"La culture, c'est l'identité": comment Gustavo Dudamel façonne l'avenir de l'Opéra de Paris

Jean Delaunay

« La culture, c’est l’identité »: comment Gustavo Dudamel façonne l’avenir de l’Opéra de Paris

En tant que directeur musical de l’Opéra de Paris, le légendaire compositeur Gustavo Dudamel veut mettre en lumière les artistes émergents et ouvrir les portes à une nouvelle génération d’amateurs d’opéra.

En tant que directeur musical de l’Opéra de Paris, le chef d’orchestre vénézuélien Gustavo Dudamel a une vision.

Il souhaite accompagner la relève artistique, ouvrir les portes de l’Opéra à un public plus jeune et donner un nouveau souffle à sa programmation avec des chefs-d’œuvre qui n’y sont pas encore présentés.

« Je crois vraiment que la musique, la culture ont le pouvoir de transformer les gens », a déclaré Gustavo Dudamel à Musica. « Donner accès à la jeune génération, cela crée une société avec plus de liberté », a-t-il ajouté.

Lumière sur les jeunes talents

Jouer avec Gustavo Dudamel est un rêve pour tout jeune artiste. Et ça se concrétise pour Marine Chagnon, artiste en résidence à l’Académie de l’Opéra de Paris.

C’est une période cruciale pour les jeunes artistes émergents qui débutent tout juste leur carrière. La mezzo-soprano française se prépare depuis des semaines pour un concert unique, dirigé par le charismatique chef d’orchestre.

Euronews
Marine Chagnon, Mezzo-soprano, artiste en résidence, Académie de l’Opéra de Paris

« Je suis déjà très, très honoré de pouvoir travailler avec un tel artiste. C’est quelqu’un que j’ai vu diriger plusieurs fois mais avec qui je n’ai jamais travaillé. Donc il y a beaucoup d’excitation, beaucoup de pression aussi. Quand je Je pense à lui, je pense au feu. Je pense à quelque chose qui crépite mais qui est sensuel à la fois. Et j’ai hâte de voir comment il transmet ça », a expliqué Marine.

Le directeur musical de l’Opéra de Paris souhaite mettre en lumière la relève artistique telle que Marine. Pour ce faire, il les invite notamment à jouer avec lui sur la grande scène.

« Je suis encore un jeune homme, mais pas aussi jeune qu’eux, mais la réalité est qu’ils sont étudiants mais qu’ils sont artistes, et quand ils se sentent inclus dans le plus haut niveau de création musicale, je pense que c’est mieux pour eux d’être inspirés et de continuer à travailler dans ce qu’ils aiment faire », a déclaré Gustavo Dudamel à Musica.

Euronews
Gustavo Dudamel, directeur musical, Opéra de Paris

« Dans une institution comme celle-ci, vous savez, avec une grande tradition, un lieu mythique, c’est beau que ce soit un grand espace pour ces jeunes qui, à l’avenir, ce seront les grandes vedettes. »

Pour donner la touche finale à sa performance, Marine s’entraîne avec un autre membre de l’académie, François López-Ferrer. Le chef d’orchestre a suivi de près son mentor Gustavo Dudamel pendant des années et a fait partie du Los Angeles Philharmonics Dudamel Fellowship.

« Mon travail ici est de les préparer à la façon dont c’est battu avec les mains afin que lorsqu’ils se présentent devant l’orchestre avec Maestro Dudamel, il y ait une communication et une connexion plus fluides pour que cela fonctionne dès le début », François López Ferrer révélé.

Euronews
François López Ferrer, chef d’orchestre, artiste en résidence, Académie de l’Opéra de Paris

« Vous pouvez apprendre énormément de lui (Gustavo Dudamel). Je veux dire que j’ai une liste de choses qu’il dit et comment il le dit et comment il obtient le résultat de l’orchestre qu’il recherche », a-t-il ajouté.

Les concerts de Dudamel au magnifique Palais Garnier sont remplis de rythmes et de couleurs des Amériques, reflétant l’esprit de Dudamel.

Ce sont des étudiants mais ce sont des artistes, et quand ils se sentent inclus dans le plus haut niveau de la création musicale, je pense que c’est mieux pour eux d’être inspirés et de continuer à travailler dans ce qu’ils aiment faire.

Gustave Dudamel

Directeur musical, Opéra de Paris

« Il y a beaucoup de musique latine, bien sûr. Cela reflète beaucoup de choses de mon parcours et de mon âme latine bien sûr, et la joie parce que je pense que c’est une musique qui émeut vous savez, d’une manière très spéciale », a déclaré Gustavo Dudamel.

De la fosse à la scène : Gustavo Dudamel veut aussi mettre en lumière l’Orchestre de l’Opéra de Paris.

« Gustavo et notre orchestre ont cliqué dès le début. Vous savez, ça a été un coup de foudre », a révélé le violon solo Frédéric Laroque. « Il a décidé de nous en montrer un peu plus sur scène. Il doit se nourrir de cette relation entre nous et lui ainsi que le public juste derrière.

Gustavo Dudamel a dirigé l’orchestre pour la première fois en 2017 pour une production de ‘La Bohème’.

Enrichir le programme

Gustavo Dudamel donne un nouveau souffle à la programmation du répertoire de l’Opéra de Paris. L’un de ces morceaux est le révolutionnaire « Nixon in China » du compositeur visionnaire américain John Adams.

« A faire John Adams : C’est la première fois que sa musique est jouée à l’Opéra de Paris dans (son) histoire. Je pense que c’est très important. Il est déjà à la place des plus grands compositeurs de l’histoire. façon dont il crée, l’imagination qu’il a est si puissante », a déclaré Dudamel.

« L’opéra raconte l’histoire de la véritable visite de Nixon en Chine en 1972, qui était une visite prévue pour résoudre les problèmes des deux pays », a déclaré la metteur en scène Valentina Carrasco.

Euronews
Valentina Carrasco, metteur en scène, Opéra de Paris
Voir ce post sur Instagram

Une publication partagée par l’Opéra national de Paris (@operadeparis)

« J’ai commencé à penser au ping-pong parce que j’aime la métaphore d’un terrain divisé en deux par une sorte de rideau, nous avons un filet entre les deux qui divise le monde en deux, les gens se renvoient des responsabilités comme des balles, comme le ping-pong balles. Et cela m’a fait penser que c’était une bonne image pour le monde à l’époque de la guerre froide », a admis Valentina.

Ouvrir les portes à un nouveau public

Une autre mission importante est la quête de nouveaux publics : Gustavo Dudamel et l’Opéra de Paris veulent jeter des ponts et ouvrir les portes à la nouvelle génération d’amateurs d’opéra.

« Je pense qu’en général, il faut toujours essayer d’attirer un nouveau public. Il y a toujours beaucoup, beaucoup de gens qui ne sont jamais venus ici auparavant et réfléchir à la façon de les faire venir est crucial pour maintenir ce théâtre au cœur de la société », a déclaré Alexander Neef, directeur général de l’Opéra de Paris.

Des milliers de billets pas chers chaque saison sont dédiés à un jeune public pour des soirées spéciales (qui lui sont exclusivement réservées).

« Je me souviens de plusieurs de ces soirées de pré-ouverture, qui étaient vraiment incroyables », a révélé la jeune mezzo-soprano. « L’énergie est différente. Les jeunes ne l’écoutent pas de la même manière. Ils n’y sont pas habitués. Donc il y a aussi un émerveillement, un peu un choc de ce que l’opéra fait aux gens physiquement. J’adore ça.

« J’adore chanter pour le jeune public », a déclaré le baryton Thomas Hampson.

« Il n’y a aucune raison pour que les jeunes ne soient pas fascinés par l’opéra. Ils n’ont pas à devenir des érudits littéraires ; ils n’ont pas à devenir des musiciens pratiquants. Mais cela fait partie de notre ADN. Vous ne pouvez pas retirer la musique des êtres humains.

Euronews
Thomas Hampson, baryton

« Ces lieux artistiques doivent redevenir le lieu des gens. La culture, c’est l’identité », a déclaré Gustavo Dudamel à Musica.

« Il n’y a pas que les gens qui viennent à vous. Vous allez vers eux. Vous leur donnez. Vous vous connectez. Vous leur faites sentir que ce qu’ils écoutent enrichit leur vie et c’est quelque chose qui est une mission », a-t-il conclu.

Laisser un commentaire

seize − cinq =