d’électricité devrait augmenter, tirée par la décarbonisation des systèmes énergétiques, l’utilisation croissante du refroidissement intérieur à mesure que les températures mondiales augmentent et la croissance des économies émergentes et en développement. La demande d’électricité devrait augmenter en Chine et en Inde, la Chine devant enregistrer une croissance annuelle de 5,2 % au cours des deux prochaines années.

Ces pays émergents continuent de dépendre des combustibles fossiles, la Chine et l’Inde augmentant toutes deux la production d’électricité au charbon au premier semestre 2023 en raison des coupures d’hydroélectricité induites par la sécheresse.

L’AIE prévoit un rebond de la demande mondiale d’électricité en 2024 à mesure que les perspectives économiques s’améliorent, et affirme que 2024 pourrait devenir la première année au cours de laquelle plus d’électricité est produite dans le monde à partir d’énergies renouvelables qu’à partir du charbon.

Les nouvelles informations sont venues alors que la commission de l’industrie du Parlement européen a soutenu les plans de réforme du marché de l’électricité de l’UE sur la base d’un accord conclu par les principaux partis politiques européens au début du mois.

La réformeprésenté pour la première fois par la Commission européenne en mars, vise à protéger les consommateurs de la flambée des prix, à stimuler l’adoption des énergies renouvelables et à maintenir l’avantage concurrentiel des entreprises européennes sur une scène mondiale de plus en plus concurrentielle.

Le Parlement a soutenu le droit des consommateurs à des contrats plus stables et à long terme, interdisant aux fournisseurs de modifier unilatéralement les termes d’un contrat et de couper l’approvisionnement en électricité des clients vulnérables.

Il a également soutenu les « contrats de différence » (CFD), dans le cadre desquels les autorités publiques peuvent indemniser les producteurs d’énergie si les prix du marché chutent trop fortement, mais peuvent percevoir des paiements auprès d’eux si les prix sont trop élevés.

« Cette réforme vise à donner au marché européen de l’électricité un sentiment de stabilité, afin que nous n’ayons plus jamais à subir les prix de cette crise », a déclaré le rapporteur du Parlement sur le dossier, Nicolás González Casares.

Mais la position adoptée par le Parlement n’inclut pas de plafonnement des revenus exceptionnels des entreprises énergétiques lors d’une future crise énergétique, une mesure initialement soutenue par Casares. L’UE a introduit une taxe temporaire sur les bénéfices exceptionnels sur les entreprises énergétiques en 2022 pour aider à amortir les factures des consommateurs pendant la crise énergétique.

« Tous les groupes politiques ne l’ont pas vu de la même manière », a déclaré Casares.

Le PPE de centre-droit et les groupes industriels s’étaient opposés au plafond des revenus comme moyen de dissuasion aux investissements dans les nouvelles technologies.

La réforme envisagée a été soutenue par 55 députés, tandis que 15 ont voté contre et 2 se sont abstenus. Le Comité a également voté l’ouverture des négociations avec le Conseil, une décision qui devra être approuvée lors de la prochaine session plénière.

Mais les ministres de l’UE n’ont jusqu’à présent pas réussi à parvenir à une position commune en raison des difficultés à conclure un accord satisfaisant 27 pays aux économies et aux mix énergétiques très différents. L’Espagne, qui assure la présidence tournante de l’UE, devrait jouer un rôle central dans la recherche d’un compromis.

Laisser un commentaire

treize − onze =